Pedro Sanchez, Prime minister of Spain.

Jean Delaunay

« Résister est une façon de gagner » : Sanchez rejette tout recul après les élections européennes

Le Parti populaire espagnol a remporté les élections européennes, mais cela n’a pas entraîné la chute du gouvernement de Pedro Sánchez comme l’espéraient les conservateurs.

De la démission du Premier ministre belge aux élections anticipées en France, les élections européennes ont eu un effet d’entraînement à travers le continent.

En Espagne, le Parti populaire (PP) a remporté une victoire notable. Toutefois, malgré les espoirs des conservateurs, le gouvernement de Sánchez ne s’est pas effondré.

Malgré le succès du Parti populaire, le Parti socialiste de Sánchez a conservé une solide base de soutien.

Esther Peña, porte-parole du Parti Socialiste, a déclaré : « Il est vrai que nous sommes attachés à l’idée que résister est aussi une manière de gagner », a-t-elle déclaré.

Quelle est la prochaine étape pour Sánchez

Pedro Sánchez a encore trois ans de mandat et n’a pas l’intention pour l’instant de convoquer des élections anticipées.

L’analyste politique Jaime Coulbois a déclaré à L’Observatoire de l’Europe que « d’un point de vue institutionnel – dit-il – rien n’a changé. Le Parlement reste là où il est et Pedro Sánchez a toujours une majorité qui le soutient ».

Cependant, le véritable test pour Sánchez reste à venir. Sa stratégie électorale a tendu les relations avec ses principaux alliés, notamment le mouvement de gauche Sumar et les partis catalans. Les partenaires de la coalition de Sánchez ont perdu leur soutien lors de ces élections européennes par rapport aux élections de l’année dernière, les analystes pointant du doigt un possible transfert des voix de Sumar vers les socialistes.

Les partisans du Premier ministre espagnol Pedro Sanchez se rassemblent au siège du parti PSOE lors d'une manifestation à Madrid, en Espagne, le samedi 27 avril 2024.
Les partisans du Premier ministre espagnol Pedro Sanchez se rassemblent au siège du parti PSOE lors d’une manifestation à Madrid, en Espagne, le samedi 27 avril 2024.

Ces tensions devraient atteindre leur paroxysme avec le début des négociations pour l’investiture du président de la Generalitat de Catalogne, où le parti socialiste a remporté les élections régionales mais n’a pas obtenu la majorité.

La Catalogne reste l’une des rares régions d’Espagne où le parti socialiste a surpassé le PP et est arrivé premier dans deux provinces au détriment des partis indépendantistes tels que Junts et ERC.

Yolanda Díaz, vice-présidente du gouvernement de coalition espagnol et leader de Sumar, a décidé de se retirer de son poste de coordinatrice du mouvement.

« Les citoyens ont parlé. Et j’assumerai mes responsabilités. C’est pour cette raison que j’ai décidé de quitter mon poste de coordinatrice de Sumar », a-t-elle déclaré.

Díaz a annoncé qu’elle resterait vice-présidente et ministre du Travail, mais elle a déjà annoncé que son groupe serait plus actif au sein du gouvernement de coalition et ferait pression en faveur de politiques plus distinctives.

Une peur fédératrice

La concurrence entre les alliés de Sánchez et les socialistes au Parlement a déjà bloqué plusieurs initiatives et empêché Sánchez d’adopter le budget général.

Malgré ces défis internes, un facteur unit le bloc parlementaire diversifié qui soutient Sánchez : la crainte d’une potentielle coalition entre le PP et le parti d’extrême droite VOX.

La perspective d’une coalition du Parti populaire et de VOX incite les alliés de Sánchez à rester unis. Cette appréhension partagée pourrait être le ciment qui unit une alliance par ailleurs fragmentée, garantissant que le gouvernement de Sánchez puisse continuer à fonctionner malgré les défis potentiels.

Laisser un commentaire

un + trois =