Répression de l'antisémitisme en Allemagne alors que les musulmans sont invités à condamner le Hamas

Jean Delaunay

Répression de l’antisémitisme en Allemagne alors que les musulmans sont invités à condamner le Hamas

Les sensibilités à l’égard de la guerre entre Israël et le Hamas sont vives en Allemagne, en raison de la perpétration de l’Holocauste par ce pays.

Les autorités bavaroises ont annoncé mardi avoir perquisitionné les domiciles de 17 personnes soupçonnées d’incitation à l’antisémitisme.

Les raids dans le sud de l’Allemagne ont eu lieu alors que Berlin appelait les musulmans du pays à condamner les attaques du Hamas contre Israël.

Les actions des policiers, qui n’ont donné lieu à aucune arrestation, ont été menées dans le cadre d’une « journée d’action » contre l’antisémitisme.

Les autorités voulaient démontrer « clairement » que l’incitation à la haine contre les Juifs « n’est pas une infraction mineure » et « dissuader les agitateurs potentiels », a expliqué le ministre bavarois de l’Intérieur Joachim Hermann.

Les suspects – deux femmes et quinze hommes âgés de 18 à 62 ans – sont soupçonnés d’avoir diffusé des contenus antisémites en ligne.

Une enquête a été ouverte, détaillée par le parquet de Munich.

Vivant à Munich et Nuremberg, les suspects sont accusés de faire partie d’un groupe WhatsApp pour une classe d’école qui partageait des contenus antisémites.

Des expressions telles que « gazer les Juifs » et « fils juifs » ne méritent rien d’autre que « d’être massacrés et exterminés » auraient été publiées par un autre suspect sur ses comptes de réseaux sociaux.

Les policiers ont saisi des téléphones portables et des ordinateurs qui pourraient être utilisés « pour trouver de nouvelles pistes d’enquête sur d’autres auteurs d’actes (antisémites) », a indiqué le ministre bavarois de l’Intérieur.

Berlin appelle les musulmans à condamner le Hamas

La guerre entre Israël et le Hamas a suscité une vigilance accrue en Allemagne à l’égard de l’antisémitisme, la perpétration de l’Holocauste par le pays la rendant très sensible à cette question.

Mardi, le ministre allemand de l’Intérieur a appelé les organisations musulmanes du pays à condamner l’attaque du Hamas du 7 octobre dans le sud d’Israël, tout en mettant en garde contre le racisme anti-musulman.

« J’attends des organisations musulmanes qu’elles se positionnent clairement et assument leurs responsabilités dans la société », a déclaré Nancy Faeser. « Cela doit être clair, nous sommes aux côtés d’Israël. »

Elle a toutefois averti que les efforts contre l’antisémitisme ne doivent pas se transformer en islamophobie.

DOSSIER – Une femme tient un drapeau israélien lors d’un rassemblement de solidarité avec Israël et les otages du Hamas à Gaza à Bucarest, Roumanie, le 12 novembre 2023.
DOSSIER – Une femme tient un drapeau israélien lors d’un rassemblement de solidarité avec Israël et les otages du Hamas à Gaza à Bucarest, Roumanie, le 12 novembre 2023.

« Nous ne devons laisser aucune place à ceux qui font des musulmans la cause de tous les maux », a déclaré Faeser. « Ceux qui créent aujourd’hui un climat hostile aux musulmans sous prétexte de lutter contre l’antisémitisme veulent nous diviser et non nous unir. »

Le ministre a fait ces commentaires à l’ouverture de deux conférences à Berlin, réunissant des représentants du gouvernement allemand, des organisations musulmanes et de la communauté juive. La lutte contre l’antisémitisme et le racisme anti-musulman sera l’un des thèmes majeurs de la réunion.

Selon la Conférence de l’Islam allemand, environ 5,5 millions de musulmans vivent en Allemagne, dont la moitié ont la nationalité allemande. Ils représentent environ 6,6 % de la population du pays, ce qui fait des musulmans le deuxième groupe religieux derrière les chrétiens.

Berlin a apporté son soutien à Israël, en fournissant au pays des équipements militaires clés qu’il utilisait probablement désormais à Gaza, a révélé L’Observatoire de l’Europe en novembre.

L’Allemagne, où la sécurité d’Israël est considérée comme une « raison d’État » en raison de la responsabilité historique du pays dans la Shoah, possède l’une des plus grandes communautés juives d’Europe.

Le gouvernement estime qu’elle compte environ 200 000 personnes, dont quelque 100 000 pratiquants.

Plus tôt ce mois-ci, le chancelier Olaf Scholz a promis aux Juifs qu’ils ne souffriraient « plus jamais » d’antisémitisme en Allemagne, lors des commémorations du 85e anniversaire de la « Nuit de Cristal », une nuit de pogroms antisémites sous le régime nazi.

Berlin a renforcé les mesures de sécurité autour des bâtiments et des associations juives à la suite de la guerre entre Israël et le Hamas.

Comme ailleurs en Europe, l’Allemagne a connu une recrudescence des crimes antisémites depuis le début du conflit au Moyen-Orient. L’islamophobie a également augmenté.

Les incidents vont de l’incitation à la haine et à l’agression, en particulier lors de manifestations, jusqu’aux dégâts matériels.

L’attaque du Hamas contre Israël début octobre a été l’acte le plus sanglant jamais perpétré sur le sol israélien. Elle a fait plus de 1 200 morts, pour la plupart des civils. Plus de 240 personnes ont également été prises en otage par le mouvement islamiste palestinien.

Depuis, plus de 13 300 personnes ont été tuées dans les bombardements israéliens sur la bande de Gaza, dont plus de 5 600 enfants, selon le Hamas.

Laisser un commentaire

16 + 3 =