A display of the Olympic rings is set up on Trocadero plaza that overlooks the Eiffel Tower

Jean Delaunay

Rencontrez Matthieu Travers, l’un des 11 000 relayeurs des Jeux Olympiques de Paris 2024

Le 26 juillet 2024, la flamme olympique arrivera sur les quais de Seine, pour la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Paris 2024.

« A vrai dire, j’avais les larmes aux yeux car pour moi les Jeux Olympiques, c’est l’histoire du sport », raconte Matthieu Travers.

L’homme de 32 ans, aux prises avec une maladie neuromusculaire génétique depuis sa naissance, fait partie des 11 000 relayeurs choisis pour les prochains Jeux Olympiques qui se dérouleront cet été dans la capitale française.

« Dire qu’à ma petite échelle, sur 200 mètres, pendant 4 minutes, je vais faire partie de cette histoire… Quand j’ai entendu cela, j’étais très ému », a-t-il déclaré, exprimant son lien profond avec le événement.

Malgré des problèmes de santé, les progrès de la science et de la technologie lui ont permis de rester engagé en ligne, en naviguant sur Internet grâce à des commandes vocales. Il aime également assister à des événements dans des stades adaptés aux personnes handicapées, où il prend souvent des photos.

Matthieu, en repensant à ses premières années, se souvient que ses parents avaient été avertis de ne pas trop s’attacher à lui, car les médecins ne s’attendaient pas à ce qu’il vive au-delà de l’âge de deux ans. « Mais ces médecins se sont trompés », a-t-il déclaré, « parce que je suis toujours en vie ».

Il estime que le sport a joué un rôle moteur dans la défiance des premières prédictions des médecins.

« Regarder le sport à la télévision m’a occupé dès mon plus jeune âge et cela m’a fasciné. J’ai toujours dit à ma famille et à mes amis : ‘De toute façon, je ne vais pas mourir, je ne suis jamais allé aux Jeux olympiques’. » il ajouta.

Matthieu, impatient d’assister aux Jeux Paralympiques, envisage des changements positifs pour les personnes handicapées. Il estime que les Jeux peuvent faire la lumière sur les problèmes d’accessibilité, citant d’anciennes villes hôtes comme Londres et Pékin qui ont favorisé l’amélioration de l’accessibilité des transports publics.

En attendant avec impatience l’arrivée de la flamme et des athlètes, Matthieu entretient assidûment sa chaîne YouTube, traitant de sujets allant du handicap à la domotique, en passant bien sûr par le sport.

Laisser un commentaire

1 + 8 =