A young Palestinian is driven to a medical appointment in Israel

Jean Delaunay

Rencontrez l’association caritative israélienne qui soutient les Palestiniens pendant la guerre à Gaza

Road to Recovery aide depuis des années les Palestiniens à se rendre à leurs rendez-vous à l’hôpital de l’autre côté de la frontière israélienne – mais l’attaque du Hamas le 7 octobre a rendu le travail de ses bénévoles beaucoup plus difficile.

En 1993, le frère de Yuval Roth a été tué par le Hamas. Mais plutôt que de considérer les Palestiniens comme dangereux, il a rejoint le Cercle des Parents-Forum des Familles, un groupe réunissant Israéliens et Palestiniens qui ont perdu des proches dans le conflit israélo-palestinien.

En 2006, un membre palestinien de ce forum est venu voir Roth, lui demandant son aide pour transporter un membre malade de sa famille à l’hôpital Rambam, dans la ville israélienne de Haïfa.

Pendant des années, les citoyens palestiniens n’ont été admis en Israël que dans des cas humanitaires exceptionnels. Et un certain nombre d’Israéliens souhaitaient rendre les déplacements hors des territoires palestiniens moins difficiles pour les personnes touchées par des circonstances personnelles extrêmes.

Un certain Roth a accepté de conduire ce Palestinien à ce rendez-vous et a commencé à recruter certains de ses amis pour l’aider également. Bientôt, il reçut un don de l’auteur-compositeur-interprète Leonard Cohen.

Yuval Roth, photographié en 2009
Yuval Roth, photographié en 2009

Fort de ce soutien, Roth a décidé de transformer son collectif de bénévoles en une organisation à but non lucratif et Road to Recovery a été officiellement fondé en 2010.

En 2018, le groupe comptait près de 2 000 bénévoles. Au total, ils ont effectué plus de 20 000 déplacements de patients pour ceux qui avaient besoin de tout, de la dialyse aux greffes d’organes, rien que cette année-là. Roth dit qu’il considère son travail comme un acte de réconciliation en l’honneur de son frère.

Mais depuis l’attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre, au cours de laquelle quelque 1 200 personnes ont été tuées, tout a changé.

Quatre volontaires de Road to Recovery ont été tués dans l’attaque ; deux autres, Oded Lifschitz, 83 ans, et Chaim Peri, 79 ans, sont toujours retenus en otages à Gaza.

Yael Noy, PDG de Road to Recovery, photographiée en Israël
Yael Noy, PDG de Road to Recovery, photographiée en Israël

Et les bombardements et l’invasion israéliens de la bande de Gaza, une attaque qui a coûté la vie à plus de 20 000 personnes, signifie que Road to Recovery ne peut plus aider les personnes qui y vivent.

Yael Noy, PDG de l’association, affirme que malgré les limites, Road to Recovery peut toujours se poursuivre en Cisjordanie, mais qu’il y a moins de points de contrôle ouverts désormais.

Les volontaires conduisent actuellement environ 140 personnes chaque jour vers les hôpitaux israéliens.

Bien que les chiffres aient diminué – les travailleurs du centre de coordination de Noy étaient 17 avant la guerre et ne sont plus, dit-elle, désormais que « 8 ou 9 » – de nombreux Israéliens sont toujours désireux d’aider ceux qui traversent la frontière.

« Tout a changé en Israël le 7 octobre », a déclaré Noy à L’Observatoire de l’Europe.

« Mais, à partir du 8 octobre, notre organisation a continué à faire ce que nous faisions », ajoute-t-elle.

«Certains volontaires ont été tués et nous avons quelques volontaires qui sont encore kidnappés. Au cours des deux premières semaines, nous avons été choqués et il nous a été difficile de parler avec nos collègues ou avec des Palestiniens, mais pendant tout ce temps, nous avons continué à faire ce que nous faisions. Nous ne nous sommes pas arrêtés un instant. »

Yaël Noy

PDG, Road to Recovery

Noy explique que maintenant que le conflit est plus établi, elle reçoit quotidiennement des appels d’Israéliens qui souhaitent contribuer aux efforts de l’association.

Malgré la douleur et la souffrance, ces personnes considèrent les Palestiniens dans le besoin comme des êtres humains et comprennent qu’ils ne sont pas tous affiliés au Hamas.

Mais ce n’est pas ainsi que tout le monde pense.

« De nombreux Israéliens pensent que tous les habitants de Gaza sont du Hamas, depuis un petit enfant jusqu’à une vieille femme », dit Noy. « Ils disent que c’est la guerre – nous sommes des ennemis, nous ne pouvons pas aider l’ennemi maintenant. Mais des deux côtés, il y a des bons et des méchants. »

Même si Noy affirme qu’elle et ses bénévoles se sentent rarement en danger, elle dit à L’Observatoire de l’Europe qu’elle craint qu’un jour vienne où ils soient confrontés à l’agression de personnes opposées à leur travail.

Un père palestinien et sa fille sont conduits à un rendez-vous médical en Israël
Un père palestinien et sa fille sont conduits à un rendez-vous médical en Israël

«Nous n’en sommes pas encore là», dit-elle, «mais peut-être.

« Après avoir parlé à la presse au début de la guerre, j’ai reçu des appels téléphoniques provenant de numéros bloqués. Ils m’ont dit de très gros mots et m’ont dit quelles choses violentes ils voulaient me faire. Certaines personnes restaient simplement chez elles après de telles choses. un incident car ce serait plus facile – mais je ne peux pas.

Noy vit aujourd’hui dans le nord d’Israël, près du Liban, mais a grandi dans un kibboutz.

Ses parents vivaient au kibboutz Alumim, l’une des communautés attaquées par le Hamas, et sont désormais déplacés.

Pour rendre le conflit encore plus personnel, deux des neveux de Noy se sont battus à Gaza dans le cadre de la réponse israélienne aux attaques d’octobre.

« Je ne sais pas dans combien de temps la paix arrivera, mais j’espère que ce sera bientôt parce que la situation ne peut pas empirer. Nous devons rester optimistes. Je ne peux pas faire ça tout le temps, mais je fais de mon mieux. »

Yaël Noy

PDG, Road to Recovery

Pour beaucoup en Israël, le sort des habitants de Gaza est assez étranger.

Les médias locaux, explique Noy à L’Observatoire de l’Europe, couvrent rarement les milliers de morts et le manque de nourriture, d’électricité et d’eau dont disposent des millions de Palestiniens.

« Ils doivent ouvrir les yeux et écouter. La majorité n’en sait rien. Même ceux qui le savent ne veulent pas en parler ici. »

Yuval Roth, fondateur de l'association, photographié conduisant des Palestiniens à des rendez-vous médicaux
Yuval Roth, fondateur de l’association, photographié conduisant des Palestiniens à des rendez-vous médicaux

Road to Recovery ne reçoit aucun financement du gouvernement et le volume des dons des Israéliens a diminué depuis le début du conflit. Pourtant, Noy parvient d’une manière ou d’une autre à garder la foi, même si son organisation caritative reste en colère contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son cabinet.

« Je ne suis pas un politicien. Je ne sais pas ce que le gouvernement peut faire. Mais je sais ce dont mon organisation a besoin. Nous tenons une petite bougie de lumière dans cette terrible région et nous avons juste besoin du soutien du monde », dit-elle.

« Nous avons besoin du soutien du monde entier, vous savez, car en Israël, personne ne nous soutiendra désormais. »

Laisser un commentaire

18 − trois =