Regardez, regardez la porte de l'enfer !  Une étude montre que les gens regardent plus longtemps l'enfer que le paradis

Jean Delaunay

Regardez, regardez la porte de l’enfer ! Une étude montre que les gens regardent plus longtemps l’enfer que le paradis

Selon une étude du musée El Prado de Madrid et de l’université Miguel Hernandez d’Elche, les spectateurs du « Jardin des délices » de Hieronymus Bosch du XVIe siècle regardent de plus en plus le panneau représentant l’enfer par rapport au paradis.

Préférez-vous regarder le paradis ou l’enfer ?

Face aux délices terrestres intenses et aux plaisirs paradisiaques ou à l’agonie tordue de l’enfer, où irait votre regard ?

Selon une étude du musée El Prado de Madrid et de l’université Miguel Hernandez d’Elche, les spectateurs du « Jardin des délices » du XVIe siècle de Hieronymus Bosch regardez plus longuement et plus attentivement le panneau représentant l’enfer.

« Nous avons réfléchi au fait qu’il s’agit de l’une des peintures emblématiques du musée qui comporte de nombreuses scènes à regarder, et nous nous sommes demandé : pouvez-vous savoir où nous regardons ? », explique Carlos Chaguaceda, directeur de la communication du musée du Prado.

« Et il s’avère que oui, avec des lunettes qui suivent votre regard, votre pupille. Vous pouvez savoir où nous regardons et avec quelle intensité nous regardons. Nous avons parlé à l’Université d’Elche et ils ont apporté les lunettes et en conclusion nous regardons plus longtemps et plus intensément et avec une pupille plus dilatée au panneau de l’enfer qu’à la zone du paradis. »

AFP
Selon une étude du musée El Prado de Madrid, les spectateurs du 16ème siècle « Le jardin des délices » de H. Bosch regardent de plus en plus le panneau représentant l’enfer

Des enquêteurs de l’Institut de bio-ingénierie de l’Université d’Elche, en collaboration avec El Prado, ont distribué des lunettes spécialement conçues pour surveiller les mouvements oculaires et la dilatation des pupilles des visiteurs de la salle 56A du musée, qui abrite le célèbre et fascinant triptyque.

52 personnes ont participé à l’étude publiée en juin mais réalisée en début d’année.

« Dans cette histoire, il semble que si l’intention de Bosch était de nous avertir des risques que nous prenons, il semble qu’il a réussi parce que nous sommes tous en train de penser à quel point nous allons l’avoir ou les menaces que l’enfer a pour nous si nous n’arrêtons pas de pécher », dit Chaguaceda.

AFP
Peinture légendaire du XVIe siècle « Le jardin des délices » du peintre néerlandais Hieronymus Bosch.

Les lunettes enregistraient la direction de la tête, la direction des yeux et les mouvements saccadés qui sont les mouvements simultanés rapides des deux yeux. La taille des pupilles du spectateur a également été mesurée.

Les résultats ont montré que le temps d’observation moyen du panneau « Hell » de droite, plus sombre, était de 33,2 secondes par mètre carré, contre 26 secondes pour la table centrale et 16 secondes pour le panneau Paradise.

Mais ces résultats ne sont que le temps total de visionnage, les visiteurs passant parfois leur regard entre les panneaux.

AFP
Sur le côté droit, on a clairement vu que les gens regardent plus le panneau de l’enfer que le paradis.

Lorsque l’étude s’est penchée sur l’affichage statique d’un panel, les différences ont augmenté.

Ce temps de fixation est en moyenne de 30,9 secondes par mètre carré, contre 21,6 secondes pour le panneau central et 12,6 secondes pour le panneau Paradise de gauche.

Le El Prado dit que la salle contenant le « Jardin des délices » est la plus visitée du musée et la salle où les gens restent le plus longtemps.

Laisser un commentaire

dix-sept − cinq =