Canva

Jean Delaunay

Refuser de porter un masque pendant la pandémie de COVID ne constituait pas une liberté d’expression, a statué un tribunal

Ne pas porter de masque pendant l’urgence sanitaire liée au COVID n’est pas un droit à la liberté d’expression, a statué un tribunal américain.

Une cour d’appel fédérale des États-Unis a rejeté lundi les allégations selon lesquelles le refus des résidents de l’État du New Jersey de porter des masques lors des réunions des conseils scolaires pendant l’épidémie de COVID-19 constituait un discours protégé en vertu du premier amendement de la Constitution américaine.

La Cour d’appel du 3e circuit a rendu une décision dans deux affaires liées découlant de poursuites contre des fonctionnaires à Freehold et à Cranford, dans le New Jersey.

Les poursuites tournaient autour d’allégations selon lesquelles les plaignants auraient fait l’objet de représailles de la part des commissions scolaires parce qu’ils refusaient de porter des masques lors des réunions publiques.

Dans l’une des poursuites, le tribunal a renvoyé l’affaire devant un tribunal inférieur pour examen. Dans l’autre, il est indiqué que la plaignante n’a pas démontré qu’elle avait fait l’objet de représailles.

Néanmoins, le tribunal a estimé que refuser de porter un masque lors d’une urgence de santé publique ne constituait pas une liberté d’expression protégée par la Constitution.

« Une question qui se pose dans des procès comme ceux-ci est de savoir s’il existe un droit du premier amendement de refuser de porter un masque de protection comme l’exigent les ordonnances de santé et de sécurité valides mises en place lors d’une urgence de santé publique reconnue. Comme tous les tribunaux pour aborder cette question, nous conclure que non », a déclaré le tribunal.

Le tribunal a ajouté : « Les sceptiques sont libres d’exprimer – et l’ont fait – leur opposition par de multiples moyens, mais désobéir à une exigence de masquage n’en fait pas partie.

« On ne peut pas, par exemple, refuser de payer des impôts pour exprimer la conviction que ‘les impôts sont du vol’. On ne peut pas non plus refuser de porter un casque de moto pour protester symboliquement contre une loi de l’État qui l’exige ».

Ronald Berutti, l’avocat des appelants, a déclaré qu’ils avaient l’intention de saisir la Cour suprême des États-Unis pour entendre l’affaire.

Pas de désobéissance civile constitutionnelle

Les poursuites ont été intentées par George Falcone et Gwyneth Murray-Nolan.

Falcone a assisté à une réunion du conseil scolaire du canton de Freehold au début de 2022, alors que les masques étaient encore nécessaires.

Il a refusé, conformément à la décision du tribunal, et a été convoqué pour intrusion. Il a également allégué qu’une réunion ultérieure du conseil scolaire avait été annulée en représailles au fait qu’il ne portait pas de masque.

Un tribunal inférieur a estimé qu’il n’avait pas qualité pour intenter une action en justice et il a fait appel.

Murray-Nolan, qui avait témoigné devant les législateurs de son scepticisme quant à l’efficacité du masquage, a assisté à une réunion du conseil scolaire de Cranford début 2022 sans masque malgré leur exigence. Moins d’un mois plus tard, lors de la réunion suivante du conseil d’administration, elle a été arrêtée pour violation de propriété avec provocation après avoir assisté sans masque. Un tribunal inférieur a estimé que les policiers avaient des raisons probables de l’arrêter parce qu’elle ne portait pas de masque comme l’exigeait la loi de l’époque. Elle a fait appel.

Eric Harrison, avocat des responsables nommés dans la poursuite, a salué la décision mardi.

Dans une déclaration envoyée par courrier électronique à AP, il a déclaré que refuser de porter un masque en violation d’un mandat de santé publique « n’est pas le genre de ‘désobéissance civile’ que les rédacteurs du premier amendement avaient à l’esprit en tant que discours protégé ».

L’ordre de l’État du New Jersey concernant le masquage public dans les écoles a pris fin en mars 2022, peu de temps après les incidents décrits dans les poursuites.

Laisser un commentaire

4 + dix-neuf =