REDACt: The European project coordinating rapid earthquake response in the Black Sea

Jean Delaunay

REDACt : Le projet européen coordonnant la réponse rapide aux tremblements de terre en mer Noire

Des experts de l’Institut de sismologie de Thessalonique, en Grèce, surveillent les tremblements de terre en temps réel pour REDACt, un consortium qui aide quatre pays riverains de la mer Noire à répondre plus efficacement aux tremblements de terre.

Plus de 1.200 failles ou fractures ont été découvertes dans la croûte terrestre en Europe, selon l’EFEHR, une ONG qui surveille les risques sismiques sur tout le continent. Ces failles s’étendent sur quelque 90 000 km et traversent les frontières nationales.

La surface de la Terre est constituée de plaques tectoniques qui se déplacent constamment en raison des courants poussant le magma qui coule en dessous. Un tremblement de terre se déclenche le long d’une faille lorsque ces plaques se séparent ou glissent les unes dans les autres.

S’il est impossible d’empêcher le mouvement des plaques océaniques et continentales, les stratégies de prévention et d’atténuation des catastrophes peuvent sauver des vies et éviter d’endommager les infrastructures critiques.

Le Consortium d’évaluation rapide des dommages causés par les tremblements de terre (REDACt) est une initiative européenne transfrontalière conçue pour améliorer la réponse immédiate aux phénomènes liés aux tremblements de terre dans la région du bassin de la mer Noire.

Aurora Velez, correspondante d’L’Observatoire de l’Europe, a rencontré les experts à l’origine du projet Smart Regions.

La Turquie, la Grèce, la Moldavie et la Roumanie se sont associées à REDACt pour améliorer la coopération transfrontalière. Emmanouil Kirtas, vice-coordinateur de REDACt et professeur associé à l’Université hellénique internationale de Grèce (IHU), a déclaré à L’Observatoire de l’Europe que chacun de ces pays utilise la même méthodologie pour surveiller les tremblements de terre : « Après 10 ou 15 minutes, REDACt peut fournir son premières estimations que nous transmettons ensuite aux autorités », a expliqué Kirtas.

Pourquoi le travail de REDACt est-il si important ?

Deux tremblements de terre d’une magnitude de 7,8 et 7,6 ont frappé la Turquie et la Syrie le 6 février 2023. Rien qu’en Turquie, des dizaines de milliers de personnes sont mortes et plus d’un million de personnes se sont retrouvées sans abri. Les experts ont souligné la négligence dans la construction et le manque de bâtiments résistants aux tremblements de terre, tandis que les habitants des zones touchées ont critiqué le gouvernement pour ne pas avoir réagi assez rapidement.

L’objectif de REDACt est que les pays partenaires aillent au-delà des pratiques existantes, coordonnent leurs réponses et améliorent les systèmes d’alerte précoce.

Les principales priorités du projet sont :

1. Veiller à ce que les partenaires partagent des données sur les phénomènes liés aux tremblements de terre dans la région du bassin de la mer Noire et concevoir des politiques et des stratégies communes pour en atténuer l’impact.

2. Fournir des outils d’évaluation rapide des dommages causés par les tremblements de terre pour garantir la sécurité des personnes vivant ou voyageant dans des zones à haut risque.

3. Sensibiliser davantage le public afin que les résidents sachent quoi faire/ne pas faire en cas de tremblement de terre.

Le budget total de REDACt s’élève à près d’un million d’euros, soit 974 860 euros. La majorité de ce fonds – environ 92 pour cent – ​​a été fournie par la politique de cohésion de l’Union européenne. La Grèce, la Roumanie, la Moldavie et la Turquie ont également contribué.

L’Institut d’ingénierie sismologique et parasismique de Thessalonique (ITSAK/EPPO) est chargé de développer l’un des outils conçus pour surveiller les tremblements de terre dans le bassin de la mer Noire.

L’institut a développé des accéléromètres sans fil à faible coût pour 100 € pièce pour mesurer les vibrations sismiques. Généralement, ces appareils coûtent environ 7 000 à 8 000 € sur le marché commercial. Ces alternatives abordables ont été installées sur le terrain de 31 écoles de Thessalonique pour obtenir des résultats rapides.

« Cela nous donne une idée de l’amplification des différentes couches géologiques et fournit des données sur l’action sismique à proximité de l’école spécifique, cinq minutes après l’événement », a déclaré Nikolaos Theodoulidis, directeur de recherche à l’ITSAK/EPPO.

Cela permettra d’identifier les parties les plus critiques d’un bâtiment après un tremblement de terre et les mesures d’urgence appropriées.

Comment REDACt réagit-il en cas de tremblement de terre ?

Selon l’EFEHR, des millions de tremblements de terre frappent l’Europe chaque année, mais la plupart sont trop petits pour être ressentis et n’ont pas d’effets dévastateurs.

REDACt tire la sonnette d’alarme lorsqu’un tremblement de terre d’une magnitude de quatre ou plus frappe la région du bassin de la mer Noire. Des secousses aussi fortes peuvent causer des dommages importants aux bâtiments et aux infrastructures.

Quelques minutes après un tremblement de terre, REDACt produit des cartes localisant d’éventuels glissements de terrain ou des zones de liquéfaction du sol (un phénomène qui se produit lorsqu’un sol peu compacté et gorgé d’eau à la surface du sol ou à proximité perd sa résistance en réponse à un tremblement de terre et coule). .

« (Ces cartes) sont très utiles, que ce soit de manière proactive pour anticiper des scénarios ou de manière réactive pour déterminer les zones dans lesquelles intervenir en priorité après un tremblement de terre », a déclaré Nikolaos Klimis, professeur en génie géotechnique à l’Université Démocrite de Thrace.

« Ils fournissent des informations vitales sur tous les points urbains et zones qui ont été les plus endommagés, afin que nous puissions y diriger nos forces, ne pas perdre de temps précieux et aider les victimes d’un tremblement de terre », a-t-il ajouté.

Éduquer les civils sur la façon de réagir et de se protéger est également l’une des principales priorités de REDACt.

Une application pour smartphone permet aux utilisateurs de partager leur position avec des membres de leur famille ou leurs proches afin qu’ils puissent suivre leurs déplacements. L’application oriente également les personnes vivant dans les zones touchées vers les refuges à proximité et fournit des questionnaires et des fiches d’information.

Laisser un commentaire

4 × trois =