« Reconcevoir la ville pour les gens » : ces militants du vélo se battent pour l'espace dans Milan étouffé par les voitures

Jean Delaunay

« Reconcevoir la ville pour les gens » : ces militants du vélo se battent pour l’espace dans Milan étouffé par les voitures

À travers des manifestations et des propositions urbaines, les cyclistes militants ouvrent la voie à une Milan plus sûre, moins polluée et respectueuse des vélos.

En vélo par un après-midi d’été ensoleillé, Davide Branca arrive dans un café à côté du Ponte della Ghisolfa à Milan, un pont à deux voies où les voitures passent à toute allure.

Il est devenu un symbole du combat de la communauté cycliste milanaise qui attend une piste cyclable depuis 2018.

La ville a une longue histoire d’activisme cycliste. Branca lui-même est membre de Massamarmocchi, un projet populaire qui voit des adultes amener les enfants à l’école tous les matins dans des convois à vélo.

Mais malgré une augmentation de transport public et pistes cyclables, la capitale financière de l’Italie, connue pour sa culture de la vitesse et du travail, est souvent encombrée par le trafic. C’est la cinquième ville la plus congestionnée au monde, selon l’indice annuel de trafic TomTom.

Au café, le bruit des voitures à grande vitesse sur le Ponte della Ghisolfa résonne. Appuyé sur un poteau à proximité se trouve le vélo d’Ilaria Lenzi, son casque posé sur le guidon.

Alberto Gianera
Les cyclistes font la queue sur le Ponte della Ghisolfa dans le cadre d’une manifestation.

Elle est militante du vélo et militante pour Clean Cities Campaign – une coalition européenne promouvant la mobilité zéro émission dans les villes d’ici 2030.

Assise à l’ombre, Lenzi énumère les dangers typiques auxquels elle est confrontée vélo: « Vitesse, peu de visibilité des voitures qui passent très près, manque de visibilité lorsque les voitures sont ‘garées de manière sauvage’ ou manque de continuité du réseau de pistes cyclables. »

Il suffit de faire le tour de la ville pour repérer les voitures garées en double, laissées sur les trottoirs ou bloquant les pistes cyclables avec des cyclistes obligés de slalomer dangereusement à l’extérieur. C’est une réalité frustrante pour Branca qui se déplace dans la ville uniquement à vélo.

Des cyclistes descendent dans la rue pour manifester à Milan

L’Italie a l’un des taux de motorisation les plus élevés d’Europe. Les recherches de la campagne Clean Cities montrent que le gouvernement investit près de 100 fois plus dans les voitures que dans le vélo.

Les villes ont en moyenne 2,8 km de pistes cyclables pour 10 000 habitants. Dans Milanle ratio est de 2,1 km, en retard sur d’autres grandes villes européennes comme Gand (20,2), Helsinki (19,8), Strasbourg (7,0) ou Bruxelles (3,1).

Une nouvelle étude du Politecnico de Milan dirigée par Paolo Bozzuto – « l’Atlas des cyclistes morts et gravement blessés en Italie » – montre que les accidents de vélo augmentent également dans la ville.

Mais seulement 24,1 % de tous les accidents de vélo impliquent des cyclistes individuels, tandis que 48,77 % surviennent avec des voitures. Ce chiffre passe à 68 % si l’on tient également compte des accidents avec des motos et des transports lourds.

Alberto Gianera
La manifestation sur le Ponte della Ghisolfa.

Les cyclistes basés à Milan, inquiets de ce qu’ils appellent une urgence de sécurité, ont commencé à manifester. Organisé dans le cadre de la campagne de mobilisation ‘Sai che puoi’, les militants exhortent la municipalité à améliorer aménagement urbain pour un avenir sans voiture.

Le mouvement a pris de l’ampleur suite aux nombreux décès de cyclistes au cours des derniers mois, dont quatre cette année seulement dans des collisions avec des véhicules lourds.

« Les usagers vulnérables – piétons, cyclistes, deux-roues, y compris les véhicules motorisés – sont les plus exposés au danger », explique Luca Studer, professeur de circulation et de sécurité routière au Politecnico de Milan.

Si nous voulons une mobilité durable, nous devons protéger ces usagers, souligne Studer.

« Les cyclistes forment une communauté forte à Milan », déclare Branca. En novembre dernier, 400 personnes se tenaient le long de la piste cyclable de Viale Monza, l’une des pistes cyclables les plus utilisées de la ville.

Tenant des pancartes et alignant leurs vélos, ils formaient une barrière humaine pour protéger les cyclistes des voitures.

Voir ce post sur Instagram

Une publication partagée par Sai che puoi ? (@saichepuoi)

Ensuite, ils ont occupé le Ponte della Ghisolfa, créant la piste cyclable tant attendue avec leurs corps et leurs vélos.

Les événements en ont mené d’autres dans la ville, avec près de 1 500 personnes allongées avec leurs vélos sur la place Piazzale Loreto après la mort d’un autre cycliste, et ont déclenché des dizaines de manifestations similaires dans toute l’Italie.

La semaine dernière, une femme a été tuée par une bétonnière alors qu’elle faisait du vélo, déclenchant une autre manifestation sur la Piazzale Loreto.

Andréa Cerchi
Les manifestants tiennent des pancartes lors d’une manifestation à Piazzale Loreto.

Les militants de ‘Sai che puoi’ ont présenté une série de propositions pour que la municipalité prenne des mesures urgentes et informe les citoyens de leur mise en œuvre.

Ils comprennent un réseau de pistes cyclables bien connecté, un suivi constant du taux de motorisation et pollutiondes rues scolaires sans voiture, des interventions urbaines favorisant la mobilité durable et des limitations de vitesse à 30 km/h.

Une ville à 30km/h : Sécurité et espace pour les personnes

En janvier, l’administration de Milan a parlé d’introduire des limitations de vitesse à 30 km/h. Les militants affirment qu’il s’agit d’une décision politique qui n’a pas été efficace jusqu’à présent et poussent à une véritable mise en œuvre de la mesure par le biais d’investissements.

Milan ne serait pas un cas isolé. En 2021, Bruxelles a ralenti la vitesse des voitures à 30 km/h, ne laissant que quelques routes principales à 50 km/h. Les premiers résultats ont montré du succès, avec une diminution des accidents et des nuisances sonores, contredisant ceux qui craignaient circulation aurait augmenté.

La mesure contribuerait également à l’objectif de l’Union européenne de réduire morts sur la route à zéro d’ici 2050.

Voir ce post sur Instagram

Une publication partagée par Sai che puoi ? (@saichepuoi)

Limites de vitesse de 30 km/h atténuerait les accélérations soudaines et les ralentissements brusques, typiques de la conduite en ville.

« Aux heures de pointe, il y a des ‘hoquets de vitesse’ : les voitures roulent très vite puis s’arrêtent, et les collisions se multiplient », raconte Branca en secouant la tête. Malgré une augmentation du nombre de cyclistes dans la ville après la pandémie, il pense que la peur en décourage beaucoup plus de monter sur leur vélo.

« Avoir un accident avec une voiture à 50 km/h, c’est tomber du troisième étage, l’avoir à 30 km/h, c’est tomber du premier », explique Studer.

« En conduisant plus lentement, vous voyez ce qui se passe autour de vous. Une voiture roulant à 30 km/h s’arrête dans moins de la moitié de l’espace.

Pour Studer, les limitations de vitesse à 30 km/h ne suffiront pas avec seulement des panneaux de signalisation et des amendes. Elle nécessite des interventions de géométrie urbaine – trottoirs plus larges, arbres, chicanes, bornes – et des changements d’attitudes des automobilistes qui doivent prendre conscience de la présence des cyclistes. Un changement culturel qui récompense la mobilité lente est nécessaire aussi.

Globalement, l’idée est de s’orienter vers une refonte de l’espace de la ville, en faisant place à l’homme.

Réduire les voitures pour ouvrir l’espace public

Le nombre de voitures à Milan complique la cohabitation entre véhicules et usagers vulnérables.

Les données recueillies par « Sai che puoi » estiment qu’il y a 297 000 places de stationnement dans la rue et 100 000 autres irréguliers. Si à Milan il y a 22 places de parking pour 100 habitants, le chiffre n’est que de sept pour Barcelone et de six pour Paris.

« Les cyclistes sont plus exposés à imaginer une ville différente parce que nous voyons l’espace différemment », explique Lenzi.

Un exemple de ce que pourrait signifier moins de voitures est l’initiative européenne « School Street » de la campagne Clean Cities. Il ferme les routes autour des écoles à la circulation, privilégiant la marche et le vélo – au moins aux heures de ramassage scolaire – grâce à un urbanisme tactique.

En collaboration avec d’autres parents, Lenzi a ouvert une rue sans voiture à l’école de ses enfants, avec un grand succès auprès des enfants.

Voir ce post sur Instagram

Une publication partagée par Sai che puoi ? (@saichepuoi)

Ce qui était autrefois une rue avec des dizaines de places de stationnement est maintenant une zone piétonne colorée où les enfants jouent après l’école.

Pour les militants, un ville sans voiture c’est aussi un changement d’habitudes qui aboutira non seulement à moins de pollution et de bruit, mais aussi à une ville plus sûre et plus durable.

« L’idée est de repenser la ville pour les gens », dit Lenzi en quittant le café et enfourchant son vélo pour sa course quotidienne à l’école.

Laisser un commentaire

5 − 4 =