Asian markets fell at the end of last week after a mixed batch of data on the U. economy dashed hopes of lower interest rates

Milos Schmidt

Rapport sur les marchés : un aperçu de la semaine à venir

L’anticipation augmente alors que les grandes banques centrales se préparent à annoncer leurs décisions sur les taux d’intérêt, influençant la dynamique du marché et le sentiment des investisseurs.

La semaine dernière, les marchés boursiers européens ont continué de progresser, l’indice Euro Stoxx 50 dépassant pour la première fois le cap historique des 5 000 points. Cependant, la reprise de Wall Street s’est essoufflée, concluant la semaine sur une note négative principalement attribuée à une résurgence des rendements obligataires.

Regard vers l’avenir : les banques centrales s’apprêtent à déterminer les taux d’intérêt

L’inflation mondiale pourrait être confrontée à des risques de remontée en raison des signes d’un rebond des prix de l’énergie, généralement du pétrole brut. Cette résurgence pose un défi aux perspectives des banques centrales concernant leurs trajectoires politiques, d’autant plus que nombre d’entre elles avaient déjà signalé leur intention de baisser les taux d’intérêt plus tard dans l’année.

Cette semaine est cruciale pour le sentiment du marché. Les principales banques centrales, dont la Réserve fédérale américaine (Fed), la Banque d’Angleterre (BOE), la Banque nationale suisse (BNS), la Banque du Japon (BOJ) et la Banque de réserve d’Australie (RBA), devraient décider de leurs taux d’intérêt et offrir des indices pour les orientations politiques futures.

La Fed américaine est la banque la plus influente en matière d’orientation politique, et la décision de la BoJ en matière de taux peut également être cruciale car on s’attend généralement à ce qu’elle mette fin à son taux négatif soit lors de cette réunion, soit lors de la prochaine en avril. En outre, les réunions politiques de la BOE, de la BNS et de la RBA sont considérées comme des indicateurs clés de la trajectoire de leur marché régional.

L’UE

C’est une semaine plus calme sur le plan économique pour l’Europe par rapport aux autres grandes économies. En Europe, l’accent sera mis sur l’indice des prix à la consommation (IPC) final de février. L’IPC global et l’IPC de base estimés pour février se sont révélés plus élevés que prévu, s’établissant respectivement à 2,6 % et 3,1 % sur un an.

Toutefois, ces données n’ont pas affaibli les attentes selon lesquelles la BCE commencerait à réduire ses taux en juin. Le prochain chiffre final de l’IPC est sur le point de fournir des informations supplémentaires sur la trajectoire de l’inflation de la région, façonnant ainsi les tendances futures du marché.

De plus, les principales économies de l’UE, dont la France et l’Allemagne, devraient publier leurs estimations PMI manufacturières et des services pour mars. En particulier, les activités manufacturières européennes ont montré des signes de reprise à partir de janvier, attribués à l’apaisement des pressions inflationnistes et à une décélération des hausses de taux.

Cependant, l’Allemagne, première économie de l’UE, est restée la principale à la traîne du groupe, avec un indice PMI manufacturier en baisse pour le 20ème mois consécutif en février. Parallèlement, des contractions plus modérées ont été observées aux Pays-Bas, en Italie et en France. La reprise inégale dans la zone euro pourrait encourager davantage la BCE à maintenir une politique monétaire accommodante, continuant ainsi à renforcer le sentiment haussier sur le marché.

Les Etats Unis

La réunion de politique monétaire de la Fed est l’événement le plus influent pour les marchés mondiaux, car sa décision est considérée comme un indicateur avancé de l’économie mondiale. La dynamique haussière de Wall Street a montré son épuisement, le S&P 500 terminant dans le rouge pour la deuxième semaine consécutive.

La Fed devrait maintenir son taux d’intérêt entre 5,25 % et 5,50 %, mais sa position sur la poursuite de la trajectoire des taux aurait un impact significatif sur les marchés mondiaux. Un ton plus belliciste que prévu pourrait conduire à de nouvelles ventes à Wall Street, en particulier dans le secteur technologique. Les attentes selon lesquelles les taux d’intérêt resteront « plus élevés pendant plus longtemps » devraient à nouveau soutenir le dollar américain.

Le pays s’apprête également à publier cette semaine son indice flash des directeurs d’achat (PMI) dans le secteur de la fabrication et des services pour mars, offrant un aperçu de ses activités économiques. Contrairement à ses homologues européennes, l’économie américaine fait preuve d’une plus grande résilience, ce qui indique un potentiel « atterrissage en douceur », les deux indicateurs restant en territoire expansionniste.

La Grande-Bretagne

Le marché boursier britannique est à la traîne par rapport à ses pairs mondiaux, principalement en raison des récentes pressions sur les valeurs minières résultant de la baisse des prix des minéraux essentiels. Malgré cela, la croissance du PIB du pays a rebondi après avoir connu une récession technique au second semestre 2023.

Cette semaine, les données de l’IPC de février sont essentielles pour déterminer le sentiment du marché local. L’inflation devrait diminuer considérablement, à 3,5 % sur un an, contre 4 % le mois précédent, ce qui pourrait inciter la Banque d’Angleterre à amorcer une baisse des taux au cours de cette année. Cependant, la BoE devrait maintenir son taux d’intérêt à 5,25 % cette semaine.

Suisse

La BNS devrait maintenir son taux directeur à 1,75% lors de la prochaine réunion, alors que l’inflation du pays s’est établie à 1,3% sur un an en janvier. Ce chiffre, considérablement inférieur aux attentes et marquant une baisse significative par rapport aux 1,7% du mois précédent, a conduit les économistes à s’attendre à ce que la banque puisse initier des baisses de taux d’intérêt dès juin. Ce calendrier est plus précoce que prévu précédemment, qui suggérait septembre pour une telle action.

Japon

Le yen japonais s’est significativement renforcé au cours de la première quinzaine de mars, grâce aux paris sur le changement de politique monétaire de la BOJ.

Depuis la mise en œuvre de taux d’intérêt négatifs en 2016, la BoJ a maintenu une position ultra-accommodante. Cependant, la forte dévaluation du yen qui en a résulté a entraîné une augmentation des pressions inflationnistes, limitant ainsi le pouvoir d’achat des ménages. Bien qu’elle ait atteint un sommet historique sur le marché boursier, l’économie japonaise a connu une croissance minimale en 2023, largement attribuée à la baisse des salaires réels et de la consommation réelle.

Les attentes du marché suggèrent fortement que la BoJ mettra fin à sa politique de taux d’intérêt négatifs lors de la réunion de mars ou d’avril. Une telle décision pourrait renforcer davantage le taux de change du yen par rapport à toutes les autres principales monnaies.

Australie

Les marchés boursiers australiens étaient sous pression en raison de la baisse des prix du minerai de fer, les actions des grandes sociétés minières, telles que BHP et RIO, connaissant une tendance à la baisse. La décision de la RBA sera un moteur clé pour les actions locales. La banque pourrait maintenir son taux d’intérêt à 4,35 % pour la troisième fois consécutive, en raison du ralentissement de l’inflation dans le pays. Cependant, son ton sur la poursuite de la trajectoire des taux déterminera le sentiment du marché.

Avec la diminution du pouvoir d’achat des consommateurs et l’atténuation des pressions inflationnistes, il est possible que la RBA adopte une position plus conciliante. Un tel changement est généralement considéré comme un facteur haussier pour les marchés boursiers locaux, mais pourrait exercer une pression à la baisse sur le dollar australien.

Laisser un commentaire

un + 10 =