People protest against Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu

Jean Delaunay

« Ramenez tout le monde à la maison » : des milliers de personnes à Tel Aviv exigent la libération des otages détenus par le Hamas

Depuis qu’Israël a lancé son offensive militaire à Gaza, plus de 100 otages ont été libérés lors d’un cessez-le-feu d’une semaine en novembre de l’année dernière. Mais les efforts visant à conclure un nouvel accord de trêve qui inclurait un échange d’otages israéliens contre des prisonniers palestiniens sont jusqu’à présent au point mort.

Des milliers de personnes ont organisé une manifestation à Tel Aviv pour exiger que le gouvernement israélien fasse davantage pour obtenir la libération des otages toujours détenus par le Hamas à Gaza.

Les manifestations hebdomadaires comportent également un élément antigouvernemental, beaucoup exigeant que le Premier ministre Benjamin Netanyahu convoque de nouvelles élections et ouvre la voie à un successeur.

« Je ne suis pas prêt à vivre dans un monde plein de mort. Je ne suis pas prêt à vivre dans un pays avec un gouvernement qui nous envoie nous installer aux frontières et combattre dans les guerres et qui finit par nous abandonner. prêt à vivre sans père », a déclaré Ofer Kalderon, le fils de Rotem Kalderon, l’un des otages capturés par le Hamas.

Le Hamas a lancé une incursion dans le sud d’Israël en octobre dernier, tuant environ 1 200 personnes et en prenant 250 autres en otages.

Depuis qu’Israël a lancé son offensive militaire à Gaza, plus de 100 otages ont été libérés au cours d’un cessez-le-feu d’une semaine en novembre de l’année dernière.

Mais les efforts visant à conclure un nouvel accord de trêve qui inclurait un échange d’otages israéliens contre des prisonniers palestiniens sont jusqu’à présent au point mort.

Je ne suis pas prêt à vivre dans un pays avec un gouvernement qui nous envoie nous installer aux frontières et combattre dans des guerres et qui finit par nous abandonner.

Ofer Kalderon

Fils de l’otage israélien Rotem Kalderon

L’un des objectifs déclarés de la campagne militaire israélienne était de libérer les otages détenus à Gaza, mais en huit mois, sept seulement ont été libérés.

Trois autres personnes ont été tuées par erreur par les forces israéliennes après s’être enfuies d’elles-mêmes et le Hamas affirme que d’autres ont été tués lors de frappes aériennes israéliennes. Israël estime qu’environ 80 d’entre eux sont toujours détenus par le Hamas, ainsi que les corps de 40 autres personnes.

« Dites oui à l’accord, ramenez tout le monde à la maison : les vivants pour leur réhabilitation et leurs familles et les morts pour un enterrement digne dans leur pays », a déclaré Michal Lubnov, l’épouse de l’otage Alex Lubnov.

L’offensive israélienne sur Gaza a tué plus de 37 000 Palestiniens, selon les autorités sanitaires locales, qui ne font pas de différence entre civils et combattants.

Cela a également déclenché une catastrophe humanitaire à Gaza, où plus de 80 % de la population a été déplacée et où les restrictions israéliennes et les combats en cours ont entravé les efforts visant à acheminer l’aide humanitaire, alimentant ainsi la faim généralisée.

Cette guerre non concluante a également divisé l’opinion publique israélienne, avec des milliers de personnes descendant dans la rue chaque samedi soir pour appeler le gouvernement à parvenir à un accord qui ramènerait les otages chez eux. Certains accusent Benjamin Netanyahu de donner la priorité à sa survie politique plutôt qu’à la vie des otages.

Pendant ce temps, les Palestiniens du sud de Gaza font la queue sous un soleil de plomb pour accéder à l’eau des camions humanitaires à Khan Younis, où des dizaines de milliers de personnes vivent principalement dans des tentes en plastique.

Les personnes déplacées luttent contre les températures élevées, le manque de nourriture et d’eau et peu ou pas de fournitures médicales.

Cela survient un jour après qu’un haut responsable du PAM a déclaré qu’une « catastrophe en matière d’eau et d’assainissement » se déroulait dans le sud de Gaza, aggravée par le nombre croissant de personnes déplacées de la ville la plus méridionale de Rafah.

« Les gens campent dans les rues, sur la plage, au mieux avec un abri. Mais vous savez, nous traversions des rivières d’eaux usées », a déclaré Carl Skau, Directeur exécutif adjoint du PAM.

Le même jour, un porte-parole de l’UNICEF a déclaré à la BBC qu’un de leurs convois s’était vu refuser l’entrée dans le nord de Gaza alors qu’il disposait de tous les documents nécessaires.

Laisser un commentaire

16 − 12 =