Qui est le candidat controversé à la présidentielle argentine, Javier Milei ?

Jean Delaunay

Qui est le candidat controversé à la présidentielle argentine, Javier Milei ?

Se faisant appeler « le roi de la jungle » et sortant une tronçonneuse lors de sa campagne électorale, Javier Milei agite la politique argentine à un moment sensible pour le pays latino-américain.

Batman et le Joker, un homme vêtu d’un costume de lion sur tout le corps, et un autre dont la tête et les bras ont été remplacés par des tronçonneuses. Il ne s’agit pas d’un carnaval ou d’un Comic-Con, mais plutôt d’un rassemblement de campagne farfelu pour le candidat présidentiel argentin Javier Milei.

En seulement quelques années, le populiste de droite Milei est passé du statut de tête parlante de la télévision qui a obtenu des audiences élevées avec ses explosions effrénées contre une « caste politique » qu’il imputait pour les malheurs économiques éternels de l’Argentine à un favori pour la présidence.

L’économiste ultra libéral a réussi ce que d’autres n’ont pas réussi : percer l’espace dominant entre le péronisme du parti « Front de Todos » et les partisans de l’ancien président Mauricio Macri, représenté par le parti « Juntos por el Cambio ».

D’où sa devise : « Je ne suis pas venu guider les agneaux, je suis venu réveiller les lions ».

Un partisan de Javier Milei, candidat à la présidentielle de la coalition Liberty Advances, participe à son rassemblement de clôture de campagne à Cordoba, en Argentine, le jeudi 16 novembre 2023.
Un partisan de Javier Milei, candidat à la présidentielle de la coalition Liberty Advances, participe à son rassemblement de clôture de campagne à Cordoba, en Argentine, le jeudi 16 novembre 2023.

Son attrait semble résider dans sa capacité à canaliser la colère que les Argentins ressentent contre la classe dirigeante dans un contexte d’inflation à trois chiffres et de pauvreté croissante. L’inflation annuelle dans le pays s’élève à 140 %, tandis que plus de 40 % de la population peine à arriver à la fin du mois.

« Il parle comme quelqu’un de la rue, comme l’un d’entre nous, c’est pour ça qu’il est si populaire », explique Rodrigo Agüera, un serveur argentin basé à Barcelone.

« Je suis favorable à un changement », dit-il, mais « il faudra voir ce qui se passera après cela, car en fin de compte, les politiques seront toujours des politiques, ils vous diront une chose et en feront une autre ».

De tête parlante à la télévision à candidat à la présidentielle

Autrefois considéré comme un accessoire de la politique argentine, Milei a réussi à faire valoir son succès en tant que tête parlante pour obtenir un siège à la Chambre des députés, la chambre basse du Congrès argentin, en 2021.

Il s’est ensuite lancé dans ce qui ressemblait à une candidature présidentielle de longue haleine, mais a ébranlé l’establishment politique argentin lorsqu’il a remporté le plus grand nombre de voix lors des primaires du pays en août, un concours national considéré comme un sondage massif des préférences des électeurs.

« C’est une personne qui ne comprend pas le système politique. Ni électoral ni exécutif. Il n’a aucune expérience de la gouvernance d’une ville ou d’une municipalité. Comment pouvons-nous attendre de lui qu’il gouverne un pays ? » » déclare Candela Kantor, étudiante en gestion culturelle.

« Il est entouré de personnes qu’il veut confier à la tête des ministères, des personnes étroitement liées à la pire crise qu’ait connue l’Argentine », ajoute-t-elle.

Javier Milei, candidat à la présidence de la coalition Liberty Advances, au centre, salue ses partisans lors de son rassemblement de clôture de campagne à Cordoba, en Argentine, le jeudi 16 novembre 2023.
Javier Milei, candidat à la présidence de la coalition Liberty Advances, au centre, salue ses partisans lors de son rassemblement de clôture de campagne à Cordoba, en Argentine, le jeudi 16 novembre 2023.

Les Argentins à la recherche d’une alternative

Milei devait avoir l’avantage lors du vote d’octobre, mais il a terminé deuxième, avec 30 % des voix, soit près de sept points de moins que le ministre de l’Economie Sergio Massa.

Le chercheur Alan Ríos semble penser que la partie de la population qui vote pour Milei « ne se voit pas reflétée dans le récit actuel, ni dans le kirchnérisme ni dans le macrisme ».

« Ils ont vécu des expériences avec les deux types de gouvernement et rien n’a changé. En fait, la situation a empiré », explique-t-il.

Milei et Massa s’affronteront ce week-end au second tour, et les sondages pré-électoraux montrent une égalité virtuelle avec un grand nombre d’indécis qui joueront un rôle clé dans la victoire.

« Oui » à l’autonomie corporelle, « Non » à l’avortement

Souvent surnommé le Donald Trump de l’Argentine, Milei adopte un mélange d’amour pour les idéaux du capitalisme et de politiques socialement conservatrices, notamment une opposition à l’avortement, que l’Argentine a légalisé en 2020.

Il est en revanche favorable à la libre vente des armes à feu et des organes humains. « Pourquoi tout doit-il être réglementé par l’État ? Ma première propriété, c’est mon corps », dit-il.

L’introduction du dollar américain et la fermeture de la Banque centrale sont deux des mesures qu’il promet, ainsi que la privatisation des entreprises publiques.

Certains adeptes utilisent également des accessoires pour imiter la tronçonneuse que Milei a souvent brandie lors des rassemblements pour symboliser ce qu’il veut faire avec les dépenses de l’État. L’économiste et amoureux des chiens a clairement indiqué qu’il y aurait des coupes budgétaires dans les principaux domaines sociaux tels que la santé, l’éducation et le développement social.

Selon le professeur d’histoire Luis Klejzer, « il représente un danger pour la liberté démocratique et les droits de l’homme ».

Le candidat à la présidentielle de la coalition Liberty Advances, Javier Milei, brandit une tronçonneuse lors d'un événement de campagne à La Plata, en Argentine, le mardi 12 septembre 2023.
Le candidat à la présidentielle de la coalition Liberty Advances, Javier Milei, brandit une tronçonneuse lors d’un événement de campagne à La Plata, en Argentine, le mardi 12 septembre 2023.

La mémoire historique en danger

Un autre point qui a suscité un débat public est celui de la candidate à la vice-présidence Victoria Villarruel.

Fille d’officiers militaires, Villarruel a été critiquée pour avoir remis en question les crimes commis pendant la dictature militaire qui a gouverné l’Argentine de 1976 à 1983, notamment la torture et la disparition de milliers de personnes par les forces de sécurité.

« Il y a un grand secteur de la société, les familles des militaires, les gens issus des milieux militaires, les gens plus à droite, qui sont tous impliqués dans la politique en Argentine et qui jusqu’à présent n’ont pas eu leur lieu de représentation », explique Ríos.

« Donc Milei, en venant ici et en défendant toutes ces choses, donne aussi ouvertement une place à tous ces gens », ajoute-t-il.

Agustin Salem tient un billet surdimensionné en dollars américains avec le visage du candidat à la présidence Javier Milei lors d'un rassemblement électoral à Buenos Aires, en Argentine, le lundi 25 septembre 2023.
Agustin Salem tient un billet surdimensionné en dollars américains avec le visage du candidat à la présidence Javier Milei lors d’un rassemblement électoral à Buenos Aires, en Argentine, le lundi 25 septembre 2023.

Selon Klejzer, la figure de Javier Milei « est capable de canaliser tout le mécontentement que porte cette société. Surtout parmi les jeunes », que la crise économique frappe très durement, selon lui.

« Ils ne voient pas d’avenir. Alors ils essaient de sortir de cette situation via l’extrême droite. »

Le professeur d’histoire de Buenos Aires se dit inquiet si Milei était élu président, car « nous sommes déjà à un pas de perdre les libertés constitutionnelles de notre chère Argentine ».

Laisser un commentaire

cinq × 4 =