Formateur Richard van Zwol and candidate PM Dick Schoof.

Jean Delaunay

Qui est Dick Schoof et pourquoi Geert Wilders l’a-t-il choisi comme nouveau Premier ministre ?

Le manque apparent d’expérience politique de Schoof contraste fortement avec celui de son prédécesseur libéral, Mark Rutte, qui dirige les Pays-Bas depuis 2010 et a joué un rôle influent au sein de l’UE.

L’ancien chef des services de renseignement, Dick Schoof, devrait devenir le nouveau Premier ministre des Pays-Bas, en attente d’une approbation formelle prévue pour fin juin ou début juillet.

Même si Schoof est largement connu dans son pays d’origine pour ses rôles de haut rang au sein de l’administration néerlandaise, il reste étranger à la plupart des autres Européens.

Le manque apparent d’expérience politique de Schoof contraste fortement avec celui de son prédécesseur libéral, Mark Rutte, qui dirige les Pays-Bas depuis 2010 et a joué un rôle influent au sein de l’UE.

Il dispose cependant d’une grande expertise en tant que chef du Coordonnateur national pour la sécurité et la lutte contre le terrorisme (NCTV) et secrétaire général du ministère de la Justice et de la Sécurité.

Bien qu’il ne soit membre d’aucun parti politique, Schoof a été associé au parti social-démocrate PvdA pendant 30 ans avant de quitter le parti il ​​y a cinq ans, déclarant qu’il ne se sentait plus proche de leurs opinions.

Le marathonien fanatique de 67 ans devrait diriger une coalition dominée par le Parti de la liberté radicale de droite de Geert Wilders, auquel se joignent le libéral VVD, le conservateur NSC et le parti paysan BBB.

Schoof a déclaré hier aux médias néerlandais lors d’une conférence de presse qu’il aspirait à représenter tout le monde aux Pays-Bas en tant que Premier ministre, précisant clairement qu’il n’était pas lié uniquement au PVV.

Dans les semaines à venir, Richard van Zwol, qui dirige la formation du nouveau gouvernement, constituera une équipe de ministres avec la contribution des quatre partis. Le gouvernement élaborera ensuite les plans à partir du document convenu précédemment qui définit les principaux points directeurs de la coalition.

Schoof, qui a étudié l’urbanisme et a débuté sa carrière au sein de l’Association des municipalités néerlandaises, a déclaré qu’avec l’accord en main, un « excellent » programme gouvernemental pourrait être créé « pour tous les Néerlandais ».

Schoof n’a pas commenté la manière dont il souhaitait mettre en œuvre le programme lors de la conférence de presse. « Mes projets pour les Pays-Bas correspondent à ce que les dirigeants des partis ont convenu », a-t-il déclaré, ajoutant que l’accord de coalition est « ambitieux ».

Que va-t-il arriver à Geert Wilders ?

Wilders, qui dirige son parti PVV depuis 2006, aurait pu devenir lui-même Premier ministre depuis que son parti est devenu le plus grand parti des élections nationales de novembre 2023.

Les dirigeants des quatre partis ont cependant tous renoncé à leurs postes ministériels et ont accepté de siéger au Parlement. Avoir un Premier ministre qui n’est lié à aucun des partis au pouvoir, un gouvernement technocratique, est une première aux Pays-Bas.

Les partis d’opposition ont eu une réaction mitigée à l’annonce surprise de Schoof comme prochain chef.

Denk, un parti représentant principalement les droits des minorités, s’est déclaré fermement opposé à la nomination. Lorsqu’il dirigeait les services de sécurité, Schoof surveillait de près les mosquées et autres organisations islamiques.

« La NCTV ne considérait pas les musulmans comme des alliés, mais comme un danger potentiel », a déclaré Stephan van Baarle, leader de Denk au parlement national, aux médias néerlandais. « Il semble que ce soit quelqu’un qui ne prend pas au sérieux les préoccupations des musulmans néerlandais », a-t-il déclaré.

Un autre sujet de préoccupation pourrait être les faux comptes qui auraient été utilisés par NCTV pour espionner les citoyens sous la direction de Schoof en 2021.

Le Forum pour la Démocratie, un autre parti de droite, a remis en question le rôle de Schoof dans cette affaire. « Les Pays-Bas ont voté pour Geert Wilders et nous avons un ancien responsable du PvdA qui espionne les gens depuis des années », a déclaré hier aux médias le leader du Forum pour la démocratie, Thierry Baudet.

La nomination devrait néanmoins être formellement approuvée par le roi des Pays-Bas dans quelques semaines. Tous les regards seront tournés vers la manière dont un haut fonctionnaire ayant peu d’expérience en matière de leadership politique peut maintenir le gouvernement d’extrême droite sur la bonne voie.

Laisser un commentaire

un + 2 =