Qui dirigerait l’UE si l’Eurovision le décidait ?

Martin Goujon

Qui dirigerait l’UE si l’Eurovision le décidait ?

Le vote qui préoccupe le plus l’Europe est presque à nos portes.

Non, pas les élections européennes – qui n’intéressent qu’environ 60 pour cent des citoyens, selon la dernière enquête Eurobaromètre*. Nous parlons de l’Eurovision.

* Nous devrions à ce stade mentionner toutes les histoires sérieuses et respectables sur les élections européennes produites par notre rédaction et que vous pouvez trouver sur notre hub électoral ici. Ce n’est pas l’un d’eux.

Armés de données savamment interprétées et présentées dans les graphiques convaincants ci-dessous, nous nous sommes demandés : et si les votes de l’Eurovision détenaient un plus grand pouvoir politique ? Et si, au lieu d’une gloire musicale (parfois éphémère), les gagnants devaient prendre les devants dans l’UE ?

En bref : l’Eurovision peut-elle réparer la démocratie ?

Tout d’abord, nous devons commencer par un peu de contexte et regarder qui a participé au plus grand nombre de concours Eurovision de la chanson.

Jusqu’à présent, 27 pays différents ont remporté le concours, la Suède et l’Irlande étant en tête du peloton avec sept victoires chacune. Ce sont les vrais Super Troupers.

Malgré de nombreuses plaintes concernant les échecs et les préjugés anti-britanniques, le Royaume-Uni a connu un succès remarquable, avec cinq victoires à son actif. Mais les Britanniques ont voté pour le Brexit et n’ont donc pas leur place dans ce classement.

Et pour chaque gagnant, il doit y avoir un perdant : 18 pays sont sortis de la finale avec le redoutable points nuls. La Norvège et l’Autriche sont en tête avec quatre finales sans but chacune, suivies par l’Allemagne avec trois.

Alors, que dit l’Eurovision sur qui devrait diriger l’Union européenne ?

Nous avons examiné le nombre de points à l’Eurovision que chaque pays de l’UE27 a remportés au cours des 10 dernières années et avons appris que, à la surprise de tous, c’est la Suède, pays hôte de cette année, qui devrait diriger le spectacle, avec l’aide d’un ami du Sud : Italie.

Les chiffres montrent également que les petites Malte et Chypre devraient occuper le devant de la scène. Mais l’Allemagne doit passer au second plan.

Pensons également au Luxembourg et à la Slovaquie, qui occupent le bas du classement en raison de leur faible participation au concours au cours de la dernière décennie. Le Luxembourg participe au concours de cette année, il pourrait donc grimper dans le classement, mais la Slovaquie n’y participe pas et n’y participe plus depuis 2012.

Il existe bien sûr de nombreuses similitudes entre l’Eurovision et l’UE. Il s’agit dans les deux cas de clubs relativement exclusifs auxquels beaucoup souhaitent adhérer, dans le cadre de ce que l’on pourrait définir comme un processus d’élargissement.

L’Eurovision a débuté en 1956 avec sept pays participants : la Belgique, la France, l’Allemagne, l’Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas et la Suisse (ce sont les six membres fondateurs de la Communauté européenne du charbon et de l’acier plus la place qui nous a donné Toblerone).

Signe précoce de l’importance de l’UE, la Suisse a remporté la première édition, même si le vote n’a jamais été rendu public (tout comme au Conseil européen).

Mais contrairement à l’UE, les négociations d’adhésion à l’Eurovision avancent rapidement et le concours a présenté au fil des ans des chansons de 52 pays – la plupart, mais pas tous, d’Europe (bonjour l’Australie).

Et si la Suède (qui a rejoint l’UE en 1995) a réussi à tenir ses rivaux à distance, cela n’a pas été sans controverse. L’année dernière, par exemple, le vote du public était en faveur de la Finlande, mais la Suédoise Loreen l’a emporté grâce au vote du jury.

La Suède a obtenu de très bons résultats au fil des ans car elle bénéficie du soutien d’un large bloc électoral composé principalement d’alliés d’Europe du Nord. Mais ces amitiés pourraient ne pas être réciproques : les Suédois donnent presque toutes leurs voix à la Norvège voisine.

Les chiffres montrent également un grand soutien à l’Ukraine, avec des amis comme la Lituanie, la Pologne et l’Italie qui soutiennent l’Eurovision, ainsi que les traditionnels love-ins de l’Eurovision entre la Grèce et Chypre, et l’Espagne et le Portugal.

Il est désormais temps de passer aux choses sérieuses et de répondre à la question qui préoccupe tout le monde… Qui va gagner l’Eurovision cette année ?

Les bookmakers travaillent 24 heures sur 24 pour le bien public et leurs chances prédisent une confrontation serrée entre la Suisse et la Croatie.

À la grande déception de Frans Timmermans, le projet néerlandais « Europapa » ne figure pas parmi les deux premiers, même s’il pourrait bénéficier d’un élan important du vote du public.

Ce sur quoi nous sommes tous d’accord, cependant, c’est que l’Eurovision sera bien plus divertissante que les élections européennes.

Laisser un commentaire

quatre + 3 =