Qu'est-ce qui a mal tourné dans l'enquête qui a mené à la destitution du Premier ministre portugais ?

Jean Delaunay

Qu’est-ce qui a mal tourné dans l’enquête qui a mené à la destitution du Premier ministre portugais ?

L’opération Influencer a fait tomber un Premier ministre en exercice pour la première fois dans l’histoire du Portugal. Alors que les procureurs reconnaissent leurs erreurs, nombreux sont ceux qui se demandent : la chute du Premier ministre portugais était-elle nécessaire ?

Le tsunami politique portugais a commencé il y a une semaine, lorsque deux personnes proches de l’actuel ex-Premier ministre António Costa ont été arrêtées.

Ils étaient accusés d’irrégularités dans la concession de gisements de lithium et de projets d’hydrogène vert.

Quelques heures plus tard, Costa lui-même a annoncé à la hâte sa démission, déclenchant des élections anticipées – les deuxièmes en deux ans.

« Je quitte mes fonctions la conscience tranquille », a déclaré le Premier ministre à la presse, alors que la société portugaise semblait perplexe, tandis que les socialistes européens pleuraient la perte d’un homme politique pressenti pour de plus hautes fonctions au sein de l’UE.

Ce n’était que le début de « l’Opération Influenceur », une enquête qui, pour la première fois dans l’histoire du Portugal, a fait tomber un Premier ministre en exercice.

Cependant, en quelques jours, les fils de l’enquête ont commencé à se dénouer, après que les procureurs portugais ont admis avoir confondu le nom du Premier ministre António Costa avec celui du ministre de l’Économie António Costa Silva, dans la transcription des écoutes téléphoniques.

Mais quelles autres erreurs ont été commises lors de l’opération qui s’est terminée par la chute du Premier ministre ?

L'ancien Premier ministre António Costa et le président portugais Marcelo Rebelo de Sousa
L’ancien Premier ministre António Costa et le président portugais Marcelo Rebelo de Sousa

Que se passe-t-il au Portugal ?

La solide majorité parlementaire dont jouissent les socialistes d’António Costa n’a pas suffi à maintenir le gouvernement à flot.

Mardi matin dernier, une onde de choc politique a secoué ce pays du sud de l’Europe.

Le parquet a ordonné l’arrestation de deux membres de l’entourage du Premier ministre António Costa, son chef de cabinet Vítor Escaria et l’homme d’affaires Diogo Lacerda Machado.

Lacerda et Costa sont de bons amis depuis qu’ils ont étudié le droit ensemble à Lisbonne. Lorsque Costa est devenu premier ministre en 2015, Lacerda Machado a pu rester aux côtés de son ami.

Selon les médias portugais, les investisseurs avaient pour habitude de faire appel à l’avocat de Lacerda Machado pour en savoir plus sur les machinations internes du gouvernement.

Costa fait l’objet d’une enquête pour trafic d’influence, détournement de fonds et escroquerie. Selon son propre chef de cabinet, il aurait débloqué des dossiers de concessions minières.

Dans un discours institutionnel le week-end dernier, l’ancien premier ministre a expliqué que « quoi que Lacerda Machado ait fait, il ne l’a jamais fait avec mon autorisation, un premier ministre n’a pas d’amis ».

« Tout au long de son mandat, Costa s’en est tenu au principe de ne pas démissionner lorsqu’il s’agissait de membres de son gouvernement », explique Paula Espírito Santo, professeur de sciences sociales et politiques à l’Université de Lisbonne.

« Il les a gardés jusqu’à la dernière minute, jusqu’à ce que la pression soit trop forte. Mais quand il s’agissait de lui-même, il a démissionné immédiatement, il n’a pas suivi ce principe », a-t-elle déclaré à L’Observatoire de l’Europe.

Au total, la police a effectué plus de 42 perquisitions, notamment au bureau de Costa au palais de Sao Bento et aux ministères de l’Infrastructure et de l’Environnement.

Lors des perquisitions, des enveloppes contenant plus de 75 000 € en espèces ont été trouvées dans le bureau du chef de cabinet d’António Costa, Vítor Escária, à la résidence officielle du premier ministre.

Les trois autres personnes arrêtées dans cette affaire sont le maire de Sines, Nuno Mascarenhas, et deux administrateurs de l’entreprise Start Campus, dont le projet de production d’hydrogène vert et de construction d’un centre de données à Sines fait l’objet d’une enquête.

Le ministre portugais des Infrastructures, Joao Galamba, a également démissionné lundi.

Des manifestants brandissent des banderoles et des drapeaux lors d'une manifestation des syndicats de travailleurs exigeant, entre autres, une augmentation des salaires et des retraites, à Lisbonne, le 11 novembre 2023.
Des manifestants brandissent des banderoles et des drapeaux lors d’une manifestation des syndicats de travailleurs exigeant, entre autres, une augmentation des salaires et des retraites, à Lisbonne, le 11 novembre 2023.

Pourquoi les poursuites ont-elles été dégonflées ?

Au cours des premiers jours de l’enquête, le ministère public portugais a commis une erreur qui a depuis pesé sur son dossier.

Ils ont admis avoir confondu le ministre de l’Économie, António Costa Silva, avec le Premier ministre du pays, António Costa, dans une transcription d’écoutes téléphoniques dans l’affaire de corruption.

« C’est (Diogo) Lacerda Machado qui a informé le ministère public qu’il y avait effectivement eu une erreur et le ministère public a dû l’accepter », a déclaré à la presse l’avocat de Lacerda Machado.

« Bien entendu, ces erreurs ne sont pas graves si elles sont involontaires. Que ce soit intentionnel ou non, je ne peux pas calomnier le ministère public », a ajouté l’avocat.

Selon le professeur Espírito Santo, aux yeux du public, ces erreurs minent l’enquête, mais en fin de compte, c’est le processus lui-même qui est important.

« Néanmoins, ce n’est certainement pas bon pour l’image du parquet portugais, qui devrait être plus prudent dans une affaire de cette importance », ajoute-t-elle.

Non seulement les accusés ont contredit l’accusation, mais le juge en charge du dossier aussi.

Le juge Nuno Dias Costa a libéré les cinq détenus, affirmant qu’il ne pense pas qu’ils devraient faire l’objet d’une enquête pour corruption ou prévarication, car il ne voit que des signes de trafic d’influence.

Il leur a cependant ordonné de rester dans le pays et de remettre leurs passeports. Lacerda Machado doit également payer une caution de 150 000 € dans un délai de 15 jours.

Dias Costa a ainsi rejeté la demande du parquet visant à maintenir en détention les deux principaux acteurs de l’affaire : l’ancien chef de cabinet du premier ministre et Lacerda Machado.

Cette décision, qui s’ajoute aux erreurs commises par les pouvoirs publics, a suscité les critiques d’une partie de la société qui se demande si ces troubles politiques étaient nécessaires.

« Le président du Parlement a également souligné qu’il fallait clarifier ce qui se passe, car on dit beaucoup que cela ternit l’image publique de la justice », explique le politologue.

«Le processus a suscité de nombreuses critiques, notamment de la part du Parti socialiste. Les autres partis sont plus silencieux car ils ont désormais une chance aux prochaines élections », ajoute-t-elle.

Le Premier ministre portugais sortant Antonio Costa, au centre, et le président Marcelo Rebelo de Sousa, à gauche.
Le Premier ministre portugais sortant Antonio Costa, au centre, et le président Marcelo Rebelo de Sousa, à gauche.

La fin du rêve européen de Costa ?

Jusqu’au scandale de ce mois-ci, le Premier ministre Costa était pressenti pour occuper un poste de haute direction au sein de l’UE à Bruxelles.

Les socialistes européens, qui perdent de leur force sur le vieux continent après chaque élection, ont applaudi la majorité parlementaire remportée par Costa au Portugal.

Ils voulaient donc que l’ancien Premier ministre obtienne un poste important au sein de l’UE, où il pourrait tenir compagnie à Josep Borrel, un autre socialiste et chef de la diplomatie européenne.

« Ce n’est pas facile de savoir ce qui va arriver à Costa. Jusqu’à présent, nous pensions qu’il avait perdu toutes ses attentes, mais plus nous en savons sur l’enquête, plus certaines personnes regrettent ce qui s’est passé », déclare le professeur Espírito Santo.

«De plus en plus de voix s’élèvent pour dire que s’il n’y avait pas suffisamment de preuves, il n’aurait pas dû démissionner. Alors ils lui reprochent et lui demandent pourquoi il a pris cette décision précipitamment ».

Laisser un commentaire

1 × 5 =