Qu’est-ce que le Bilan mondial des Nations Unies et comment aidera-t-il les pays à limiter le réchauffement climatique ?

Jean Delaunay

Qu’est-ce que le Bilan mondial des Nations Unies et comment aidera-t-il les pays à limiter le réchauffement climatique ?

Les pays adhèrent-ils à l’Accord de Paris ? L’ONU est sur le point de le découvrir.

Il y a près de huit ans, 193 États et l’Union européenne ont signé l’Accord de Paris.

Le traité international juridiquement contraignant sur le changement climatique vise, entre autres objectifs, à limiter le réchauffement climatique à 1,5°C au-dessus des niveaux préindustriels.

Alors, sommes-nous en bonne voie pour atteindre cet objectif ?

C’est la question à laquelle vise à répondre le tout premier Bilan mondial des Nations Unies.

Tout comme un inventaire, il évaluera les progrès collectifs réalisés par les pays vers la réalisation des objectifs de l’Accord de Paris.

Le processus de deux ans a débuté en 2022 et devrait avoir lieu tous les cinq ans selon les termes de l’accord.

Qu’est-ce que le bilan mondial ?

Le Bilan mondial des Nations Unies évaluera les mesures à prendre pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris.

Il a été inclus dans l’accord de tenir les pays responsables des objectifs climatiques qu’ils se sont fixés. Il sert également le « mécanisme à cliquet » de l’accord, qui vise à garantir que les actions contre le changement climatique deviennent plus ambitieuses au fil du temps.

Au cours des deux dernières années, les stratégies individuelles – ou contributions déterminées au niveau national (NDC) – de chaque pays ont été analysées.

D’autres informations, notamment les plans d’adaptation au climat des pays, leurs besoins financiers et technologiques, ont été rassemblées, parallèlement à des rapports et analyses scientifiques sur le changement climatique.

Toutes ces informations sont analysées par des experts et des délégués nationaux, et condensées dans une série de rapports de synthèse et de conclusions.

Les conclusions du bilan seront ensuite utilisées pour aider les pays à évaluer et à renforcer leurs CDN. Cela sous-tendra les discussions lors du sommet sur le climat COP28 en novembre.

Pourquoi l’Accord de Paris est-il important ?

L’objectif de l’Accord de Paris est de prévenir les pires impacts du changement climatique.

Les signataires ont convenu de maintenir « l’augmentation de la température moyenne mondiale bien en dessous de 2 °C au-dessus des niveaux préindustriels » et d’essayer de « limiter l’augmentation de la température à 1,5 °C au-dessus des niveaux préindustriels ».

Actuellement, le réchauffement se situe à 1,1°C – une augmentation qui a déjà conduit à des conditions météorologiques extrêmes, notamment des précipitations plus abondantes et des vagues de chaleur et des sécheresses plus intenses comme celles observées en Europe cet été.

Même avec ce niveau de réchauffement, une adaptation est nécessaire pour aider les populations et les écosystèmes à y faire face.

Avec un réchauffement de 1,5°C, environ 14 % de la population mondiale sera exposée à de graves vagues de chaleur au moins une fois tous les cinq ans, selon un rapport du GIEC publié en mars de cette année. Ce chiffre atteint 37 pour cent avec un réchauffement de 2°C.

À 2 °C, 61 millions de personnes de plus seraient exposées à une grave sécheresse qu’à 1,5 °C, tandis que 50 % de personnes supplémentaires pourraient connaître une augmentation du stress hydrique induit par le changement climatique.

L’élévation du niveau de la mer, le réchauffement des océans et la perte d’habitats pour les plantes et les animaux seront également beaucoup plus importants.

Le réchauffement de la planète signifie davantage de décès liés à la chaleur, de maladies à transmission vectorielle et d’insécurité alimentaire, ce qui a un impact encore plus important sur la santé humaine et les moyens de subsistance.

Ces effets ne feront que s’aggraver à mesure que les températures continuent d’augmenter, avec des impacts variables à travers le monde. Les communautés défavorisées, celles vivant sous des latitudes inférieures et les citadins seront probablement les plus touchés, selon le GIEC.

Pourquoi le Bilan mondial est-il important ?

Le rapport de l’ONU sur les changements climatiques de l’année dernière a révélé que les engagements actuels des pays en matière de climat nous mettent sur la bonne voie pour atteindre un réchauffement de 2,5°C d’ici la fin du siècle. Une action urgente est nécessaire pour éviter cela.

Non seulement le Bilan mondial de l’ONU évaluera nos progrès collectifs dans la réalisation des objectifs de l’Accord de Paris, mais il mettra également en évidence nos lacunes.

Cela aidera les décideurs politiques à identifier les domaines dans lesquels une action plus forte est nécessaire en matière de changement climatique et à « corriger le tir ».

Le bilan vise à identifier les obstacles et à proposer des actions « réalisables, efficaces et peu coûteuses » pour aider les pays à réduire les émissions liées au chauffage de la planète.

« Si nous agissons maintenant, nous pouvons encore garantir un avenir vivable et durable pour tous », déclare la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

Que faut-il faire pour limiter le réchauffement climatique ?

Les émissions mondiales doivent être réduites de près de moitié d’ici 2030 pour que le monde puisse limiter l’augmentation de la température mondiale à 1,5°C, selon l’ONU.

Pour y parvenir, les émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine doivent culminer avant 2025 au plus tard et diminuer de 43 % d’ici 2030.

Cela signifiera réduire notre dépendance aux combustibles fossiles en passant aux énergies renouvelables et aux véhicules électriques, en améliorant l’efficacité énergétique, en réduisant le gaspillage alimentaire, en freinant la déforestation et en restaurant les écosystèmes.

Quels autres sujets seront abordés lors de la COP28 ?

En plus de discuter des résultats du bilan mondial, la COP28 en novembre abordera d’autres questions liées au climat.

Il s’agit notamment de fonds pour pertes et dommages, qui permettent aux pays riches d’aider les pays en développement vulnérables à combattre et à atténuer les effets immédiats du changement climatique.

Les pays débattront également de la manière de parvenir à une transition juste vers les énergies renouvelables, entre autres questions liées au climat.

Laisser un commentaire

quatre − trois =