What is the #MeTooStandUp campaign and how is it shaking up the French comedy scene?

Jean Delaunay

Qu’est-ce que la campagne #MeTooStandUp et en quoi bouleverse-t-elle la scène comique française ?

La campagne #MeTooStandUp, qui dénonce les violences sexistes et sexuelles dans le monde de la comédie, entend faire bouger les choses. Parce que le harcèlement sexuel et sexiste n’a rien de drôle.

Après la vague d’accusations contre Gérard Depardieu et le moment décisif #MeToo auquel la France est enfin confrontée dans son industrie insulaire du divertissement, il semble y avoir de nouveaux progrès.

L’industrie française de l’humour s’est dotée d’une « charte de bonne conduite » essentielle, afin de lutter contre la multiplication des cas de harcèlement et de violences sexuelles et sexistes signalés dans l’industrie.

Menée par Jessie Varin, directrice artistique du théâtre péniche parisien Nouvelle Seine, l’initiative #MeTooStandUp vise à prévenir toutes « formes de violences et de harcèlement sexistes et sexuels avant, pendant et après les représentations ».

Ce nouveau texte, rédigé par des professionnels du spectacle (producteurs, réalisateurs, artistes) a été déposé dans toutes les salles d’humour parisiennes, accompagné d’un logo de la célèbre dessinatrice Pénélope Bagieu, qui montre un micro passé entre deux personnes avec le slogan : « Dans ce comedy club » (« Dans ce club de comédie »).

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par La Nouvelle Seine Comedy Club (@lanouvelleseinecomedyclub)

« Il y a une volonté des femmes de ne pas être confrontées au sexisme dans les vestiaires ou à des petites remarques qui vous déstabilisent alors que vous êtes dans une phase de votre travail où vous êtes plus vulnérable », a déclaré Jessie Varin au Parisien. « Les femmes et les minorités doivent toujours se protéger un peu plus ».

En pratique, tous les lieux signataires – 59 clubs et théâtres d’humour à ce jour, dont La Nouvelle Seine, Paname Art Café, Petit Olympia Comedy, Cartel Comedy Club et Bo Saint-Martin – se sont également engagés à « programmer au moins deux artistes féminines par soirée » et d’intervenir en cas de propos ou d’attitudes sexistes, racistes, homophobes ou transphobes.

Et ces attitudes sont monnaie courante. Selon l’humoriste et journaliste français Mahaut Drama, les clubs de comédie sont « programmés par des hommes qui privilégient une forme de bromance », soulignant le sexisme systémique dans le monde du stand-up qui tend à encourager une mentalité de club de garçons.

« Ils n’ont jamais le réflexe de se dire ‘il faut que je me force à programmer les femmes’. Ils prétextent souvent qu’il y a trop peu de femmes.»

Drama a déclaré : « Il y a cette impression d’un double standard où, pour qu’une femme soit programmée, son CV doit être trois fois plus long que celui de ses collègues masculins. On a l’impression que peu importe ce qu’on fait à la radio et à la télévision, , écrivez un livre, faites un podcast, partez en tournée et faites le plein, vous allez toujours être du genre « je ne suis pas sûr ».

L'actrice française Judith Godrèche, qui a porté plainte pour viol contre le réalisateur Benoît Jacquot
L’actrice française Judith Godrèche, qui a porté plainte pour viol contre le réalisateur Benoît Jacquot

#MeTooStandUp arrive à un moment où le mouvement de stand-up #MeToo libère de plus en plus la parole dans l’industrie française du divertissement, et dans le sillage des actions de l’actrice française Judith Godrèche, qui a exhorté les politiques à créer une commission chargée d’enquêter sur les crimes sexuels. et le sexisme dans le cinéma français.

Cela étant dit, il existe des cas répétés de harcèlement et d’abus – et la scène comique est loin d’être exemptée. Un incident clé qui a fait la une des journaux en début d’année est survenu lorsque vingt comédiens ont condamné le comportement de Seb Mellia, l’humoriste de 38 ans qui s’est fait un nom au Jamel Comedy Club.

Seb Mellia a dénoncé « une cabale » et a promis que l’affaire serait réglée devant les tribunaux.

Avec un peu de chance, l’initiative #MeTooStandUp commencera à faire davantage de vagues dans le circuit de la comédie, même si cela semble être une lutte difficile étant donné que la parité « est compliquée » dans le monde du stand-up, selon Varin.

« L’idée n’est pas de créer des étapes paritaires mais de planter une petite graine, de faire circuler un peu plus d’énergie féminine dans la profession ».

Laisser un commentaire

5 × cinq =