Quels visas pour nomades numériques offrent les séjours les plus longs, les frais les plus bas et les demandes les plus simples ?

Milos Schmidt

Quels visas pour nomades numériques offrent les séjours les plus longs, les frais les plus bas et les demandes les plus simples ?

L’OMT affirme que plus de la moitié des destinations mondiales proposent désormais des visas pour nomades numériques.

La popularité des visas pour nomades numériques est en hausse, selon un nouveau rapport de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) des Nations Unies.

Depuis 2020, de nombreux pays ont créé des visas spécifiquement destinés aux travailleurs à distance en réponse aux restrictions de voyage imposées pendant la pandémie de COVID-19. Le premier a été l’Estonie, qui a introduit son programme de visa spécialisé pour les nomades numériques en juillet 2020.

À mesure que la technologie de vidéoconférence s’est améliorée et que les libertés de travailler en dehors du bureau se sont élargies, la popularité du nomadisme numérique a continué de croître au cours des trois dernières années.

Aux États-Unis, par exemple, le nombre de nomades numériques a augmenté de 131 % en 2022 par rapport à 2019, pour atteindre un total de 17 millions de personnes.

Et avec une popularité croissante, de plus en plus de pays ont créé des programmes de visa spécialement destinés à ces travailleurs internationaux à distance. Les différents visas proposés dans le monde présentent de nombreux avantages et inconvénients.

À quoi ressemblent les visas pour nomades numériques dans le monde ?

Sur les 54 destinations analysées par l’OMT, près de la moitié proposent des visas d’une durée maximale d’un an.

Le Canada offre le séjour le plus court de seulement 30 jours aux nomades numériques, tandis que la Thaïlande délivre les visas les plus longs.

La plupart des pays autorisent initialement les visas de trois à six mois avec possibilité de prolongation ou de renouvellement à la fin de cette période.

Il a été constaté que les Amériques étaient la région la plus favorable aux nomades numériques. Les programmes de visa sont proposés dans 21 destinations différentes, principalement des petits États insulaires. En Europe, 19 pays disposent de visas pour nomades numériques tandis que deux autres, l’Italie et la Macédoine du Nord, travaillent à l’introduction de programmes spécialisés.

La Croatie offre des avantages fiscaux aux nomades numériques.
La Croatie offre des avantages fiscaux aux nomades numériques.

Près de 40 % des destinations exemptent les nomades numériques du paiement d’impôts, notamment la Croatie, le Portugal et l’Albanie. L’OMT a constaté que les nomades devenaient des résidents imposables après avoir séjourné 183 jours dans la plupart des endroits.

Antigua-et-Barbuda offre aux titulaires de visa deux ans sans taxes tandis que la Barbade et la Lettonie offrent un an.

Les exigences de revenu minimum variaient également énormément selon les 54 pays. Anguilla, les Bahamas, Curaçao, le Maroc et Sainte-Lucie n’ont pas d’exigence mensuelle minimale.

Aux îles Caïmans, cependant, il vous faudra gagner environ 100 000 $ (93 600 €) par an pour demander un visa. Généralement, un revenu minimum compris entre 1 000 et 4 000 dollars (936 et 3 744 euros) par mois était requis dans la plupart des destinations.

Où est-il le plus simple et le moins cher de demander un visa de nomade numérique ?

En ce qui concerne les candidatures, 76 % des destinations permettent aux nomades numériques de postuler en ligne. Mais un nombre surprenant de pays, dont l’Estonie, Chypre et l’Islande, n’acceptent encore que les copies papier des candidatures.

Quatre cinquièmes des pays traitent les demandes dans un délai d’un mois. Beaucoup le font beaucoup plus rapidement, certaines autorités, notamment la Grèce, le Maroc et la Barbade, prenant au maximum 10 jours. Certains des délais de traitement les plus longs ont été constatés en Tchéquie, au Danemark, en Équateur, en Malaisie, en Norvège, au Portugal et aux Émirats arabes unis, qui variaient tous entre deux et quatre mois.

Le processus de demande de visa varie selon chacun des 54 pays.
Le processus de demande de visa varie selon chacun des 54 pays.

Les 54 pays mentionnés dans le rapport de l’OMT exigent une forme ou une autre de vérification du casier judiciaire dans le cadre du processus.

Le coût de la candidature varie également à travers le monde. Seuls 6 pour cent des pays – dont Aruba, la Géorgie et Maurice – n’appliquaient aucun frais pour les demandes de visa.

Les frais les plus élevés ont été constatés à Anguilla, Antigua-et-Barbuda, à la Barbade, aux îles Caïmans et à Grenade, où un visa vous coûtera plus de 1 000 €.

Quel impact les visas pour nomades numériques ont-ils eu ?

L’analyse de l’OMT indique que, même si le nomadisme numérique est devenu un modèle pour soutenir les pertes touristiques dues au COVID-19, il est encore difficile d’évaluer son impact.

Généralement, ces visas spécialisés constituent une bonne option pour les personnes souhaitant voyager, offrant la possibilité d’explorer de nouveaux endroits tout en étant capables de travailler. Ils pourraient également contribuer à promouvoir des destinations moins visitées telles que les zones rurales ou encourager les gens à s’y rendre en basse saison.

Mais, prévient-il, les nomades numériques doivent être encouragés à s’intégrer à l’économie et à la culture locales.

Des recherches ont montré, par exemple, que les nomades numériques dépendent fortement de locations à court terme pour leur logement via des plateformes comme Airbnb. Cet aspect de la tendance émergente a conduit les résidents locaux de certains pays comme le Portugal à accuser les travailleurs à distance de les exclure du marché du logement.

Laisser un commentaire

15 − dix =