Copernicus

Milos Schmidt

Quels sont les effets à long terme des canicules marines ?

Le changement climatique entraîne des vagues de chaleur en mer comme sur terre. Nous étudions les effets à long terme des vagues de chaleur marines en Méditerranée et demandons si quelque chose peut être fait pour aider ces colonies emblématiques à survivre.

Les dernières données sur la température de la surface de la mer ont fait grand bruit dans l’actualité, puisque le service Copernicus sur le changement climatique a rapporté que les chiffres avaient atteint de nouveaux records dès ce janvier. Alors, quel impact cette hausse des températures de la mer a-t-elle sur la vie marine sous les vagues ? Nous explorons cette question dans cet épisode de Climate Now.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, un petit rappel des dernières données Copernicus, qui révèlent que nous avons connu le mois de janvier le plus chaud jamais enregistré, avec des températures mondiales de 0,7 degrés Celsius au-dessus de la moyenne 1991-2020. Nous avons également connu les 12 mois consécutifs les plus chauds jamais enregistrés, avec pour la première fois une température moyenne de plus de 1,5 Celsius au-dessus du niveau préindustriel. Ce seuil symbolique est un objectif clé de l’accord de Paris sur le climat de l’ONU.

Nous venons de connaître le mois de janvier le plus chaud jamais enregistré.  Données du service Copernicus sur le changement climatique.
Nous venons de connaître le mois de janvier le plus chaud jamais enregistré. Données du service Copernicus sur le changement climatique.

Les conditions météorologiques en Europe ont toutefois été très variables en janvier. Certaines régions de Scandinavie ont connu leurs températures les plus froides depuis des décennies, tandis qu’en Espagne, les températures ont atteint à la fin du mois des températures supérieures de 8 degrés au-dessus de la moyenne.

Une grande partie du globe a été plus chaude que la moyenne en janvier.  Données du service Copernicus sur le changement climatique.
Une grande partie du globe a été plus chaude que la moyenne en janvier. Données du service Copernicus sur le changement climatique.

Dans les océans situés entre 60 degrés nord et 60 degrés sud – les mers situées entre les deux zones polaires – la température moyenne de la surface de la mer dans le monde était de 20,97 degrés Celsius. Il s’agit d’un chiffre surprenant, comparable à la moyenne la plus élevée jamais enregistrée de 20,98 degrés Celsius, enregistrée en août 2023.

Les températures à la surface de la mer atteignent déjà des sommets sans précédent.  Données du service Copernicus sur le changement climatique.
Les températures à la surface de la mer atteignent déjà des sommets sans précédent. Données du service Copernicus sur le changement climatique.

De telles températures à la surface de la mer ne sont pas de bon augure pour l’été 2024, soulevant des questions sur la résilience de certains écosystèmes importants comme les coraux face à la pression répétée des périodes d’eau plus chaude.

Direction les Pharillons

Le spot de plongée bien connu des Pharillons fait partie du Parc National des Calanques.
Le spot de plongée bien connu des Pharillons fait partie du Parc National des Calanques.

C’est dans cette optique que l’équipe de Climate Now est partie à Marseille pour plonger avec les chercheurs de l’ONG Septentrion Environnement. Lorsque nous les avons rejoints, ils enfilaient leurs équipements et prenaient le large.

Tristan Estaque et Jeremy Wilks à la proue du Cromagnon.
Tristan Estaque et Jeremy Wilks à la proue du Cromagnon.

« Aujourd’hui, nous allons réaliser un recensement de l’état de santé des populations de gorgones rouges entre 30 et 40 mètres de profondeur sur un site près de Marseille appelé Les Pharillons », explique le biologiste marin Tristan Estaque.

Il a souligné la nécessité de visites fréquentes : « Le but est d’effectuer un suivi assez régulier pour voir comment l’état de santé de ces populations se dégrade progressivement dans le temps ».

Le littoral pittoresque du Parc National des Calanques a été frappé par des vagues de chaleur marines en 1999, 2003, 2015, 2022 et 2023.

Cela signifie désormais que les colonies de coraux et de gorgones ont disparu dès les 10 à 20 premiers mètres d’eau. Dans les eaux plus profondes et plus fraîches, ces espèces spéciales prospèrent toujours.

Tristan Estaque de Septentrion Environnement mesure les gorgones aux Phar-illons, près de Marseille.
Tristan Estaque de Septentrion Environnement mesure les gorgones aux Phar-illons, près de Marseille.

« Le fait est que tout ce qui était mort en 2022 est toujours mort. Il reste encore beaucoup de squelettes de gorgones », explique Tristan, indiquant que le recrutement de nouveaux coraux n’a pas eu lieu depuis les températures constamment élevées de ces dernières années.

« Quand on arrive à environ 35-40 mètres, on commence à voir une population dense, en bonne santé, comme c’était le cas les années précédentes. Ils n’ont donc pas encore été touchés. »

Les gorgones des profondeurs inférieures à 30 mètres sont toujours en bonne santé.
Les gorgones des profondeurs inférieures à 30 mètres sont toujours en bonne santé.

Prendre des images pour documenter le changement

La vidéo et les photos prises par les scientifiques leur offrent une base solide pour surveiller comment les vagues de chaleur marines tuent certaines espèces en Méditerranée.

Justine Richaume de Septentrion Environnement explique l'impact dévastateur des canicules marines sur les coraux.
Justine Richaume de Septentrion Environnement explique l’impact dévastateur des canicules marines sur les coraux.

Justine Richaume nous montre trois photos exactement de la même zone près de la Corse pour illustrer ce qui se passe. Sur la photo la plus ancienne, datant de 2015, « on voit des colonies de corail rouge de Méditerranée en parfaite santé. Sur la deuxième image de 2017 on voit que les colonies commencent à mourir. On voit des nécroses et des tissus morts. Cela pourrait être en raison de vagues d’anomalies thermiques.

Colonie de corail rouge dans la grotte Grotte Palazzu au large de la Corse en 2015.
Colonie de corail rouge dans la grotte Grotte Palazzu au large de la Corse en 2015.
La même colonie de corail rouge présentant des signes de nécrose dans la Grotte Palazzu en 2017.
La même colonie de corail rouge présentant des signes de nécrose dans la Grotte Palazzu en 2017.

« Et enfin, sur la dernière image, datant de 2023, nous pouvons voir que ces colonies de corail rouge ont complètement disparu, montrant une structure plutôt plate de l’habitat, et il n’y a aucun habitat disponible pour les poissons. »

La Grotte Palazzu en 2023. Les coraux rouges sont morts et sont tombés.
La Grotte Palazzu en 2023. Les coraux rouges sont morts et sont tombés.

À l’échelle mondiale, le nombre de vagues de chaleur marines a doublé depuis 1982, et les espèces qui ne peuvent pas se déplacer, comme les coraux, sont parmi les plus touchées.

Que peut-on faire pour aider les coraux ?

Les scientifiques affirment que la principale chose que nous pouvons faire pour les aider est d’empêcher la pêche et le tourisme autour des zones vulnérables. Les ancres, les palmes, la pollution et certaines techniques de pêche peuvent endommager les coraux et les empêcher de se rétablir.

Tristan Estaque regarde la côte méditerranéenne.
Tristan Estaque regarde la côte méditerranéenne.

« Peut-être qu’en supprimant les pressions humaines, nous leur donnerions une chance de s’adapter. Peut-être qu’une mutation émergera et que nous aurons des supercolonies adaptées au changement climatique et qui seront alors, dans un monde parfait, capables de se reproduire et reconquérir les couches vers la surface », explique Tristan Estaque.

Toutefois, Justine Richaume met en garde contre le fait qu’une reprise pourrait se dessiner prochainement.

En Méditerranée du moins, dit-elle, « à l’échelle d’une vie humaine, nous ne pourrons pas retrouver les paysages qui ont été perdus, par exemple, suite aux canicules marines de 1999, 2003 et 2022 ».

Les vagues de chaleur marines devraient devenir plus fréquentes et plus intenses à mesure que la planète se réchauffe, et même dans les meilleures conditions, ces espèces ne croissent que de quelques millimètres par an.

Jeremy Wilks, journaliste de Climate Now, sur la côte à La Pointe Rouge, Marseille, France.
Jeremy Wilks, journaliste de Climate Now, sur la côte à La Pointe Rouge, Marseille, France.

L’équipe de Septentrion Environnement poursuivra sa mission d’étude des coraux, de documentation du déclin et de sensibilisation des populations locales et des décideurs à l’importance de ces écosystèmes pour la biodiversité en Méditerranée. Face aux espèces envahissantes, à la pollution et aux températures élevées de l’eau qui constituent une menace croissante pour ces eaux, il est essentiel de sensibiliser les gens et d’installer des zones de protection pour donner aux coraux une chance de survivre.

Jeremy Wilks, journaliste de Climate Now, sur la côte à La Pointe Rouge, Marseille, France.
Jeremy Wilks, journaliste de Climate Now, sur la côte à La Pointe Rouge, Marseille, France.

Laisser un commentaire

18 − 18 =