What do the US, Afghanistan and the EU have in common? They’re all highly suspicious of TikTok.

Jean Delaunay

Quels pays ont interdit TikTok et pourquoi ?

De nombreux pays s’inquiètent de la sécurité de TikTok et des liens de la plateforme avec la Chine. Les États-Unis sont les derniers à demander une interdiction.

L’Australie est devenue le dernier pays à interdire TikTok sur les appareils du gouvernement fédéral, alors que les inquiétudes grandissent concernant la confidentialité et la sécurité de l’application de partage de vidéos appartenant à la Chine.

Les États-Unis, le Canada, la Grande-Bretagne et la Nouvelle-Zélande – qui forment avec l’Australie les partenaires de partage de renseignements « Five Eyes » – ont tous pris des mesures similaires contre TikTok ces dernières semaines.

Les experts craignent que des informations sensibles ne soient exposées lors du téléchargement de l’application, en particulier sur les appareils gouvernementaux.

TikTok conteste les accusations selon lesquelles elle collecte plus de données sur les utilisateurs que d’autres sociétés de médias sociaux et a qualifié les interdictions de « désinformation élémentaire », affirmant qu’elles avaient été décidées « sans délibération ni preuve ».

TikTok appartient à la société technologique chinoise Bytedance, mais elle insiste sur le fait qu’elle est gérée de manière indépendante et ne partage pas de données avec le gouvernement chinois. Elle mène actuellement un projet visant à stocker les données des utilisateurs américains au Texas, ce qui, selon elle, les mettrait hors de portée de la Chine.

Cependant, de nombreux pays restent prudents quant à la plateforme et à ses liens avec la Chine. Les entreprises technologiques occidentales, notamment Airbnb, Yahoo et LinkedIn, ont également quitté la Chine ou y ont réduit leurs activités en raison de la loi stricte de Pékin sur la confidentialité, qui précise comment les entreprises peuvent collecter et stocker des données.

Voici les pays et régions qui ont annoncé ou déjà mis en œuvre des interdictions partielles ou totales de l’application.

Australie

Le 4 avril, l’Australie a interdit TikTok de tous les appareils appartenant au gouvernement fédéral pour des raisons de sécurité.

Un avis publié par le ministère du Procureur général indique que TikTok présente des risques en matière de sécurité et de confidentialité en raison de « la collecte approfondie de données d’utilisateurs et de l’exposition à des instructions extrajudiciaires d’un gouvernement étranger qui sont en conflit avec la loi australienne ».

Le procureur général Mark Dreyfus a déclaré dans un communiqué que, sur la base des conseils des agences de renseignement et de sécurité, l’interdiction entrerait en vigueur « dès que possible ».

Estonie

Fin mars, le ministre estonien sortant de l’informatique et du commerce extérieur, Kristjan Järvan, a déclaré à un journal local que TikTok serait interdit sur les smartphones fournis par l’État aux agents publics.

Toutefois, s’adressant à Eesti Päevaleht, le ministre a ajouté : « Si un agent public utilise son téléphone privé au travail, nous n’examinerons vraiment pas cette question ».

La Grande-Bretagne

Le 16 mars, Oliver Dowden, secrétaire d’État britannique au Cabinet Office, a annoncé dans une déclaration à la Chambre des communes du Royaume-Uni l’interdiction immédiate de l’application sur les appareils officiels du gouvernement.

« Il s’agit d’une mesure de précaution. Nous savons que l’utilisation de TikTok est déjà limitée au sein du gouvernement, mais il s’agit également d’une bonne cyber-hygiène », a déclaré le ministre dans son discours aux députés.

L’interdiction est basée sur un rapport du Centre national de cybersécurité du Royaume-Uni, qui a révélé qu’« il pourrait y avoir un risque lié à la manière dont certaines plateformes accèdent et utilisent des données gouvernementales sensibles ».

Bien que le Royaume-Uni ait été l’un des premiers pays à interdire l’utilisation d’autres technologies chinoises telles que celle de Huawei,**les critiques ont souligné le retard pris dans l’interdiction de TikTok** par rapport à ses alliés.

Institutions européennes

Le Parlement européen, la Commission européenne et le Conseil de l’UE, les trois principaux organes de l’UE, ont tous interdit TikTok sur les appareils du personnel, invoquant des problèmes de cybersécurité.

L’interdiction du Parlement européen est entrée en vigueur le 20 mars. Il a également « fortement recommandé » aux membres du Parlement et au personnel de supprimer également l’application de leurs appareils personnels.

France

Le 24 mars, le gouvernement français a interdit l’installation et l’utilisation d’applications « récréatives » telles que TikTok, Netflix et Instagram sur les téléphones professionnels de 2,5 millions de fonctionnaires.

L’interdiction, qui a été notifiée par une instruction « contraignante », est entrée en vigueur immédiatement et ne s’applique pas aux téléphones personnels des fonctionnaires.

La France est le premier pays à intensifier ses efforts pour interdire également d’autres applications « récréatives » telles que Netflix sur les appareils gouvernementaux.

« Les applications récréatives ne présentent pas des niveaux suffisants de cybersécurité et de protection des données pour être déployées sur les équipements administratifs. Ces applications peuvent donc constituer un risque pour la protection des données de ces administrations et de leurs agents publics », a indiqué le gouvernement français dans un communiqué.

Le ministre français de la Fonction publique, Stanislas Guerini, a tweeté que cette mesure visait à « assurer la cybersécurité » des administrations et des fonctionnaires du pays.

Les Pays-Bas

Le ministère néerlandais de l’Intérieur a découragé l’utilisation de toutes les applications provenant de « pays dotés d’un cyberprogramme agressif ciblant les Pays-Bas ou les intérêts néerlandais » sur les téléphones distribués par le gouvernement.

Il n’a pas identifié nommément TikTok, mais l’avis fait suite à une évaluation de l’agence nationale de renseignement AIVD qui a averti que les applications de pays comme la Chine, la Russie, la Corée du Nord et l’Iran comportaient « un risque accru d’espionnage ».

« Le gouvernement central doit pouvoir effectuer son travail en toute sécurité, y compris via ses appareils mobiles », a déclaré le 21 mars Alexandra van Huffelen, la ministre néerlandaise de la Digitalisation.

A terme, le gouvernement souhaite que tous les téléphones professionnels des fonctionnaires soient configurés de manière à ce que seules les applications, logiciels ou fonctionnalités préalablement autorisés puissent être installés et utilisés.

Norvège

Le 23 mars, le parlement norvégien a interdit l’utilisation de Tiktok sur les appareils professionnels, après que le ministère de la Justice du pays a averti que l’application ne devrait pas être installée sur les téléphones attribués aux employés du gouvernement.

La ministre de la Justice, Emilie Enger Mehl, a déclaré dans un communiqué que « dans leurs évaluations des risques (…) les services de renseignement norvégiens désignent la Russie et la Chine comme les principaux facteurs de risque pour les intérêts de sécurité de la Norvège ».

Elle a ajouté qu’« ils désignent également les médias sociaux comme un forum privilégié par des acteurs potentiellement dangereux et d’autres qui veulent nous influencer par la désinformation et les fausses nouvelles ».

Les fonctionnaires peuvent toujours utiliser TikTok si nécessaire pour des raisons professionnelles, mais uniquement sur des appareils qui ne sont pas connectés au réseau gouvernemental, a indiqué le ministère.

La capitale norvégienne, Oslo, et sa deuxième plus grande ville, Bergen, ont également exhorté les employés municipaux à supprimer TikTok de leurs téléphones professionnels.

Belgique

Le 10 mars, la Belgique a annoncé qu’elle interdirait TikTok des appareils détenus ou payés par le gouvernement fédéral belge pendant au moins six mois, invoquant des inquiétudes concernant la cybersécurité, la confidentialité et la désinformation.

Le Premier ministre Alexander de Croo a déclaré que l’interdiction était basée sur les avertissements des services de sécurité de l’État et de son centre de cybersécurité, qui ont déclaré que l’application pourrait collecter des données d’utilisateurs et modifier des algorithmes pour manipuler son fil d’actualité et son contenu.

En réponse à l’annonce de la Belgique, TikTok s’est dit « déçu par cette suspension, qui repose sur des informations erronées sur notre entreprise », ajoutant qu’ils étaient « prêts à rencontrer les responsables pour répondre à toute préoccupation et remettre les pendules à l’heure sur les idées fausses ».

Danemark

Le 6 mars, le ministère danois de la Défense a annoncé qu’il « interdirait l’utilisation de l’application aux unités officielles » à titre de mesure de cybersécurité.

Dans un communiqué, le ministère a déclaré que le Centre pour la cybersécurité du pays scandinave, qui fait partie des services de renseignement étrangers du Danemark, avait évalué l’existence d’un risque d’espionnage.

Le ministère a déclaré qu’« il y avait d’importantes considérations de sécurité au sein du ministère de la Défense, combinées à un besoin professionnel très limité d’utiliser l’application », et que les employés « sont tenus de désinstaller TikTok sur les téléphones de service et autres appareils officiels dès que possible s’ils le souhaitent ». l’avoir déjà installé ».

États-Unis

Le 13 mars, la Chambre des représentants a adopté à une écrasante majorité un projet de loi exigeant que la société mère de TikTok, basée à Pékin, se désengage de la plateforme sous peine d’une interdiction nationale.

Le projet de loi doit encore être approuvé par le Sénat, **qui s’est précédemment opposé à une interdiction**pour des raisons de liberté d’expression.

Si les deux chambres approuvent le projet de loi, le président Joe Biden a déclaré qu’il le signerait sous forme de loi.

Plus de la moitié des 50 États américains ont déjà interdit TikTok des appareils gouvernementaux pour des raisons de sécurité des données, le gouvernement américain donnant aux agences jusqu’à fin mars pour supprimer l’application des appareils et systèmes fédéraux.

Le FBI et la Commission fédérale des communications ont averti que ByteDance pourrait partager les données des utilisateurs de TikTok avec le gouvernement autoritaire chinois.

Il existe également des inquiétudes concernant le contenu de TikTok et la question de savoir s’il nuit à la santé mentale des adolescents. Des chercheurs du Centre à but non lucratif pour contrer la haine numérique ont déclaré dans un rapport publié en décembre que le contenu sur les troubles de l’alimentation sur la plateforme avait recueilli 13,2 milliards de vues.

Selon le Pew Research Center, environ les deux tiers des adolescents américains utilisent TikTok, et l’application compte 170 millions d’utilisateurs à travers le pays.

Canada

Après la décision américaine, le Canada a annoncé le 28 février qu’il interdisait TikTok de tous les appareils émis par le gouvernement, affirmant que l’application présentait un risque « inacceptable » pour la vie privée et la sécurité.

Les employés ne pourront également plus télécharger l’application à l’avenir.

Le premier ministre Justin Trudeau avait déclaré à l’époque que d’autres mesures pourraient ou non suivre.

« Je soupçonne qu’à mesure que le gouvernement prend la mesure importante de dire à tous les employés fédéraux qu’ils ne peuvent plus utiliser TikTok sur leurs téléphones professionnels, de nombreux Canadiens, des entreprises aux particuliers, réfléchiront à la sécurité de leurs propres données et feront peut-être des choix », a déclaré Trudeau. .

« Je suis toujours partisan de donner aux Canadiens les informations nécessaires pour qu’ils puissent prendre les bonnes décisions à leur place », a-t-il ajouté.

Nouvelle-Zélande

Le 17 mars, la Nouvelle-Zélande a annoncé que TikTok serait banni des téléphones des législateurs du gouvernement à la fin du mois.

Contrairement à d’autres pays comme le Royaume-Uni, l’interdiction ne concerne pas tous les fonctionnaires et ne s’applique qu’à environ 500 personnes dans le complexe parlementaire.

Le directeur général du Service parlementaire, Rafael Gonzalez-Montero, a déclaré que les fonctionnaires pourraient prendre des dispositions spéciales s’ils avaient besoin de TikTok pour s’acquitter de leurs fonctions démocratiques.

Le Premier ministre néo-zélandais Chris Hipkins a déclaré qu’il n’avait pas TikTok sur son téléphone et a ajouté : « Je ne suis pas si branché et branché ».

Inde

En 2020, l’Inde a interdit TikTok et des dizaines d’autres applications chinoises, dont l’application de messagerie WeChat, pour des raisons de confidentialité et de sécurité. L’interdiction est intervenue peu de temps après qu’un affrontement entre les troupes indiennes et chinoises à une frontière contestée de l’Himalaya ait tué 20 soldats indiens et en a blessé des dizaines.

Les entreprises ont eu la possibilité de répondre aux questions sur les exigences en matière de confidentialité et de sécurité, mais l’interdiction est devenue permanente en janvier 2021.

Taïwan

En décembre 2022, Taïwan a imposé une interdiction de TikTok dans le secteur public après que le FBI a averti que TikTok représentait un risque pour la sécurité nationale.

Les appareils gouvernementaux, notamment les téléphones mobiles, les tablettes et les ordinateurs de bureau, ne sont pas autorisés à utiliser des logiciels fabriqués en Chine, notamment des applications comme TikTok, son équivalent chinois Douyin, ou Xiaohongshu, une application chinoise de contenu axée sur le style de vie.

Pakistan

Les autorités pakistanaises ont temporairement interdit TikTok au moins quatre fois depuis octobre 2020, invoquant des inquiétudes quant au fait que l’application promeut des contenus immoraux.

Afghanistan

Les dirigeants talibans afghans ont interdit TikTok et le jeu PUBG en 2022 au motif qu’ils voulaient protéger les jeunes contre « être induits en erreur ».

Laisser un commentaire

1 × un =