Quels pays européens sont les plus racistes ?

Jean Delaunay

Quels pays européens sont les plus racistes ?

De l’école au marché du travail, en passant par le logement et la santé, les Noirs sont confrontés à une discrimination « omniprésente et implacable », révèle un rapport de l’UE.

Un nouveau rapport a mis en évidence des niveaux « honteux » de racisme en Europe, en comparant les pays de la région.

L’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA) a constaté que les personnes d’ascendance africaine sont régulièrement confrontées à la discrimination raciale, au harcèlement et à la violence dans tous les aspects de leur vie, où qu’elles vivent.

« Imaginez que vous postulez à un emploi mais que vous n’obtenez jamais de réponse. Imaginez que vous cherchez un logement pour votre famille mais que vous n’y parvenez jamais. Imaginez que vous soyez victime de harcèlement ou de violence qui vous laisse profondément traumatisé », a écrit le directeur de la FRA, Michael O’Flaherty, dans le rapport.

« C’est aujourd’hui la réalité de nombreuses personnes dans l’UE, simplement en raison de la couleur de leur peau. »

La FRA a constaté que près de la moitié des Noirs dans l’UE ont été victimes de discrimination – une augmentation depuis le dernier rapport de 2018. Cependant, elle a ajouté qu’une grande partie du racisme n’est pas visible et n’est pas détectée.

Environ 6 750 personnes noires ont été interrogées dans 13 États membres, dont l’Autriche, la Belgique, le Danemark, la Finlande, la France, l’Allemagne, l’Irlande, l’Italie, le Luxembourg, la Pologne, le Portugal, l’Espagne et la Suède.

Certains des pires résultats ont été enregistrés en Autriche et en Allemagne, où les partis d’extrême droite progressent dans les sondages, même si le racisme était « omniprésent et implacable » dans l’ensemble du bloc.

Environ deux tiers des Noirs en Autriche (67 %) et en Allemagne (65 %) déclarent avoir été victimes de discrimination au cours des 12 derniers mois.

Le Portugal et la Pologne sont les pays les moins racistes, avec 17 % et 19 % des personnes interrogées victimes de discrimination fondée sur leur race ou leur origine ethnique, selon la FRA.

« Disons-le encore une fois : le racisme n’a pas sa place en Europe. Être confronté à la véritable ampleur du racisme est à la fois choquant et honteux. Ces conclusions devraient être un signal d’alarme en faveur d’une action en faveur de l’égalité et de l’inclusion des personnes d’ascendance africaine », a écrit O’Flaherty dans l’avant-propos.

La FRA a constaté que les expériences de racisme avaient augmenté dans la plupart des pays européens entre 2016 et 2022.

L’Autriche et l’Allemagne ont connu les plus fortes hausses, passant respectivement de 42 % à 64 % et de 33 % à 64 %. En Allemagne, le racisme a presque doublé.

En France, au Luxembourg et au Portugal, les Noirs signalent moins de racisme.

La FRA a révélé que le racisme avait un impact omniprésent sur la vie quotidienne des gens. Un répondant sur quatre (23 %) a déclaré avoir été empêché de louer une propriété en raison de son origine raciale ou ethnique.

Un quart (23 %) ont déclaré que des commentaires offensants ou menaçants avaient été faits à leur enfant en personne en raison de son origine ethnique ou immigrée. Près de deux parents sur cinq en Irlande (39 %), en Allemagne et en Finlande (38 %) ainsi qu’en Autriche (37 %) l’ont signalé.

Les pratiques policières ont également été évaluées par la FRA. Dans l’ensemble de l’UE, l’étude a révélé qu’un Noir sur quatre avait été contrôlé par des policiers au cours des cinq dernières années, et environ la moitié des personnes interrogées estimaient que cela était dû au profilage racial.

Les gens observent la distanciation sociale lors d'une manifestation à La Haye, aux Pays-Bas, le mardi 2 juin 2020.
Les gens observent la distanciation sociale lors d’une manifestation à La Haye, aux Pays-Bas, le mardi 2 juin 2020.

Selon la FRA, les jeunes d’ascendance africaine étaient trois fois plus susceptibles d’abandonner leurs études prématurément que l’ensemble de la population.

Parallèlement, près d’un tiers exerçaient des « métiers élémentaires » (32 %) ou sous contrat temporaire (30 %) – ce dernier chiffre est également trois fois plus élevé que celui de la population générale.

La FRA a révélé que les Noirs étaient surqualifiés pour leur emploi. Plus d’un tiers (35 %) des répondants possédant des qualifications de niveau universitaire occupent des emplois peu ou moyennement qualifiés, contre 21 % pour la population générale.

Toutefois, les auteurs du rapport préviennent qu’une grande partie du racisme « reste invisible ».

« Les incidents de discrimination raciale, de harcèlement raciste et de violence ne sont souvent pas signalés, privant les victimes du soutien qu’elles ont légalement droit de recevoir de la part des institutions censées les protéger », a écrit le directeur O’Flaherty.

« Les voix des gens ne sont pas entendues. »

Laisser un commentaire

18 + 7 =