A closed ski slope at a ski resort near Liberec, Czech Republic, January 2023. Mountains across Europe have suffered from an unusual lack of snow this year.

Milos Schmidt

Quelle quantité de neige fait fondre Audi, sponsor de la Coupe du monde de ski ? Des militants proposent une formule inédite au monde

Les militants appellent les organisateurs de sports d’hiver à abandonner les sponsors polluants, car les pistes de ski européennes en subissent les conséquences.

Les sponsors des sports d’hiver, dont Audi et Equinor, feront fondre près de 2 000 kilomètres carrés de neige par an grâce à leurs émissions de carbone, selon un nouveau rapport.

Pour la première fois, les militants ont formulé un moyen de mesurer l’impact climatique des grands accords de parrainage avec des industries polluantes.

Les conclusions du groupe de réflexion New Weather Institute soulignent une ironie déjà flagrante : les sports d’hiver sont menacés par bon nombre de leurs plus grands bailleurs de fonds.

« Les athlètes d’hiver veulent se concentrer uniquement sur leurs performances, mais le spectre du changement climatique plane sur tous les sports de neige », déclare Anna Turney, ancienne skieuse alpine et paralympienne britannique.

Des températures record à travers l’Europe ont forcé l’annulation de nombreuses courses de ski alpin et de fond cette saison 2023-24 en raison d’une mauvaise couverture neigeuse, ainsi que la fermeture de nombreuses stations de ski.

« Les organisations de sports de neige doivent faire preuve de courage et être courageuses », ajoute Turney. « Si nous ne changeons pas, il n’y aura plus de sports de neige. »

Le reportage « Dirty Snow » de New Weather Suède et sa campagne Badadvertising sont publiés aujourd’hui alors que la Coupe du monde de ski de la Fédération internationale de ski et de snowboard (FIS) démarre en Autriche.

Comment calculer la fonte des neiges suite à un accord de sponsoring ?

Une photo d'action de la Coupe du monde de ski de fond FIS au Nordic Center Goms, à Geschinen, en Suisse, en janvier 2024.
Une photo d’action de la Coupe du monde de ski de fond FIS au Nordic Center Goms, à Geschinen, en Suisse, en janvier 2024.

Le constructeur automobile Audi est le sponsor principal de la Coupe du monde de ski qui se déroule du 16 au 24 mars sur les pistes de Salzbourg.

L’accord de plusieurs millions d’euros générera entre 103 000 et 144 000 tonnes d’équivalent CO2 (émissions d’équivalent dioxyde de carbone), selon les militants. L’impact climatique est comparable à celui de 238 000 à 333 000 barils de pétrole.

Cette estimation a été obtenue à l’aide d’une formule unique en son genre pour calculer les émissions créées pour chaque euro dépensé pour un sponsoring à haute teneur en carbone.

Comme le montre le rapport, l’équation prend en compte des chiffres comprenant l’équivalent CO2 annuel d’une entreprise et son chiffre d’affaires brut. Cela suppose que le bénéficiaire accepte les « conséquences logiques » de sa contribution à la promotion du pollueur en question.

À l’aide d’un calcul de la relation connue entre les émissions et la perte de couverture neigeuse, le rapport calcule ensuite l’impact de sept sponsors de sports d’hiver : Audi, Ford, SAS, Equinor, Aker, Volvo et Preem.

Au total, les émissions de CO2 de ces entreprises polluantes feraient fondre chaque année une superficie de 1 968 kilomètres carrés de neige printanière.

Cela équivaut à une superficie 195 fois plus grande que le domaine skiable du Skicircus Saalbach, l’un des plus grands domaines skiables au monde où se déroulent les finales de la Coupe du monde alpine FIS 2024. Et 437 fois plus grand que le domaine skiable d’Åre, la plus grande station de ski de Suède et candidate potentielle aux Jeux olympiques de 2030.

Comment les sports d’hiver et les stations de ski européennes sont-elles impactées par le changement climatique ?

Les pistes de ski européennes sont déjà gravement touchées par le changement climatique. Fin février, neuf des courses de la Coupe du monde de ski alpin prévues pour la saison ont été annulées en raison du mauvais enneigement.

Les perspectives sont sombres : les hivers aux latitudes moyennes de l’hémisphère Nord devraient diminuer de 4,7 jours par décennie selon les tendances actuelles. Dans un scénario d’émissions élevées, l’hiver pourrait se réduire à un seul mois d’ici la fin du siècle (du 18 décembre au 18 janvier).

Et ce ne sont pas seulement les athlètes qui sont absents, car les stations de ski européennes sont contraintes de passer aux activités estivales en mars.

D’autres ont recours à la neige artificielle : environ 25 pour cent des domaines skiables en Allemagne, 39 pour cent en France, 54 pour cent en Suisse, 70 pour cent en Autriche et pas moins de 90 pour cent des domaines skiables en Italie.

Mais comme le souligne New Weather, la production de neige artificielle est une entreprise à forte intensité énergétique qui augmente encore les émissions.

Les athlètes et les militants appellent les sports d’hiver à rompre leurs liens avec les entreprises polluantes

Le tableau d’ensemble est que les sports de neige européens sont effectivement voués à l’échec sans une réduction profonde et immédiate des émissions. Les militants affirment que le sport a une responsabilité et un rôle à jouer dans la réalisation de cet avenir meilleur.

« C’est une grande ironie que les sponsors polluants des sports d’hiver fassent fondre la glace et la neige dont dépendent ces sports », déclare Anna Jonsson, codirectrice de New Weather Suède. « Pour assurer l’avenir des sports d’hiver, tous les organisateurs et athlètes doivent abandonner les sponsors polluants. »

Des gens skient sur une piste inégale près de Schladming, en Autriche, en janvier 2023.
Des gens skient sur une piste inégale près de Schladming, en Autriche, en janvier 2023.

« Chaque dollar ou euro de parrainage de la part des principaux pollueurs est comme un chalumeau allumé sur l’avenir des sports d’hiver », ajoute Andrew Simms, directeur du New Weather Institute. « Ils utilisent le sport comme panneau d’affichage pour vendre davantage de produits à haute teneur en carbone qui tuent nos hivers et maintenant, pour la première fois, nous pouvons chiffrer les dégâts causés par leur argent. »

Les stars des sports d’hiver soucieuses du climat prennent également position. « Les athlètes d’élite ont ici clairement un rôle à jouer : ils doivent s’exprimer et tirer la sonnette d’alarme, en tant qu’influenceurs importants dans la société », déclare l’ancien patineur d’élite néerlandais Mark Ooijevaar.

« De nombreuses fédérations sportives et athlètes professionnels commercialisent un style de vie idéalisé et élitiste, caractérisé par une forte consommation de produits et de voyages », observe Björn Sandström, skieur de fond d’élite suédois, spécialiste de l’environnement et consultant en calculs climatiques.

« Cela envoie un message aux jeunes générations et incite davantage de personnes à s’efforcer de vivre cette « vie glamour ». Mais la recherche est claire : nous devons abandonner ces comportements non durables qui nous entraînent encore plus profondément dans la crise climatique.»

Un rapport fait suite à des campagnes climatiques réussies dans le tennis et le rugby

Les événements sportifs, les équipes et les athlètes individuels subissent une pression croissante pour s’associer à des entreprises polluantes dans le contexte de la crise climatique.

Le géant des combustibles fossiles TotalEnergies, par exemple, a été ciblé par les militants africains pour son parrainage du tournoi de football de la Coupe d’Afrique des Nations (AFCON). Et les militants du climat ont perturbé un certain nombre d’événements, de l’US Open au Championnat du monde de snooker.

Parfois, ces revendications ont été entendues. New Weather note que plusieurs organisations sportives ont mis fin à des partenariats commerciaux avec des entreprises polluantes.

L’Open d’Australie a mis fin à son accord de parrainage avec le géant pétrolier et gazier Santos après une campagne populaire, tandis que la Fédération anglaise de football de rugby (RFU) a refusé un accord de parrainage commercial avec le géant américain des combustibles fossiles ExxonMobil.

Pour accroître la transparence autour de ces accords, New Weather appelle les organisateurs sportifs à divulguer la valeur des sponsorings polluants. Et il souhaite que « les entreprises qui sont les principaux moteurs du changement climatique » – comme les sociétés pétrolières et gazières, les constructeurs automobiles et les compagnies aériennes – quittent complètement l’arène sportive.

« En tant qu’ancien membre de l’équipe nationale suédoise de ski, j’aimerais que les associations et les courses de ski cessent de promouvoir des entreprises qui font fondre notre sport », déclare Emil Johansson Kringstad, ancien skieur de fond suédois d’élite.

Laisser un commentaire

cinq − deux =