France eu elections polls

Jean Delaunay

Quel impact l’extrême droite française aura-t-elle sur l’Europe si elle remporte les élections ?

L’extrême droite française veut remporter les élections européennes en France. Le résultat historique affectera-t-il l’équilibre politique actuel de l’UE ?

L’extrême droite française devrait gagner aux élections européennes de juin. Cela a une chance de remodeler la politique européenne, car cela pourrait influencer la formation de toute nouvelle coalition au Parlement européen et affaiblir les forces pro-européennes.

Selon un Superpoll exclusif d’L’Observatoire de l’Europe fin avril, le Rassemblement National d’extrême droite occupe la première place et a consolidé son score légèrement au-dessus des 30% d’intentions de vote en quatre semaines, tandis que le parti du président Emmanuel Macron, Renaissance, est deuxième, avec un maigre 17,5%.

Dirigé par Jordan Bardella, héritier présumé de Marine Le Pen, le Rassemblement national (RN) est le fer de lance de l’extrême droite française. Le parti a fait plus de progrès en avril qu’en mars, contrairement à son rival, le parti Renaissance, en deuxième position, qui semble perdre encore plus de terrain.

De nombreux électeurs français pourraient être tentés d’utiliser les élections européennes pour exprimer leur déception à l’égard des politiques sociales et économiques de Macron.

La crise d’identité des grands partis traditionnels qui a fait l’histoire politique française de la France et de l’Europe contemporaines semble loin d’être résolue malgré la troisième place encourageante et modeste du Parti Socialiste.

Le soutien au parti de Rapahël Gluksmann n’a pas augmenté entre mars et avril, mais il reste malgré des années de profonds troubles politiques.

Les préoccupations sociales des Français, notamment en matière de réforme des retraites, ont redonné une nouvelle jeunesse au Parti socialiste, érodé le capital électoral présidentiel et valorisé le RN de Bardella.

L’affilié du Parti populaire européen, Les Républicains, occupe la quatrième place parmi les électeurs français. Une grande partie de la base électorale est toujours séduite par la politique libérale de Macron, une autre partie des Républicains est attirée par le conservatisme radical et anti-immigration de l’extrême droite, même pour des raisons sociales.

« En termes de profil des électeurs, les gains les plus impressionnants du RN sont venus des électeurs plus jeunes et instruits, qui ont longtemps évité le parti de Le Pen. Avec des électeurs entre 18 et 49 ans, le RN domine les autres partis », souligne le centre de sondage L’Observatoire de l’Europe.

La faction de gauche radicale, La France Insoumise (LFI), améliore légèrement ses attentes électorales, tandis que les Verts français ont perdu du terrain par rapport à mars.

L’extrême droite française est composée de deux partis, le plus important étant le RN, membre du groupe Identité et Démocratie.

Son plus petit concurrent est Reconquête (« Reconquérir »), membre du groupe des Conservateurs et réformistes européens (ECR) et dirigé par Eric Zemmour, auteur et chroniqueur nationaliste conservateur passionné.

Zemmour est une figure très controversée avec un programme anti-immigration, considéré par de nombreux Français comme un représentant de la pensée d’extrême droite actuelle.

La montée de la droite française pourrait influencer la composition du futur parlement, notamment en termes de sièges et d’orientations politiques.

Du point de vue français, la vie pourrait être difficile pour la grande coalition actuelle composée de sociaux-démocrates, de centre droit du PPE et de libéraux pro-marché.

Le parti Renaissance de Macron joue un rôle de premier plan dans la Grande coalition en raison du nombre de sièges qu’il détient – ​​mais un revers électoral pourrait tuer l’alliance politique de la grande coalition.

Tandis que les socialistes de Glucksman s’érodent lentement, le Parti socialiste est confronté à sa propre confrontation, celle des gauchistes radicaux de Jean-Luc Mélenchon.

Laisser un commentaire

1 × un =