Mathematics-books on show at the Didacta education fair in Cologne, the largest of its kind in Europe

Milos Schmidt

Quel est le degré de culture financière des Européens ? Il s’avère que ce n’est pas très grave, mais qui en sait le plus ?

Les citoyens de l’UE ne s’en sortent pas bien en matière de littératie financière. Près de la moitié ne comprennent pas les concepts financiers de base, notamment l’inflation.

Un tiers des Européens ne comprennent pas le fonctionnement de l’inflation, selon une enquête Eurobaromètre. La même enquête a révélé que seulement 18 % des citoyens de l’UE étaient capables de faire preuve d’un haut niveau de littérature financière.

Selon l’enquête, 65 % des citoyens de l’UE sont conscients qu’en période d’inflation positive, le pouvoir d’achat de leur argent diminue, ce qui signifie qu’ils peuvent acheter moins qu’avant avec la même somme d’argent.

Le manque de connaissances sur l’inflation pourrait être considéré comme préoccupant

En octobre 2022, l’inflation annuelle dans l’UE a atteint des niveaux jamais vus au cours des quatre décennies précédentes, à 11,5 %. Alors que la hausse du coût de la vie était à l’époque la préoccupation la plus pressante de 93 % des Européens, il semblerait qu’un tiers des citoyens de l’UE ne sachent pas comment l’inflation affecte leur vie.

L’enquête Eurobaromètre, réalisée en mars-avril 2023, comprenait des questions sur les connaissances et les comportements financiers pour mesurer la littératie financière dans les pays de l’UE.

Seul un quart environ des personnes interrogées (26 %) dans l’UE ont répondu correctement à au moins quatre questions sur cinq concernant leurs connaissances financières. La moitié n’a répondu correctement qu’à deux ou trois questions, tandis qu’un autre quart a trouvé les questions particulièrement difficiles.

Les pays les plus performants sont les Pays-Bas (43 %), le Danemark (40 %), la Finlande (40 %) et l’Estonie (39 %), où environ quatre personnes interrogées sur dix affichent un niveau élevé de connaissances financières.

La Roumanie et le Portugal ont enregistré les pires scores en matière de niveaux élevés de connaissances financières, soit respectivement 13 % et 16 %.

Parmi les quatre grandes économies de l’UE, seule l’Allemagne a obtenu un score supérieur à la moyenne de l’UE pour cet indicateur. Alors que les scores de la France et de l’Italie étaient légèrement inférieurs à la moyenne de l’UE, ce chiffre était sensiblement bas en Espagne, à 19 %.

À l’inverse, la proportion de scores faibles était la plus élevée à Chypre et en Roumanie (30 % dans les deux cas), suivies de la Grèce (29 %) et du Portugal (28 %).

Avant d’entrer dans les détails, souhaitez-vous tester vos connaissances financières ? Voici les questions de l’Eurobaromètre !

L’enquête révèle que 35 % d’entre eux ne comprennent pas comment l’inflation réduit leur pouvoir d’achat. La question était :

Dans l’UE, 22 % ont déclaré qu’ils pourraient acheter la même quantité, et 7 % ont répondu qu’ils pourraient acheter plus qu’aujourd’hui. Six pour cent des participants n’avaient pas de réponse.

La proportion de réponses correctes à cette question (« Moins que ce que vous pourriez acheter aujourd’hui ») était inférieure à 60 % à Chypre, au Portugal, en Grèce, en Roumanie et en Italie, tandis que la Finlande et l’Estonie avaient la part la plus élevée, soit 84 %.

Une autre question concernait la compréhension des intérêts simples et composés :

Le nombre de personnes interrogées dans l’UE ayant répondu correctement à cette question (« Plus de (110 €) ») était de 45 %. Étonnamment, 19 % ont déclaré que « moins de (110 €) » seraient sur le compte.

Quant à la compréhension de la valeur de la diversification dans l’investissement, 56 % ont répondu correctement lorsqu’on leur a demandé de compléter cette phrase : « Un investissement dans une large gamme d' »actions de société » est susceptible de l’être. »

La réponse était « moins risquée qu’un investissement dans une seule action ».

La partie sur le comportement financier comprenait les trois questions suivantes « d’accord ou pas d’accord », qui n’étaient pas difficiles.

● Avant d’acheter quelque chose, je réfléchis soigneusement si je peux me le permettre

● Je garde une trace et surveille mes dépenses

● Je me fixe des objectifs financiers à long terme et je m’efforce de les atteindre

La littératie financière globale : la plus élevée aux Pays-Bas, la plus faible en Finlande

La littératie financière globale est basée sur les connaissances financières et les scores de comportement. En moyenne, dans l’ensemble de l’UE, 18 % des personnes interrogées ont un score élevé pour leur niveau global de culture financière, 64 % ont un score moyen et 18 % un score faible.

La proportion ayant un score élevé variait entre 11 % au Portugal et en Lettonie, 27 % au Danemark, en Slovénie et en Suède, et 28 % aux Pays-Bas.

À l’inverse, la proportion de scores faibles était la plus élevée en Finlande (27 %), en Lettonie (24 %), en Belgique (22 %) et en Espagne (22 %).

Quel est le problème avec la Finlande ?

Le cas de la Finlande est intéressant. La Finlande a obtenu presque le meilleur score en matière de connaissances financières, tandis que le pays nordique a enregistré le pire score en matière de comportement financier. Cela a affecté leur score global en littératie financière.

À titre d’exemple, lorsqu’on a demandé aux participants s’ils suivaient et surveillaient leurs dépenses, seuls 16 % en Finlande ont répondu « tout à fait d’accord ». Il s’agit d’un score aberrant puisque la moyenne de l’UE était de 49 %.

Les citoyens finlandais ont également obtenu des scores très faibles à d’autres questions de comportement financier.

L’alphabétisation varie selon le sexe, l’éducation et l’âge

Si l’on examine les résultats au niveau sociodémographique, la proportion ayant un score élevé en matière de littératie financière globale est plus élevée parmi :

● hommes (24 % contre 13 % de femmes)

● répondants de plus de 39 ans (20 %, contre 13 % des 18-24 ans et 16 % des 25-39 ans)

● les répondants ayant un niveau d’éducation élevé (26%, contre 16% de ceux ayant un niveau moyen et 12% pour ceux ayant un faible niveau d’éducation).

L’UE s’efforce de garantir que ses citoyens disposent des connaissances et des compétences dont ils ont besoin pour prendre de bonnes décisions financières.

Laisser un commentaire

quinze − quatorze =