People gather at the Republique plaza after the second round of the legislative election, Sunday, July 7, 2024, in Paris.

Jean Delaunay

Que signifie pour l’Europe la victoire surprise de l’alliance de gauche française aux élections ?

Selon les experts, le rempart anti-extrême droite a protégé le bloc européen d’un choc politique.

Lorsque les sondages de sortie des urnes ont révélé une victoire surprise de l’alliance de gauche française aux élections législatives anticipées de dimanche, des soupirs de soulagement ont été entendus dans de nombreux coins de l’Europe.

Les centristes craignaient que l’émergence potentielle de l’extrême droite au gouvernement en France – la deuxième économie la plus puissante de l’Union européenne – ne sème l’instabilité économique et politique et ne compromette le soutien indéfectible du bloc à l’Ukraine.

Mais avec un Parlement sans majorité absolue et l’absence de voie claire vers une coalition gouvernementale, l’impasse politique à Paris jette toujours une incertitude sur la capacité de la France à exercer son influence à Bruxelles.

Les résultats définitifs de lundi matin donnent l’alliance de gauche du Nouveau Front populaire à 182 des 577 sièges de l’Assemblée nationale française, l’alliance centriste du président Macron à 168 sièges et le Rassemblement national d’extrême droite à 143.

Cela signifie qu’une issue potentielle est un gouvernement de gauche partageant le pouvoir avec le président centriste Emmanuel Macron.

Malgré la perte de sièges à l’Assemblée nationale, Macron sort du scrutin avec une crédibilité politique intacte, selon les experts : « Il sera moins affaibli que ce que nous attendions et la France continuera à pouvoir exercer son rôle international avec un certain panache, comme elle l’a fait jusqu’à présent », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe Federico Santopinto, directeur du think-tank français IRIS.

Un gouvernement fort à Paris est considéré comme un pilier essentiel de la stabilité de l’UE. La France se trouvant désormais en territoire politique inconnu et soumise à l’incertitude quant à ses futurs dirigeants, les analystes appellent à une solution « pragmatique » qui permette à la France de répondre aux priorités urgentes tout en « écartant » la menace de l’extrême droite.

Pour Olivia Lazard, membre du groupe de réflexion Carnegie Europe, la défaite inattendue de l’extrême droite au second tour signifie que Macron « conservera sa crédibilité » tandis que la France évitera de « retomber dans une sorte de récit souverainiste et nationaliste qui va évidemment à l’encontre de l’Europe ».

« La France reste pour l’instant l’un des principaux bastions européens contre la montée de l’extrême droite et contre l’influence de la Russie », a déclaré M. Lazard sur Radio Schuman. « Cela signifie que l’Europe restera relativement en sécurité pendant un certain temps encore en matière de défense ».

« Soulagement » à Kyiv

Une victoire au second tour du Rassemblement national d’extrême droite, arrivé en tête au premier tour il y a une semaine, aurait constitué une menace supplémentaire pour le soutien de l’UE à l’Ukraine.

Le parti de Marine Le Pen, qui entretient des liens historiques avec la Russie, s’est engagé à limiter l’aide française à l’Ukraine. En 2014, une banque russe lui a prêté 9 milliards d’euros, malgré les sanctions contre Moscou pour l’occupation illégale de la Crimée.

Le Premier ministre polonais Donald Tusk a été l’un des premiers des 27 dirigeants de l’UE à réagir au sondage de sortie des urnes : « À Paris, l’enthousiasme, à Moscou la déception, à Kiev le soulagement », a déclaré Tusk sur la plateforme de médias sociaux X. « De quoi être heureux à Varsovie. »

Les dirigeants européens – en particulier ceux du flanc oriental – craignaient que la main du président Macron en matière de politique étrangère ne soit affaiblie s’il avait été contraint de conclure un accord de partage du pouvoir avec un gouvernement d’extrême droite, ce qui aurait à son tour dilué le soutien financier et militaire de la France à Kiev.

Le parti de Le Pen avait sensiblement changé sa position sur la guerre à l’approche des élections européennes de juin, affirmant qu’il continuerait à fournir une aide à la défense mais n’enverrait pas de missiles à longue portée ou d’autres armes qui permettraient à l’Ukraine de frapper le territoire russe.

Mais le leader du parti d’extrême-gauche La France insoumise (LFI) – qui fait partie de l’Alliance du Nouveau Front populaire de gauche victorieuse – a également été accusé par le passé d’adopter une position sympathique à l’égard de la Russie.

Jean-Luc Mélenchon, partisan du non-alignement militaire de la France, a déclaré en février qu’il était « grand temps de négocier la paix en Ukraine avec des clauses de sécurité mutuelle » et s’est toujours opposé à l’envoi d’armes sophistiquées à Kiev.

Le soutien à l’Ukraine est l’un des problèmes qui pourraient briser l’unité du Nouveau Front populaire, qui fusionne de nombreux types de socialisme, de la gauche douce à la gauche dure.

Jean-Luc Mélenchon, fondateur de La France Insoumise (LFI), prononce son discours après le second tour des élections législatives, dimanche 7 juillet 2024.
Jean-Luc Mélenchon, fondateur de La France Insoumise (LFI), prononce son discours après le second tour des élections législatives, dimanche 7 juillet 2024.

Pour Laetitia Langlois, chercheuse à l’université d’Angers, le Parti socialiste (PS) de centre-gauche et son leader Raphaël Glucksmann pourraient jouer un rôle important pour permettre une coalition pro-ukrainienne.

Avec 77 sièges, LFI est le parti le plus plébiscité par le Nouveau Front populaire (Nouveau Front populaire), parti de gauche. Le Parti socialiste, plus modéré et de centre-gauche, auquel appartient Raphaël Glucksmann, député européen, et ses alliés ont obtenu 59 sièges.

« Raphaël Glucksmann, qui est évidemment, on le sait, très favorable à l’Ukraine, va essayer de peut-être tempérer les discours de la France Insoumise, a expliqué M. Langlois. Je pense qu’il y a un consensus à l’intérieur du pays autour du soutien à l’Ukraine et de la défense des valeurs de la démocratie face à un pays agressif et tyrannique. »

« Je pense qu’il serait difficile, même pour une France insoumise, d’occuper un poste au sein d’un gouvernement qui remettrait en cause le soutien de la France à l’Ukraine tel qu’il se présente actuellement », a-t-elle ajouté.

Les défenseurs du climat poussent un soupir de soulagement

La défaite du Rassemblement national a également été saluée par les défenseurs du Pacte vert européen.

Le chef du Rassemblement national, Jordan Bardella, qui espérait décrocher le poste de Premier ministre français, avait auparavant appelé le gouvernement français à « renoncer » au Pacte vert et attaqué ce qu’il a décrit comme des politiques environnementales « punitives » de l’UE.

L’alliance de gauche a, en revanche, réclamé un plan climat visant la neutralité carbone d’ici 2050 et souhaite que la France devienne une puissance dans les énergies renouvelables telles que l’éolien offshore et l’hydroélectricité.

« Ces élections françaises sont un signal d’alarme pour les dirigeants européens. Il est temps d’agir pour lutter contre la désindustrialisation, le sous-investissement et la facture énergétique des ménages, qui a augmenté en raison d’une dépendance coûteuse aux importations de gaz, de pétrole et de charbon », a déclaré Neil Makaroff, directeur du think-tank européen Strategic Perspectives.

Le Rassemblement national et ses alliés européens avaient promis de mettre un frein au Pacte vert européen avant les élections européennes. Cette position a également été adoptée par de nombreuses forces de centre-droit en Europe, suscitant de nombreuses critiques selon lesquelles les conservateurs traditionnels laissaient les forces d’extrême droite s’imposer.

Mais une fois de plus, les experts avertissent que l’affaiblissement de la main de Macron pourrait avoir des implications négatives sur la lutte contre le changement climatique.

Le président français Emmanuel Macron, à droite, s'entretient avec la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, lors d'une table ronde lors d'un sommet de l'UE à Bruxelles, le 27 juin 2024
Le président français Emmanuel Macron, à droite, s’entretient avec la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, lors d’une table ronde lors d’un sommet de l’UE à Bruxelles, le 27 juin 2024

« Ces résultats sont une bonne nouvelle pour l’engagement de la France en faveur du climat, à condition que le Parlement puisse développer une culture de coalition plus forte », a déclaré Lola Vallejo, conseillère spéciale climat au sein du groupe de réflexion français IDDRI.

« Macron peut continuer à peser personnellement et fortement sur les affaires internationales liées au climat et à la finance, comme il l’a souvent fait, mais sa position est plus incertaine après cette séquence politique qui est surveillée de près à l’échelle mondiale. »

Laisser un commentaire

14 − 4 =