In this image taken from TV video feed of the first filming of a court case from the Court of Appeal in London.

Jean Delaunay

Procès sans avocat : les coupes budgétaires laissent les familles sans représentation au Royaume-Uni

Aller à un procès sans représentation ? C’est à cela que sont confrontés de plus en plus de personnes en Angleterre et au Pays de Galles. Les réductions apportées à l’aide juridique financée par le gouvernement ont laissé de nombreuses personnes sans choix. Parmi les domaines les plus durement touchés figure le droit de la famille.

« Une semaine avant la date de l’audience, j’ai réalisé que j’allais devoir me représenter devant le tribunal », se souvient Louisa, une grand-mère qui a dû se battre pour la garde de son petit-fils.

Louisa s’occupait de son petit-fils depuis deux ans, lorsque les services sociaux lui ont fait savoir qu’elle devait introduire une demande auprès du tribunal des affaires familiales si elle souhaitait en conserver la garde.

« À partir de ce moment-là, je ne savais plus quoi faire », déclare-t-elle.

Une crise de l’aide juridique

Louisa savait qu’elle ne pouvait pas se permettre les services d’un avocat – mais comme elle allait découvrir que répondre aux critères d’une aide juridique financée par le gouvernement – ​​n’était pas non plus suffisant pour en obtenir un.

La loi LASPO de 2012 – mise en œuvre en 2013 – a entraîné des coupes drastiques dans l’aide juridique, notamment pour les affaires de droit de la famille. Pour obtenir l’aide juridique en Angleterre et au Pays de Galles, les individus doivent gagner moins de 2 657 £ par mois (3 039,20 €). Même si ce seuil peut paraître généreux, les factures des avocats spécialisés en droit familial s’élèvent rapidement à des milliers, voire des centaines de milliers.

« Les avocats n’ont pas assez de temps à consacrer à ces dossiers, même les personnes éligibles à l’aide ont très peu de chances de trouver un avocat », explique Jenny Beck, co-fondatrice du cabinet d’avocats en droit de la famille Beck & Fitzgerald.

Les honoraires de l’aide juridique versés aux avocats sont fixés par le gouvernement – ​​et généralement à un taux horaire fixe. Ces frais n’ont pas augmenté depuis 1996, compte tenu de l’inflation, et les frais de l’aide juridique ont été réduits de 10 % en 2011.

« De nombreux cabinets refusent des dossiers, surtout lorsqu’ils sont complexes – par exemple si le client a besoin d’un interprète, a des problèmes de santé mentale ou s’il s’agit d’un droit complexe », ajoute Jenny Beck.

Les obstacles à l’accès à l’aide juridique

Louisa a contacté cinq cabinets, mais un seul a accepté d’envoyer une demande pour examen par l’Agence d’aide juridique.

Louisa a reçu une réponse : ses frais seraient couverts si elle apportait une contribution de 3 000 £ (3 435 €). Elle a refusé cette offre, expliquant qu’elle ne pouvait pas payer les frais. Une deuxième proposition a alors été présentée, demandant une contribution de 500 £ (577,69 €), qu’elle ne pouvait pas non plus payer.

« Des mois de stress et du temps passé à monter un dossier qui n’a rien donné », raconte Louisa à L’Observatoire de l’Europe.

En mai 2023, le gouvernement a mis en œuvre des mesures visant à faciliter l’accès à l’aide juridique dans les affaires de garde d’enfants. Mais selon Kinship Carers, une organisation caritative qui protège les droits des familles, « la mesure ne va pas assez loin et de nombreux grands-parents sont évalués sur leur capital pour accéder à l’aide juridique, mais ils n’ont aucun revenu ».

Louisa se souvient du jour de l’audience : « J’étais assise dans la salle d’attente et j’ai vu des avocats passer, des plaignants se mettre en colère, d’autres personnes crier. J’étais tellement anxieuse. J’ai réussi à gagner le procès. Tout cela était dû au Suffolk. L’aide du Law Centre – mais ce fut quand même une expérience horrible », a conclu Louisa.

Centres de conseils juridiques

« Les plaignants sont souvent submergés d’émotion pendant les audiences et quittent le tribunal confus. Nous leur demandons de tout écrire – ce qu’ils doivent faire et quand », a déclaré Sharon O’Donnell, chargée de dossiers en matière de droit de la famille au Suffolk Law Center.

« Nous n’avons pas le budget nécessaire pour offrir des services de plaidoyer. Nous ne pouvons pas faire grand-chose, surtout lorsque les gens nous contactent tard dans le processus juridique », explique Sue Wardell, directrice des opérations au Suffolk Law Centre.

En 2016, le nombre d’affaires dans lesquelles deux justiciables s’affrontent devant un tribunal sans représentation a augmenté de 30 % depuis 2012.

Les centres de conseil juridique sont financés par l’Agence nationale d’aide juridique, mais leur nombre a diminué ces dernières années. En 2021, il y avait 59 % de centres en moins qu’en 2009, selon le Barreau. Une baisse du nombre de centres en raison d’une diminution du financement qui a conduit à des déserts de conseils – des régions d’Angleterre et du Pays de Galles où il n’y a pas de centres de conseils en matière d’aide juridique.

Lorsque L’Observatoire de l’Europe s’est entretenu avec le Suffolk Law Center en octobre, celui-ci fonctionnait à « capacité maximale », n’acceptant aucun nouveau cas avant janvier 2024.

Dossiers refusés par les avocats

Mais selon certains avocats, les centres de conseil juridique peuvent aussi générer des problèmes.

« Ces organisations disposent de conseillers, mais ce ne sont souvent pas des avocats formés. Ils vous aideront à remplir les formulaires requis, mais ils peuvent aussi mettre de l’huile sur le feu. Les avocats sont formés pour éviter les litiges, désamorcer une situation et encourager la médiation ». , explique Jenny Beck, co-fondatrice du cabinet d’avocats en droit de la famille Beck & Fitzgerald.

Suite au règlement de 2013 sur l’aide juridique, seules les affaires de violence domestique et de maltraitance d’enfants garantissent une aide juridique dans les procédures familiales privées. Selon les derniers chiffres du gouvernement, environ 84 % des affaires de droit de la famille étayées par des preuves de violence envers les enfants ou de violence domestique ont reçu un financement.

Trouver un avocat à la dernière minute

En juillet dernier, Marion, mère de trois jeunes enfants, a reçu une lettre de l’avocat de son ex-mari. Il demandait la garde de leurs enfants.

« Mon ex-partenaire était violent, parfois physiquement mais surtout émotionnellement. Je voulais que nous restions en bons termes mais après notre séparation, il a essayé de prendre nos enfants et la police est intervenue. »

Marion ne connaissait pas l’existence des centres de conseil juridique. Elle s’est donc retrouvée seule dans le système judiciaire, assistée d’un ami ancien avocat. La démarche était épuisante, « c’était moi qui répondais à l’avocat de mon ex-conjoint, il n’y avait pas d’intermédiaire pour me protéger », se souvient-elle.

Un seul cabinet d’avocats a accepté de faire une demande d’aide juridique pour le cas de Marion. Après que la demande ait été refusée, elle a réalisé qu’elle devrait se représenter elle-même devant le tribunal.

Marion se souvient à quel point elle était « terrifiée » le jour de l’audience.

Mais un coup de chance lui est venu : alors qu’elle se trouvait dans la salle d’attente, elle a découvert un service de représentation gratuit sur place financé par le Centre juridique du centre de l’Angleterre. Bien que de nombreux tribunaux n’offrent pas ces services, Marion a pu parler avec un parajuriste qui a pu la représenter.

« J’étais en détresse parce que l’avocat de mon ex-conjoint avait demandé une « audience d’information » à la dernière minute. Le parajuriste m’a expliqué qu’il n’était pas trop tard pour changer d’avis et m’a déconseillé de le faire. Je n’aurais pas eu idée », explique Marion.

« Dans la salle d’audience, je n’arrêtais pas de me dire ‘ne pleure pas, arrête de trembler, ne vomis pas’. Je pouvais à peine contrôler mon corps, c’était impossible de digérer tout ce qui se passait autour de moi – je ne peux pas imaginer comment Je me serais représentée », se souvient-elle.

Dans l’état actuel des choses, l’affaire est toujours en cours. Marion a une date d’audience prochaine, pour laquelle elle ne sait pas encore si elle aura un avocat.

La réponse du gouvernement

Un porte-parole du ministère de la Justice a déclaré à L’Observatoire de l’Europe qu’il avait « élargi » les « exigences en matière de preuves » « pour les victimes de violence domestique demandant une aide juridique afin de leur permettre de prouver plus facilement leurs allégations ».

Un porte-parole a souligné que « l’année dernière seulement, nous avons dépensé 2 milliards de livres sterling (environ 2 302 599 euros) pour aider les personnes en difficulté juridique et avons récemment élargi la portée de l’aide juridique pour aider davantage de victimes de violence domestique et de dossiers familiaux ».

Le ministère de la Justice insiste quant à lui sur le fait que « la priorité est de garantir que l’aide juridique soit accessible à ceux qui en ont le plus besoin », avec une étude sur l’accès à l’aide juridique qui devrait être publiée en 2024.

Laisser un commentaire

19 − 3 =