Students in Germany (file photo)

Milos Schmidt

Prêts étudiants en Europe : l’université vaut-elle la peine de s’endetter ?

L’Observatoire de l’Europe Business examine le fonctionnement des frais de scolarité et des systèmes de soutien dans l’enseignement supérieur en Europe, en particulier au Royaume-Uni. Nous examinons également comment l’emploi des récents diplômés et les salaires varient selon le niveau d’éducation.

L’enseignement supérieur est coûteux en raison des frais de scolarité et des frais de subsistance. Le fardeau de la dette est un facteur important qui peut influer sur la décision des individus d’investir dans l’éducation universitaire. Au Royaume-Uni, par exemple, un quart des étudiants pensent qu’aller à l’université n’en vaut pas la peine, a constaté Ipsos dans une récente enquête de mai 2023. Les principales raisons de cette opinion sont les frais de scolarité (49 %) et l’endettement étudiant (42 %). ).

Plus d’un tiers (37 %) estiment également qu’ils n’ont pas besoin d’aller à l’université pour obtenir un bon emploi. En 2016, les recherches d’Aviva avaient révélé que plus d’un millénaire britannique sur trois (37 %) (18-35 ans) qui sont allés à l’université regrette de l’avoir fait en raison du niveau d’endettement dans lequel ils se trouvent désormais.

Apparemment, beaucoup de gens se demandent si un diplôme universitaire vaut la peine ou non. Il n’y a pas de réponse simple à cette question. Il s’agit d’une question complexe et à multiples facettes.

Comparer les frais universitaires, les prêts et le soutien financier est un défi, car il faut prendre en compte de nombreuses dimensions complexes. Ils varient considérablement à travers l’Europe. Les salaires moyens et l’emploi des récents diplômés selon le niveau d’études diffèrent également.

L’Observatoire de l’Europe Business examine tous ces aspects pour apporter des éléments de réponse à cette question principale : l’université vaut-elle la dette ?

Selon le rapport National Student Fee and Support Systems in European Higher Education – 2020/21 de la Commission européenne/EACEA/Eurydice, les étudiants à temps plein à domicile ne paient pas de frais dans les programmes de premier cycle dans sept des 42 systèmes d’enseignement supérieur à travers l’Europe. Il s’agit du Danemark, de la Grèce, de Chypre, de Malte, de la Finlande, de la Suède et de la Turquie. Il n’y a pas non plus de frais de scolarité dans les établissements publics d’enseignement supérieur en Norvège.

En revanche, dans 12 systèmes d’enseignement supérieur, tous les étudiants du premier cycle paient des frais de scolarité. Il s’agit de la Belgique (communautés germanophone et flamande), du Luxembourg, des Pays-Bas, du Portugal, du Royaume-Uni (Angleterre, Pays de Galles et Irlande du Nord), de l’Albanie, de la Suisse et de l’Islande.

Dans les 23 systèmes éducatifs restants, certains étudiants paient des frais de scolarité, tandis que d’autres ne le font pas. Les frais peuvent être différents selon les programmes d’éducation ou les domaines d’études.

En Tchéquie, en Allemagne, en Croatie, en Pologne, en Slovénie et en Slovaquie, les étudiants à temps plein ne paient pour la plupart que des frais administratifs allant jusqu’à 100 €, selon le rapport Eurydice. Dans 14 systèmes d’enseignement supérieur, les frais annuels varient de 101 € à 1 000 €.

En Irlande, en Espagne, en Italie, en Hongrie, aux Pays-Bas et en Suisse, les frais les plus courants sont relativement élevés, allant de 1 001 à 3 000 €.

Les frais annuels sont les plus élevés au Royaume-Uni

Les frais annuels les plus courants sont les plus élevés en Angleterre, au Pays de Galles et en Irlande du Nord en Europe.

En Angleterre, les frais de scolarité du premier cycle sont actuellement plafonnés par le gouvernement à 9 250 £ (10 737 €). Au cours de l’année universitaire 2022-23, le prêt moyen pour frais de scolarité était de 8 230 £ (9 446 €) en Angleterre, de 8 410 £ (9 653 €) au Pays de Galles et de 5 490 £ (6 301 €) en Irlande du Nord, selon la Student Loans Company.

Les frais de scolarité ont été supprimés pour les étudiants écossais étudiant en Écosse en 2000.

Les frais les plus courants étaient également supérieurs à 2 000 € en Islande, aux Pays-Bas, en Lettonie et en Lituanie, selon le rapport EACEA/Eurydice.

Soutien financier direct : subventions et prêts

​​Tous les pays européens offrent un soutien financier direct aux étudiants de premier cycle de l’enseignement supérieur à temps plein. Les subventions et les prêts sont les principales formes. Les bourses publiques sont une aide financière directe provenant du budget public que les étudiants n’ont pas à rembourser, alors que les prêts doivent être remboursés, souvent lorsqu’ils obtiennent leur diplôme ou qu’ils ont un emploi rémunérateur. Le gouvernement supporte une partie des coûts des prêts subventionnés, principalement par le biais de taux d’intérêt réduits.

Pas de subventions publiques en Angleterre

Tous les pays européens proposent au moins un type de soutien financier public direct à leurs étudiants de premier cycle de l’enseignement supérieur. Des subventions publiques existent dans tous les systèmes d’enseignement supérieur européens, à l’exception de l’Angleterre et de l’Islande, selon le rapport Eurydice. Des prêts subventionnés par l’État existent dans environ les deux tiers de tous les systèmes d’enseignement supérieur européens. Les subventions basées sur les besoins constituent la forme de soutien financier direct la plus courante en Europe.

Comparés aux bourses publiques, les prêts sont moins utilisés par les étudiants. Au cours de l’année universitaire 2019/20, il n’y a eu aucun prêt subventionné par l’État dans 13 systèmes éducatifs. La proportion de bénéficiaires de prêts était inférieure à 5 % dans sept systèmes éducatifs et inférieure à 15 % dans six pays. C’était une personne sur cinq en Turquie et une sur trois en Islande.

La part des bénéficiaires de prêts était la plus élevée au Royaume-Uni, dans les pays nordiques et aux Pays-Bas.

Comme le montre le graphique ci-dessus, la part la plus élevée de bénéficiaires de prêts a été enregistrée au Royaume-Uni, dans les pays nordiques et aux Pays-Bas. En Angleterre, au Pays de Galles et en Irlande du Nord, plus de 94 % des étudiants nationaux des universités ont bénéficié de prêts subventionnés par l’État. Cette proportion était de 69 % en Ecosse.

Le Royaume-Uni était suivi par la Norvège (66 %), la Suède (55 %), les Pays-Bas (54 %) et la Finlande (49 %).

Ainsi, nous observons les prêts dans ces pays, en particulier au Royaume-Uni.

La dette à l’issue de l’obtention du diplôme a rapidement augmenté pour atteindre plus de 50 000 € en Angleterre

En 2023, la dette moyenne des étudiants anglais à l’obtention de leur diplôme était d’environ 47 000 £ (54 124 €), selon le House of Commons Library Research Briefing, intitulé Student Loan Statistics et daté de décembre 2023.

La dette moyenne dans le reste du Royaume-Uni pour la cohorte 2023 était bien inférieure à celle de l’Angleterre. Il s’élevait à 35 800 £ (41 141 €) pour le Pays de Galles, 24 500 £ (28 155 €) pour l’Irlande du Nord et 15 400 £ (17 968 ​​€) pour l’Écosse.

Les données de Student Loans Company et de GOV.UK montrent que le solde moyen des prêts pour l’enseignement supérieur au début du remboursement est passé de 10 050 £ (14 686 €) en 2007 à 44 940 £ (51 667 €) en 2023.

L’Angleterre arrive en tête pour l’endettement étudiant moyen le plus élevé

Si l’on considère les autres pays européens, c’est l’Angleterre qui a enregistré la dette moyenne la plus élevée à la fin de ses études. Selon l’OCDE, la dette étudiante moyenne à la fin de l’obtention du diplôme au cours de l’année universitaire 2019/20 était de 51 367 € en Angleterre. Il s’élevait à 27 491 € en Norvège, 14 907 € au Danemark et 14 807 € en Finlande. La dette étudiante moyenne à la fin de l’obtention du diplôme aux Pays-Bas était de 16 227 € en 2017/18.

Les pays où les frais de scolarité sont élevés sont également ceux où les niveaux d’endettement des étudiants à la fin de leurs études sont les plus élevés, selon le rapport de l’OCDE. « Cependant, dans les pays nordiques, où les frais de scolarité sont faibles, voire inexistants, le niveau d’endettement des étudiants à l’obtention de leur diplôme peut encore être élevé en raison des frais de subsistance élevés », ajoute-t-il.

Les étudiants prêtent 23 milliards d’euros par an en Angleterre, la dette totale dépasse 230 milliards d’euros

Actuellement, 20 milliards de livres sterling (23 milliards d’euros) sont prêtés chaque année à environ 1,5 million d’étudiants de l’enseignement supérieur en Angleterre. Fin 2022-2023, la dette publique totale des étudiants anglais de l’enseignement supérieur et des étudiants de l’UE étudiant en Angleterre atteignait quelque 205,6 milliards de livres sterling (236,3 milliards d’euros). Cela se compare à plus de 50 millions de livres sterling à la fin de 2013-2014 et à plus de 100 milliards de livres sterling à la fin de 2017-2018.

L’augmentation au cours de chacune des trois dernières années a été de plus de 20 milliards de livres sterling (23 milliards d’euros). L’encours des dettes étudiantes devrait culminer à 460 milliards de livres sterling (aux prix de 2021-2022) au milieu des années 2040, selon le rapport de recherche.

Remboursement du prêt étudiant

En Angleterre, 66 % des étudiants de la première grande cohorte de remboursement (2002) avaient remboursé intégralement leur prêt ; ce chiffre est tombé à 33 % de la cohorte de 2010, 23 % de la cohorte de 2012 et 7 % de la cohorte de 2016 selon le rapport de recherche, basé sur l’ensemble de données de Student Loans Company.

L’année fait référence au moment où le premier devient redevable du remboursement. Il s’agit du mois d’avril après la fin du cours d’un étudiant.

En avril 2023, 35 % de la cohorte 2021 se trouvaient au Royaume-Uni et remboursaient leurs prêts à ce moment-là. Environ 42 % de la cohorte de 2021 travaillaient au Royaume-Uni, mais gagnaient moins que le seuil et ne remboursaient donc pas. Ce taux est tombé à 11-12 % pour les cohortes de 2015 et antérieures.

Est-ce que ça vaut le coup?

La question importante est toujours de savoir si aller à l’université en vaut la peine ou non. L’examen de l’impact d’un diplôme universitaire sur la recherche d’emploi et le salaire moyen peut fournir des informations utiles.

En 2022, 86,7 % des diplômés de l’enseignement supérieur âgés de 18 à 34 ans dans l’UE étaient employés, alors que ce taux s’élevait à 74,2 % chez les diplômés de niveau moyen selon Eurostat.

Les diplômés récents sont ceux qui ont atteint leur niveau d’études le plus élevé il y a entre un et cinq ans et qui ne poursuivent pas d’études ultérieures.

Le niveau d’éducation est basé sur la Classification internationale type de l’éducation (CITE) et fait référence à :

● Faible : enseignement préscolaire, primaire et secondaire inférieur (niveaux 0 à 2 de la CITE) ;

● Moyen : enseignement secondaire supérieur et enseignement postsecondaire non supérieur (niveaux 3 et 4 de la CITE) ;

● Élevé : enseignement supérieur (niveaux CITE 5 à 8). Il comprend des universités, des collèges, des instituts de formation technique et des écoles professionnelles publics et privés.

Comment l’emploi des jeunes diplômés varie-t-il selon la formation ?

L’écart d’emploi entre les récents diplômés de l’enseignement supérieur et des études supérieures et postsecondaires était de 12,5 points de pourcentage (pp) dans l’UE. Cela suggère qu’un diplôme universitaire aide à trouver un emploi après l’obtention de son diplôme.

Sauf en Islande, le taux d’emploi des diplômés de l’enseignement supérieur était supérieur à celui des diplômés de l’enseignement supérieur et postsecondaire dans tous les pays.

En 2022, l’écart entre deux niveaux d’éducation variait considérablement, allant de -0,8 pp en Islande à 31,2 pp en Roumanie.

Cet écart était supérieur à 20 pp dans neuf pays. Il s’agissait pour la plupart de pays des Balkans ou d’Europe de l’Est. C’était également 18 pp en France et en Espagne.

Au Royaume-Uni, en 2018, la différence était de 8,7 pp.

Dans certains pays comme la Tchéquie, la Norvège, les Pays-Bas, le Portugal et l’Allemagne, l’écart entre deux niveaux d’éducation en matière d’emploi était inférieur à 6 pp.

Les diplômés universitaires gagnent-ils plus ?

Oui, ils le font. Cependant, cela varie considérablement à travers l’Europe. Les diplômés universitaires sont nettement mieux payés que les non-diplômés dans certains pays, tandis que l’écart de revenus entre eux est moindre dans d’autres.

En 2022, le revenu net équivalent médian pour les travailleurs à temps plein (16-64 ans) était de 26 304 € alors qu’il était de 18 876 € pour les travailleurs ayant un niveau d’éducation moyen.

Le revenu disponible équivalent est le revenu total d’un ménage, après impôts et autres déductions, disponible pour dépenser ou épargner. Il tient compte de la répartition des revenus ainsi que de la taille et de la composition des ménages.

Plutôt que d’examiner les revenus nets, les ratios entre niveaux d’éducation fournissent des informations utiles pour comparer les pays.

Le graphique ci-dessous montre à quel point le rôle de l’éducation dans les salaires diffère considérablement en Europe.

En 2018, le rapport entre le niveau d’éducation élevé et le niveau moyen du revenu net équivalent médian variait de 1,08 en Norvège à 1,69 en Roumanie. Ce ratio était de 1,39 dans l’UE, ce qui signifie que les personnes ayant fait des études supérieures gagnaient 39 % de plus que celles ayant un niveau d’éducation moyen.

L’écart de revenus est faible dans les pays nordiques

Les pays nordiques, la Norvège, le Danemark et la Suède ont enregistré les ratios les plus bas, ce qui suggère que le niveau d’éducation est moins important que dans d’autres pays. Il était également de 1,28 en Finlande.

Ce ratio était de 1,33 au Royaume-Uni (données 2018).

Il n’est pas surprenant que cet écart se creuse entre les niveaux d’éducation élevés et faibles. Il était de 1,7 dans l’UE.

Cependant, l’écart de revenus d’éducation entre les niveaux élevés et faibles n’était toujours pas substantiel dans les pays nordiques et aux Pays-Bas. Le ratio était de 1,27 au Danemark et en Norvège, suivis par les Pays-Bas (1,33) et la Finlande (1,39). Il était de 1,58 au Royaume-Uni.

Laisser un commentaire

trois × 2 =