Près d'un adolescent italien sur deux a été victime de harcèlement sexuel, selon un nouveau sondage

Jean Delaunay

Près d’un adolescent italien sur deux a été victime de harcèlement sexuel, selon un nouveau sondage

Un nouveau sondage mené auprès de 400 adolescents dans toute l’Italie a révélé que près d’un adolescent sur deux a été touché par un pair contre son gré ou a reçu des avances sexuelles importunes.

Près d’un adolescent italien sur deux âgé de 14 à 19 ans déclare avoir subi une forme de harcèlement sexuel au cours de sa vie, qu’il s’agisse d’attouchements non désirés de la part d’un pair (comme dans le cas de 48 % des personnes interrogées) ou d’une avance sexuelle importune (43 %). .

L’enquête, intitulée « Teen Community », a été réalisée par le groupe Fondazione Libellula (Fondation Dragonfly), qui promeut la fin de la violence et de la discrimination de genre, et présentée mercredi à Milan.

Il a été demandé à environ 400 adolescents dans tout le pays de répondre à des questions sur le harcèlement sexuel, en leur demandant leur opinion sur des sujets tels que la violence à l’égard des femmes et les interactions entre hommes et femmes.

Les résultats décourageants de l’enquête montrent que les adolescentes ont une expérience de harcèlement sexuel plus importante que leurs pairs masculins, avec 55 % des filles déclarant avoir été l’objet d’une attention sexuelle non désirée de la part de quelqu’un contre seulement 25 % des garçons.

« Les données montrent le besoin urgent d’intervenir pour sensibiliser les nouvelles générations à la dynamique complexe de la violence de genre », a déclaré Debora Moretti, fondatrice et présidente de la Fondazione Libellula.

« Le fait que dans la majorité des cas, les filles soient victimes de harcèlement sexuel nous aide à comprendre à quel point ce problème est enraciné dans notre culture et combien il est nécessaire de promouvoir un débat parmi les jeunes », a-t-elle ajouté.

Selon la même enquête, seuls 33 % des garçons âgés de 18 à 19 ans pensent qu’il est inacceptable qu’un homme devienne violent après avoir été trompé, contre 79 % des filles. Seuls 29 % des adolescents ne sont pas d’accord avec l’affirmation selon laquelle « le contrôle est un signe d’amour », contre 48 % des filles.

Dans l’ensemble, selon l’étude, les filles semblent mieux conscientes de ce qui constitue le harcèlement sexuel. Mais tous les adolescents semblaient avoir une idée erronée de la façon dont une relation saine devrait fonctionner, beaucoup considérant qu’il était acceptable d’empêcher leur partenaire d’accepter des demandes d’amitié sur les réseaux sociaux ou de dire à leur partenaire ce qu’ils devraient ou ne devraient pas porter.

Une majorité de 53 % estiment qu’embrasser quelqu’un contre sa volonté est une forme de violence, tandis que 15 % déclarent qu’il ne s’agit pas de harcèlement.

« La normalisation de ces comportements ne peut que perpétuer et autoriser de nouveaux épisodes de violence de genre : nous devons nous rappeler que les jeunes seront un jour les adultes de demain », a déclaré Moretti.

Selon une précédente enquête publiée il y a quelques mois par la même association et centrée sur les hommes, un homme sur deux pensait que la violence contre les femmes n’était pas un problème qui le concernait.

L’enquête intervient après qu’une série de viols de jeunes filles ait attiré l’attention du public italien et suscité des inquiétudes quant à l’ampleur du problème parmi les mineures en Italie, ainsi que dans des pays comme l’Espagne.

Laisser un commentaire

10 − sept =