Russian President Vladimir Putin gestures while speaking on a visit to his campaign headquarters after a presidential election in Moscow, Russia, early Monday, March 18, 2024.

Jean Delaunay

Poutine affirme avoir soutenu l’échange de prisonniers avec Alexeï Navalny

L’opposant russe le plus connu est décédé le mois dernier alors qu’il purgeait une peine de 19 ans de prison pour des accusations d’extrémisme qui, selon ses partisans, étaient politiquement motivées.

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré lundi qu’il soutenait l’idée de libérer Alexeï Navalny dans le cadre d’un échange de prisonniers quelques jours seulement avant la mort du chef de l’opposition.

Dans ses premiers commentaires sur la mort de Navalny, Poutine a déclaré à propos de la disparition du dissident : « Cela arrive. Vous ne pouvez rien y faire. C’est la vie. »

Ces remarques étaient inhabituelles dans la mesure où il faisait référence à plusieurs reprises à Navalny par son nom pour la première fois depuis des années.

Ils sont venus à une conférence de presse de fin de soirée alors que les résultats de l’élection présidentielle affluaient, Poutine a remporté une victoire écrasante.

Les premiers résultats l’ont montré en tête avec plus de 87 % des voix dans une course sans compétition, après des années de répression impitoyable de l’opposition et de paralysie des médias indépendants.

Les alliés de Navalny ont également déclaré le mois dernier que des pourparlers avec des responsables russes et occidentaux au sujet d’un échange de prisonniers impliquant l’ennemi le plus féroce du Kremlin étaient en cours.

Maria Pevchikh, associée de longue date de l’homme politique, a déclaré que les pourparlers en étaient à leur phase finale quelques jours seulement avant la mort soudaine et inexpliquée de Navalny dans une colonie pénitentiaire de l’Arctique.

Le militant de l'opposition russe Alexei Navalny, à gauche, fait des gestes devant un tribunal avant une audience à Moscou, en Russie, le lundi 1er juillet 2019.
Le militant de l’opposition russe Alexei Navalny, à gauche, fait des gestes devant un tribunal avant une audience à Moscou, en Russie, le lundi 1er juillet 2019.

Elle a accusé Poutine de « se débarrasser » de Navalny afin de ne pas l’échanger, mais n’a présenté aucune preuve pour étayer ses affirmations.

L’Observatoire de l’Europe ne peut pas vérifier de manière indépendante cette affirmation.

Poutine a déclaré lundi, également sans apporter aucune preuve, que quelques jours avant la mort de Navalny, « certains collègues, non issus de l’administration (présidentielle) » lui avaient fait part de « l’idée d’échanger Navalny contre certaines personnes détenues dans des établissements pénitentiaires dans les pays occidentaux ».

Il a dit qu’il soutenait l’idée.

« Croyez-le ou non, mais la personne qui me parlait n’a même pas fini sa phrase lorsque j’ai dit : ‘Je suis d’accord' », a déclaré Poutine en réponse à une question d’un journaliste sur la mort de Navalny. Il a ajouté que sa seule condition était que Navalny ne retourne pas en Russie.

« Mais malheureusement, quoi qu’il arrive, ce qui s’est passé est arrivé », a déclaré Poutine.

Navalny, 47 ans, l’homme politique d’opposition le plus connu de Russie, est décédé le mois dernier alors qu’il purgeait une peine de 19 ans de prison pour des accusations d’extrémisme qu’il a rejetées comme étant politiquement motivées. Ses alliés, des membres de sa famille et des responsables occidentaux ont imputé la mort au Kremlin – accusations que Moscou a rejetées.

Les associés du politicien ont déclaré que les autorités avaient énuméré des « causes naturelles » sur les documents présentés à la mère de Navalny alors qu’elle tentait de récupérer son corps.

Navalny était emprisonné depuis janvier 2021, lorsqu’il était rentré à Moscou de son propre gré après s’être rétabli en Allemagne d’un empoisonnement aux agents neurotoxiques qu’il imputait au Kremlin. Il a été immédiatement arrêté. Le Kremlin a nié avec véhémence toute responsabilité dans cet empoisonnement.

Pevchikh a affirmé qu’il existait un projet visant à échanger Navalny et deux citoyens américains détenus en Russie contre Vadim Krasikov. Il purgeait une peine d’emprisonnement à perpétuité en Allemagne pour le meurtre à Berlin en 2019 de Zelimkhan « Tornike » Khangoshvili, un citoyen géorgien de 40 ans d’origine tchétchène. Les juges allemands ont déclaré que Krasikov avait agi sur ordre des autorités russes.

Elle n’a pas identifié les citoyens américains censés faire partie de l’accord. Plusieurs personnes sont en détention en Russie, notamment le journaliste du Wall Street Journal Evan Gershkovich, arrêté pour espionnage, et Paul Whelan, responsable de la sécurité d’une entreprise du Michigan, reconnu coupable d’espionnage et purgeant une longue peine de prison. Eux et le gouvernement américain contestent les accusations portées contre eux.

Les responsables allemands ont refusé de commenter lorsqu’on leur a demandé si la Russie avait tenté d’échanger Krasikov.

Poutine avait déclaré plus tôt que le Kremlin était ouvert aux négociations sur Gershkovich. Il a évoqué un homme emprisonné dans un « pays allié des États-Unis » pour avoir « liquidé un bandit » qui aurait tué des soldats russes lors de combats séparatistes en Tchétchénie. Poutine n’a pas cité de noms mais a semblé faire référence à Krasikov.

Laisser un commentaire

13 + cinq =