Pourquoi rendre compte de l'impact climatique de la viande n'est-il pas au menu ?

Jean Delaunay

Pourquoi rendre compte de l’impact climatique de la viande n’est-il pas au menu ?

Contrairement au dicton populaire, plus de mauvaises nouvelles sur la production de viande seront de bonnes nouvelles pour les gens et la planète, écrit Nico Muzi.

Aucune nouvelle n’est une bonne nouvelle pour l’industrie de la viande, mais c’est une terrible nouvelle pour les gens et la planète.

Malgré le rôle surdimensionné de la production animale dans la conduite du changement climatique, les médias grand public ignorent le problème.

Une nouvelle analyse de Faunalytics pour Sentient Media a révélé que 93 % des nouvelles liées au climat ne mentionnent jamais la viande.

Les chercheurs ont analysé 1 000 articles dans 10 médias nationaux américains depuis septembre 2022 et ont constaté que dans la couverture très limitée qui mentionne l’agriculture animale, « une grande partie des rapports couvre les impacts climatiques sur le bétail plutôt que la façon dont la production de viande est une source d’émissions de gaz à effet de serre ».

Des recherches antérieures de notre groupe de défense de l’alimentation durable montrent également que le sujet des émissions climatiques de l’agriculture animale est relativement moins couvert par les médias que d’autres problèmes climatiques.

Près de 450 des 91 180 articles sur le climat publiés dans les principaux médias anglophones de l’UE, du Royaume-Uni et des États-Unis entre 2020 et mi-2022 mentionnent la viande ou le bétail comme source d’émissions, soit 0,5 % de l’ensemble des rapports sur le climat.

C’est problématique : les récits médiatiques aident à définir l’agenda politique et sont des précurseurs de l’action politique.

En d’autres termes, la couverture médiatique du rôle de l’élevage dans la conduite du changement climatique est plus susceptible de créer une urgence politique, une hiérarchisation des politiques et une allocation des ressources.

Pourquoi les reporters sur le climat et l’environnement ignorent-ils le rôle de la viande dans le changement climatique ?

Pour certains, c’est une question de priorités

Au moins trois facteurs principaux contribuent à la sous-déclaration de l’impact climatique surdimensionné de la viande par les médias anglophones.

Tout d’abord, un manque de campagne. Très peu de groupes de la société civile font campagne sur le lien entre la viande et le changement climatique – par rapport à la quantité de plaidoyer public autour de l’extraction des combustibles fossiles et des émissions des voitures, des camions, des avions et des navires.

Cela correspond en partie au financement minimal de la philanthropie climatique destiné au secteur de l’alimentation et de l’agriculture – 8% du financement total connu des fondations consacré à l’atténuation du changement climatique en 2020.

Vadim Ghirda/AP
Un ouvrier manipule de la viande à l’abattoir Doly-Com dans le village de Roma, au nord de la Roumanie, février 2013

Mais c’est aussi une question de priorisation. Jusqu’à présent, et à juste titre, le mouvement écologiste s’est concentré sur la réduction des émissions des systèmes énergétiques et des transports : deux secteurs aux émissions massives (respectivement 34 % et 15 % des émissions totales en 2019) et aux solutions technologiques – solaire, éolien et électrification des transports — disponible à grande échelle pour décarboner ces industries.

L’alimentation est la prochaine frontière dans la lutte contre le changement climatique : elle est responsable de 37 % des émissions mondiales, dont l’agriculture animale se taille la part du lion.

La taille du secteur peut être une pierre d’achoppement

Lors de la présentation du dernier rapport du GIEC, le président Hoesung Lee a rappelé au monde que l’humanité doit réduire l’élevage pour atteindre l’objectif de zéro émission nette d’ici 2050.

Nous devrions maintenant nous attendre à ce que l’attention de la société civile (et des philanthropes du climat) se tourne vers la transformation de comment et de quelle nourriture nous produisons pour nourrir une population croissante sans faire frire la planète.

L’industrie mondiale de la viande est un secteur énorme d’une valeur de 1,3 billion de dollars (1,16 milliard d’euros), soit trois fois la valeur économique de l’industrie des smartphones.

Photo AP/Charlie Neibergall
Des poulets se tiennent dans leur cage dans une ferme alimentaire, novembre 2009

Ceci est crucial pour attirer l’attention des médias : comme le montre l’analyse médiatique de Madre Brava, les enquêtes des ONG et les études des groupes de réflexion et des universités sont les principaux générateurs d’histoires climatiques autour de la viande et du bétail.

Le deuxième facteur est l’emprise des entreprises : les tentatives continues de l’industrie de la viande de se mêler de la science et de l’élaboration des politiques.

L’industrie mondiale de la viande est un secteur énorme d’une valeur de 1,3 billion de dollars (1,16 milliard d’euros), soit trois fois la valeur économique de l’industrie des smartphones.

Les gens aiment la viande – et leur dire de ne pas en manger peut les rendre hostiles

Empruntant largement au livre de jeu de l’industrie pétrolière, les reportages et les exposés des médias ont montré que les grands transformateurs de viande et les sociétés laitières utilisent leurs abondantes ressources financières pour manipuler les faits et semer le doute sur la science du climat sur les produits d’origine animale.

Par exemple, des recherches menées par des universitaires de l’Université de New York et publiées dans la revue Climate Change montrent que les 10 plus grandes entreprises d’agriculture animale aux États-Unis « ont contribué à des recherches qui minimisent le lien entre l’agriculture animale et le changement climatique ».

En termes d’efforts de lobbying, les mêmes chercheurs ont découvert que « pris en proportion des revenus totaux de chaque entreprise au cours de ces périodes, Tyson a dépensé plus du double de ce qu’Exxon a pour les campagnes politiques et 21 % de plus pour le lobbying ».

En outre, de nombreuses personnes aiment la viande pour son goût et pour des raisons culturelles profondément ancrées, ce qui rend le sujet controversé pour les reportages.

Daniel Ochoa de Olza/AP
Des clients apprécient la cuisine espagnole dans un bar de Madrid, janvier 2009

Récemment, la Déclaration des scientifiques de Dublin sur le rôle de l’élevage, un manifeste pro-élevage rédigé par des universitaires étroitement liés à l’industrie de la viande, semble également renforcer les efforts visant à créer une communauté scientifique solidaire autour de l’élevage et à minimiser l’impact de la viande sur le climat. changement.

En outre, de nombreuses personnes aiment la viande pour son goût et pour des raisons culturelles profondément ancrées, ce qui rend le sujet controversé pour les reportages.

Comme l’a dit Tamar Haspel, chroniqueuse du Washington Post, interrogée sur les raisons pour lesquelles l’agriculture animale est relativement moins couverte dans les articles sur le climat que d’autres sources d’émissions : « La principale est que les gens aiment la viande et… en gros, vous finissez par dire aux gens de manger moins bœuf. »

« Et c’est un message auquel les gens ont tendance à être hostiles. Lorsque nous parlons de combustibles fossiles, nous donnons aux gens une alternative. Mais quand nous parlons de viande, l’alternative que nous leur donnons est très désagréable pour beaucoup de gens.

Un mauvais cadrage peut entraîner une polarisation

Comment pouvons-nous surmonter la sous-déclaration du rôle de la viande dans le changement climatique ?

D’une part, pour supprimer certains des principaux obstacles à une plus grande couverture climatique de la production de viande, les médias ont besoin d’un rythme de nouveau contenu, qui peut être généré avec davantage de campagnes d’ONG et d’enquêtes journalistiques.

À cet égard, il serait important que les ONG climatiques et environnementales s’associent à des groupes de protection des animaux et à des experts de la santé pour amplifier les messages sur le climat, la santé et les méfaits de la viande industrielle pour les animaux – soutenus par un financement philanthropique climatique accru.

De même, les journalistes d’investigation audacieux devraient creuser plus profondément et découvrir de nouveaux épisodes de capture par les entreprises de la science et de l’élaboration des politiques dans ce domaine.

La responsabilité de changer comment et quels aliments sont produits devrait incomber aux détaillants alimentaires et aux gouvernements, et non aux consommateurs.

Photo AP/Michael Probst
Des vaches se tiennent ensemble dans un pré à Wehrheim près de Francfort, juin 2023

Deuxièmement, retravailler comment encadrer les récits et où placer le fardeau de la responsabilité est essentiel pour remplacer la «controverse» du sujet pour les journalistes.

Les campagnes – si elles ne sont pas bien encadrées – peuvent également créer une polarisation et alimenter des guerres culturelles.

La responsabilité de changer comment et quels aliments sont produits devrait incomber aux détaillants alimentaires et aux gouvernements, et non aux consommateurs.

Au lieu de pointer du doigt les gens pour ne pas avoir réduit leur consommation de viande, l’appel à l’action devrait être d’améliorer le contexte de choix afin qu’une alimentation saine et durable soit l’option la plus simple et la plus abordable pour les consommateurs.

Une mauvaise nouvelle pour certains pourrait être une bonne nouvelle pour les gens et la planète

Enfin, les alternatives comparables sont importantes lorsqu’il s’agit de changer des habitudes culturelles profondément ancrées.

Les perturbateurs de l’industrie devraient fournir des protéines alternatives plus appétissantes, aussi savoureuses et aussi bon marché que la viande industrielle conventionnelle pour répondre aux consommateurs là où ils se trouvent en termes de goût et de préférences nutritionnelles.

Davantage de rapports sur le rôle surdimensionné de l’élevage dans la conduite du changement climatique contribueront à créer une urgence politique, une hiérarchisation des politiques et une allocation des ressources.

Contrairement au dicton populaire, plus de mauvaises nouvelles – sur la production de viande – seront de bonnes nouvelles pour les gens et la planète.

Laisser un commentaire

18 + douze =