An election poster of German far right AfD party is fixed on a lamp pole in Frankfurt, Germany

Jean Delaunay

Pourquoi les radicaux de droite comme de gauche seront-ils des hommes de main du nouveau Parlement européen ?

Les députés non-inscrits au Parlement européen, qui totalisent 100 sièges, cherchent à constituer un groupe. Beaucoup de ces députés européens ont des opinions politiques radicales, à gauche comme à droite, et s’opposent souvent aux politiques concernant la Russie, le Green Deal et l’élargissement.

Une vague de partis non conventionnels est sur le point d’entrer au nouveau Parlement européen, représentant collectivement jusqu’à 100 députés. C’est la première fois que des groupes de parti plus importants et établis devront composer avec une présence importante de forces politiquement imprévisibles.

Parmi ces membres du Parlement européen, 46 appartiennent à des groupes non affiliés, tandis que 56 siègent temporairement avec la liste des députés non encore inscrits, de nouveaux arrivants en quête d’affiliation politique. Techniquement, il s’agit de « membres nouvellement élus qui ne sont alignés sur aucun des groupes politiques établis au sein du Parlement sortant ».

La taille considérable des deux groupes influencera directement ou indirectement la formation de nouvelles coalitions, compte tenu de leurs positions radicales ou excentriques dans le cadre général du Parlement européen.

« Ces partis marginaux, ces partis challengers peuvent-ils vraiment forcer les partis dominants à faire des concessions idéologiques, à se repositionner plus à gauche ou plus à droite ? » » s’interroge Wouter Wolfs, professeur de politique européenne à l’Université catholique de Louvain (KU Leuven).

« Et si tel est le cas, cela pourrait potentiellement compliquer la recherche d’un consensus au niveau européen. Cela pose un défi important car le Parlement européen ne fonctionne généralement efficacement que lorsqu’il existe un consensus entre les principaux groupes dominants », explique Wolfs.

La question allemande

Le pays qui amènera le plus grand nombre de députés européens non inscrits et non inscrits à Strasbourg et à Bruxelles est l’Allemagne, avec des représentants venant à la fois de l’extrême droite et de l’extrême gauche.

L’Alternative pour l’Allemagne (AfD) a été exclue du groupe d’extrême droite Identité et Démocratie, dirigé par Marine Le Pen, en raison de son extrémisme et de ses liens présumés avec des agents d’influence chinois et russes.

Le AfD occupera 15 sièges au Parlement européen. Ses dirigeants ont l’intention de former un nouveau groupe « alt-right » avec des partis similaires d’autres pays. Avec quinze sièges, c’est un début prometteur, étant donné qu’il faut au moins 23 sièges provenant de sept pays pour constituer leur propre groupe.

Alice Weidel, au centre, et Tino Chrupalla, au centre droit, tous deux présidents fédéraux de l'AfD, applaudissent au siège du parti AfD lors de la prévision des élections européennes, à Berli
Alice Weidel, au centre, et Tino Chrupalla, au centre droit, tous deux présidents fédéraux de l’AfD, applaudissent au siège du parti AfD lors de la prévision des élections européennes, à Berli

Parmi les autres partenaires potentiels de l’AfD figurent le parti d’extrême droite bulgare Renaissance, le parti d’extrême droite français Reconquérir dirigé par Marion Maréchal et Eric Zemmour, le parti hongrois Ma Patrie, divers mouvements de Slovaquie et de Tchéquie, et la Konfederacja polonaise, une coalition d’extrême droite. factions.

« Au moins trois députés européens sur six pourraient rejoindre un nouveau groupe avec l’AfD. L’un des députés européens polonais qui pourraient rejoindre le nouveau groupe d’extrême droite est Grzegorz Braun, un député polonais qui a été déchu de son immunité parlementaire nationale à la Sejm après avoir éteint les bougies pour célébrer la fête juive de Hanoukka en décembre dernier », explique Tomasz Kaniecki, analyste du Centre de sondages d’L’Observatoire de l’Europe.

Si ce scénario devait se réaliser, il pourrait mettre en péril le groupe Identité et Démocratie d’extrême droite du Parlement européen en sapant son consensus idéologique et en frustrant toute tentative de Marine Le Pen de déplacer l’orientation politique de son parti vers le centre.

C’est un moment délicat pour Marine Le Pen, qui doit organiser une campagne électorale de dernière minute pour les élections anticipées en France, qui promet de se transformer en bras de fer final avec le président Macron.

La Première ministre italienne Giorgia Meloni, à gauche, accueille la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, alors qu'elle arrive à Rome pour assister à une conférence internationale sur la migration.
La Première ministre italienne Giorgia Meloni, à gauche, accueille la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, alors qu’elle arrive à Rome pour assister à une conférence internationale sur la migration.

Selon Tomasz Kaniecki, cela pourrait avoir un effet domino sur les conservateurs et les réformateurs européens, y compris le parti de la Première ministre italienne Giorgia Meloni et le parti polonais Droit et Justice (PiS), tous deux déjà vulnérables depuis leur flanc droit : « Le PiS s’est aligné à une décevante deuxième position, derrière la coalition du Premier ministre Donald Tusk (KO-EPP), car certains de ses électeurs les plus radicaux se sont tournés vers la Confédération ».

Pour la coalition conservatrice, les circonstances pourraient compliquer les efforts déployés par l’ECR et l’ID pour se déplacer brusquement vers le centre afin de trouver un compromis avec les conservateurs modérés du PPE.

Sahra Wagenknecht, chef de co-faction du Parti de gauche allemand, prononce un discours lors d'une réunion du parlement fédéral allemand, le Bundestag, au bâtiment du Reichstag à Ber
Sahra Wagenknecht, chef de co-faction du Parti de gauche allemand, prononce un discours lors d’une réunion du parlement fédéral allemand, le Bundestag, au bâtiment du Reichstag à Ber

« Gauche » sans toit

Du côté gauche, un scénario similaire se déroule. L’Allemagne apparaît une fois de plus comme l’épicentre d’une potentielle nouvelle coalition souverainiste-gauche. Sarah Wagenknecht, ancienne dirigeante de Die Linke (gauche), a quitté son parti pour poursuivre un programme politique solo qui se situe quelque part entre les principes de gauche et les revendications souverainistes-populistes.

La théorie de Wagenknecht repose sur l’hypothèse selon laquelle les électeurs d’extrême droite se sentent déçus par la gauche libérale.

Son mouvement, DSW, parmi les non-inscrits, pourrait polariser d’autres mouvements similaires de Slovaquie, de Bulgarie, d’Italie, du Mouvement 5 étoiles et de certains partis des pays baltes.

Un éventuel mouvement de gauche alternatif pourrait bénéficier du soutien d’un nombre important d’eurodéputés de gauche, dont certains issus du S&D, poussant les sociaux-démocrates à négocier avec les conservateurs.

Les deux groupes potentiels, l’alt-droite et l’alt-gauche, sont étroitement surveillés par les institutions européennes en raison de leurs liens ambigus avec la Russie et de leurs positions indulgentes sur la question ukrainienne.

« Il y a quelques questions importantes en matière de sécurité. Par exemple, certains députés européens obtiennent des informations confidentielles sur certains aspects des relations avec l’Ukraine, le libre-échange et la Russie, surtout s’ils font partie des commissions. soulèvent des questions au Parlement européen. Que ferons-nous d’eux ? Que feront-ils de ce type d’informations ? Plus largement, il y a bien sûr la question politique », dit Wolfs.

Ces partis alternatifs ou antagonistes pourraient entraver les politiques d’élargissement et toute initiative liée à la défense.

« Le PE ne fonctionne que lorsqu’il existe un consensus entre les principaux groupes dominants. Le PPE, Renew au centre, le S&D et les Verts dans une certaine mesure. Et s’ils se sentent sous pression et sentent qu’ils ne peuvent pas parvenir à un consensus parce qu’ils » Si l’on est trop critiqué par des partis radicaux ou marginaux, cela pourrait potentiellement influencer la prise de décision, mais ce serait toujours en quelque sorte une influence indirecte », conclut Wouter Wolfs.

Laisser un commentaire

17 − 15 =