A woman in traditional colorful Tajik dress carries a bundle of bread at the Green Bazaar, in Dushanbe, 7 October 2001

Jean Delaunay

Pourquoi le Tadjikistan, à majorité musulmane, a-t-il interdit le hijab ?

L’interdiction du port du foulard au Tadjikistan est considérée comme le reflet de la ligne politique suivie depuis 1997 par le gouvernement du président à vie Emomali Rahmon.

Le gouvernement du Tadjikistan a adopté une loi interdisant le hijab, la dernière d’une série de 35 lois de grande envergure liées à la religion, dans une démarche décrite par le gouvernement comme « protégeant les valeurs culturelles nationales » et « prévenant la superstition et l’extrémisme ».

La loi, approuvée jeudi dernier par la chambre haute du parlement Majlisi Milli, interdit l’utilisation de « vêtements étrangers », y compris le hijab, ou couvre-chef porté par les femmes musulmanes.

Au lieu de cela, les citoyens tadjiks sont encouragés à porter le costume national tadjik.

Ceux qui enfreignent la loi seront passibles d’une amende allant de 7 920 somoni tadjiks (près de 700 euros) pour les citoyens ordinaires, 54 000 somoni (4 694 euros) pour les représentants du gouvernement et 57 600 somoni (environ 5 000 euros) s’ils sont des personnalités religieuses.

Des lois similaires adoptées plus tôt ce mois-ci affectent plusieurs pratiques religieuses, comme la tradition vieille de plusieurs siècles connue au Tadjikistan sous le nom d’« iydgardak », dans laquelle les enfants font du porte-à-porte pour collecter de l’argent de poche lors des vacances de l’Aïd.

La décision a été considérée comme surprenante, car ce pays d’Asie centrale de quelque 10 millions d’habitants est à 96 % musulman, selon le dernier recensement de 2020.

Pourtant, cela reflète la ligne politique suivie par le gouvernement depuis 1997.

Transformer les mosquées en salons de thé

Au Tadjikistan, le gouvernement du président à vie Emomali Rahmon vise depuis longtemps ce qu’il décrit comme de l’extrémisme.

Après un accord de paix visant à mettre fin à une guerre civile de cinq ans en 1997, Rahmon – au pouvoir depuis 1994 – a d’abord trouvé le moyen de coexister avec le Parti de la résurrection islamique du Tadjikistan (TIRP), parti d’opposition, qui a obtenu une série de concessions.

Selon l’accord négocié par l’ONU, les représentants du TIRP pro-charia se partageraient 30 % du gouvernement, et le TIRP a été reconnu comme le premier parti politique post-soviétique d’Asie centrale fondé sur les valeurs islamiques.

Cependant, Rahmon a réussi à évincer le TIRP du pouvoir, même si le parti est devenu plus laïc au fil du temps. En 2015, il a ensuite réussi à fermer complètement le TIRP, le désignant comme organisation terroriste après que le parti aurait participé à la tentative de coup d’État manquée au cours de laquelle le général Abdulhalim Nazarzoda, un haut fonctionnaire du gouvernement, a perdu la vie.

Parallèlement, il a tourné son attention vers ce que son gouvernement a décrit comme des influences « extrémistes » parmi les citoyens.

Après avoir interdit pour la première fois le hijab dans les institutions publiques, notamment les universités et les bâtiments gouvernementaux, en 2009, le régime de Douchanbé a fait pression pour un certain nombre de règles formelles et informelles destinées à empêcher les pays voisins d’exercer une influence mais aussi à renforcer son contrôle sur le pays.

Le président du Tadjikistan, Emomali Rahman, en 2023
Le président du Tadjikistan, Emomali Rahman, en 2023

Bien qu’il n’y ait aucune restriction légale sur la barbe au Tadjikistan, plusieurs rapports indiquent que les forces de l’ordre ont rasé de force des hommes arborant une barbe touffue, considérée comme un signe potentiel des opinions religieuses extrémistes d’une personne.

La loi sur la responsabilité parentale, entrée en vigueur en 2011, pénalise les parents qui envoient leurs enfants suivre un enseignement religieux à l’étranger, tandis que selon la même loi, il est interdit aux moins de 18 ans d’entrer dans les lieux de culte sans autorisation.

Une déclaration de 2017 de la Commission des affaires religieuses du Tadjikistan a indiqué que 1 938 mosquées avaient été fermées en un an seulement et que des lieux de culte avaient été transformés en salons de thé et en centres médicaux, par exemple.

La dernière série de lois aurait été motivée par l’attaque meurtrière de l’hôtel de ville de Crocus à Moscou en avril. Selon les autorités russes, quatre des assaillants capturés par les forces de l’ordre russes – qui feraient partie de la branche Khorasan du soi-disant État islamique, ou ISIS-K – possédaient des passeports tadjiks.

Le président Rahmon, qui a déclaré vouloir faire du Tadjikistan « démocratique, souverain, fondé sur le droit et laïc » – citant la première ligne de la Constitution de 2016 – a conseillé au peuple « d’aimer Dieu de (leur) cœur ».

« N’oubliez pas votre propre culture », a-t-il déclaré.

La Commission américaine sur la liberté religieuse internationale (USCIRF) a désigné le Tadjikistan comme « pays particulièrement préoccupant » dans son rapport de 2023.

Où d’autre le hijab est-il interdit ?

En Europe, le hijab est un sujet de discorde dans de nombreux pays.

Le politicien néerlandais d’extrême droite Geert Wilders – dont le parti a récemment formé un gouvernement après avoir remporté une victoire sans précédent aux élections générales – propose depuis longtemps une interdiction du hijab dans le cadre d’un ensemble beaucoup plus large de mesures anti-islam, y compris l’interdiction du port du hijab. livre saint, le Coran et toute immigration non occidentale.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, David Cameron, est accueilli par des femmes en costumes traditionnels lors de sa visite au projet hydroélectrique de Nurek, à environ 70 km au sud de Douchanbé, le 22 avril 2024.
Le ministre britannique des Affaires étrangères, David Cameron, est accueilli par des femmes en costumes traditionnels lors de sa visite au projet hydroélectrique de Nurek, à environ 70 km au sud de Douchanbé, le 22 avril 2024.

En 2004, la France a introduit une législation interdisant le port de « symboles ou vêtements par lesquels les étudiants affichent ostensiblement leur appartenance religieuse », y compris le hijab, dans les écoles primaires, collèges et lycées publics, mais pas dans ses universités.

Une loi similaire a été adoptée en Autriche en 2017, interdisant le port du foulard dans les écoles pour les enfants de moins de 10 ans, les parents s’exposant à des amendes potentielles de 440 € s’ils choisissent malgré tout d’envoyer leurs enfants à l’école avec un hijab.

L’Italie a interdit le maillot de bain de type hijab, également connu sous le nom de « burkini », dans ses piscines et ses plages depuis 2009. Plusieurs cas de femmes condamnées à une amende ou interdites de nager ou de bronzer en public ont provoqué des troubles ces dernières années, notamment dans le pays. nord.

En outre, l’Allemagne, la Belgique, la Norvège et la Bulgarie ont toutes des lois interdisant le port de vêtements couvrant le visage, appelés burqas, dans les écoles ou les institutions publiques.

Les opposants à de telles lois soutiennent que l’interdiction du hijab, en particulier dans les pays laïcs, est une pente glissante qui pourrait à terme priver les communautés musulmanes d’Europe de leurs droits.

Certains, des deux côtés du débat, prétendent qu’il s’agit d’une question de droits des femmes : tandis que ceux qui s’opposent au hijab et à la burqa affirment qu’ils restreignent le choix d’une femme quant à la manière de s’habiller, d’autres qui s’opposent à cette interdiction estiment que les femmes devraient également avoir le droit de choisir. porter l’un ou l’autre s’ils sentent que cela fait partie de leur identité.

En 2013, le gouvernement conservateur de David Cameron a rejeté les appels à interdire la burqa dans les lieux publics, affirmant que « les femmes devraient avoir la liberté de choisir ce qu’elles veulent porter ».

En Irlande, Leo Varadkar, alors Taoiseach, a également rejeté la possibilité d’une interdiction de la burqa en 2018, déclarant : « Je ne suis pas d’accord avec la doctrine de chaque religion ni nécessairement avec aucune religion, mais je crois en la liberté de religion. »

Plusieurs pays à majorité musulmane ont interdit le port de la burqa et du hijab dans les écoles publiques, les universités ou les bâtiments gouvernementaux, notamment la Tunisie (depuis 1981, partiellement levée en 2011), le Kosovo (depuis 2009), l’Azerbaïdjan (depuis 2010), le Kazakhstan et le Kirghizistan.

Laisser un commentaire

quatre − 4 =