Ore is hauled from the Kennecott

Milos Schmidt

Pourquoi le projet de minerai de fer de Rio Tinto en Guinée démarre après 27 ans

Le projet Simandou de Rio Tinto en Guinée pourrait enfin avancer après 27 ans de retards consécutifs.

Le projet de minerai de fer Simandou de Rio Tinto en Guinée décolle enfin après près de trois décennies de détention du permis, de troubles gouvernementaux et de coups d’État. Le projet devrait comprendre deux mines de minerai de fer, une ligne ferroviaire transguinéenne et un port en eau profonde.

Le géant minier, enregistré au Royaume-Uni, avait obtenu pour la première fois un permis d’exploration guinéen pour les monts Simandou en 1997, mais a dû rapidement freiner lorsque le pays a connu de graves troubles politiques. Cela comprenait quatre présidents, deux coups d’État et trois élections.

Cette tourmente s’est étendue à Rio Tinto lui-même au fil des années, retardant encore davantage le projet, alors que la société a perdu six PDG, s’est engagée dans plusieurs batailles judiciaires et a été accusée de corruption aux États-Unis.

Ce faisant, ils ont également dû renoncer à la moitié du permis d’exploration initial et ont même envisagé d’abandonner complètement le projet, mais n’ont pas réussi à obtenir la vente.

Pourquoi le projet Simandou est-il important ?

Évalué à environ 20 milliards de dollars (18,27 milliards d’euros), le projet Simandou est considéré comme le plus grand projet de minerai de fer au monde, avec environ 2,8 milliards de tonnes de réserves. Rio Tinto envisagera d’extraire environ 1,5 million de tonnes sur environ 26 ans, avec une teneur moyenne d’environ 65,3 % de fer avec un minimum d’impuretés.

Selon le directeur général de Rio Tinto Copper, Bold Baatar, « il n’existe rien d’autre de cette ampleur et de cette taille ».

En raison de sa taille massive et des capacités nécessaires pour en tirer le meilleur parti, le projet est réalisé dans le cadre d’une coentreprise entre le gouvernement guinéen, Rio Tinto et environ sept autres entreprises, dont cinq chinoises.

Le complexe de Simandou devrait disposer de deux mines de minerai de fer. L’un d’entre eux, connu sous le nom de Simfer, sera développé par Rio Tinto et Chinalco, la plus grande entreprise mondiale d’aluminium, ainsi que par plusieurs autres sociétés chinoises.

Rio Tinto conservera 53 % de la participation de Simfer, tandis que Chinalco et son consortium détiendront les 47 % restants.

La deuxième mine de minerai de fer du complexe, baptisée projet WCS, devrait être exploitée par la société chinoise de production d’acier Baowu et le Winning International Group, basé à Singapour, avec son consortium. Dans ce cas, cette dernière détiendra 51 % du capital, tandis que Baowu en détiendra 49 %.

La principale ligne ferroviaire de 552 km reliant les montagnes intérieures du pays à la côte atlantique sera financée par toutes les parties ensemble. En revanche, Rio Tinto et le consortium Chinalco devront payer séparément la facture d’un embranchement de 70 km de voie ferrée reliant leur mine Simfer à la ligne principale.

Prévu pour être fonctionnel d’ici 2025, le complexe de Simandou devrait atteindre une pleine capacité d’environ 60 millions de tonnes chaque année d’ici 2028. Si tel est le cas, cela représenterait environ 5 % du minerai de fer transporté par voie maritime dans le monde.

Laisser un commentaire

5 × trois =