Workers hang on ropes to install a giant Chinese national flag on a skyscraper that is a symbolic gateway leading into the city from the airport, in Belgrade, Serbia

Jean Delaunay

Pourquoi le président chinois se rend-il en Serbie et en Hongrie ?

La visite d’État de Xi Jinping en Serbie a lieu à l’occasion du 25e anniversaire du bombardement de l’ambassade de Chine par l’OTAN en 1999.

Des drapeaux chinois et serbes ont été hissés mardi partout à Belgrade pour l’arrivée du président chinois Xi Jinping.

Après une escale à Paris, la visite d’État de Xi en Serbie coïncide avec le 25e anniversaire de l’attentat à la bombe de 1999 contre l’ambassade de Chine à Belgrade, qui a été touchée par une frappe de l’armée de l’air américaine lors de la campagne de l’OTAN au Kosovo en 1999.

L’attentat à la bombe a finalement été reconnu par Washington comme une erreur, mais il reste un point sensible dans les relations sino-américaines.

Un drapeau chinois est placé près de fleurs sur un monument sur le site d'une ancienne ambassade de Chine à Belgrade, en Serbie, le samedi 4 mai 2024.
Un drapeau chinois est placé près de fleurs sur un monument sur le site d’une ancienne ambassade de Chine à Belgrade, en Serbie, le samedi 4 mai 2024.

« Dans une certaine mesure, la mémoire (des bombardements) est entretenue artificiellement, de sorte qu’elle puisse être sollicitée chaque fois que cela est jugé nécessaire, pour exercer une pression quand ils en ont besoin », explique Sven Biscop, professeur de politique étrangère européenne et de politique étrangère. Sécurité à l’Université de Gand.

Mais la visite représente bien plus qu’un souvenir historique. Ces dernières années, Pékin a investi massivement en Serbie ; Le capital chinois possède des usines et des mines, construit des routes et finance la construction d’une ligne ferroviaire entre Belgrade et Budapest. Les locomotives chinoises remplaceront bientôt les anciens trains de l’ère socialiste qui y circulent actuellement.

Alors qu’elle continue d’investir en Serbie, la Chine est largement accusée de provoquer la pollution et la dégradation de l’environnement.

« Dans des pays comme la Serbie, l’écologie passe au second plan après l’économie », explique Mijat Lakićević, analyste économique au magazine économique serbe Novi Magazin.

Pendant ce temps, une usine de pneus chinoise est également accusée de trafic d’êtres humains et d’exploitation de travailleurs vietnamiens et indiens.

Panneau d'affichage montrant le président chinois en train de lire :
Un panneau d’affichage montrant le président chinois disant : « Bienvenue au président » et un panneau d’affichage indiquant : « Personne n’a été blessé pendant mon quart de travail aujourd’hui », devant l’aciérie Zelezara Smederevo, en Serbie.

La porte d’entrée de Pékin vers l’Europe

La prochaine étape de Xi sera la Hongrie, dont le gouvernement entretient des liens étroits avec Pékin et Moscou, où il se rendra du 8 au 10 mai.

La Hongrie est le premier membre de l’Union européenne à rejoindre le programme chinois de développement de la Ceinture et de la Route et est considérée par beaucoup en Europe et en Chine comme la porte d’entrée de Pékin vers le continent européen.

« Pour les Chinois, il est désormais très important de délocaliser au moins une partie de leur usine de production de Chine vers l’Europe pour rester et produire dans les limites de l’Union européenne », estime Tamas Matura, analyste et fondateur du Centre d’études asiatiques de Chine centrale. et l’Europe de l’Est, « probablement à cause du niveau croissant de protectionnisme en Europe ».

La construction d'une usine de batteries pour véhicules électriques construite par la société chinoise Contemporary Amperex Technology Co. Limited (CATL) à Debrecen, en Hongrie, est en cours.
La construction d’une usine de batteries pour véhicules électriques construite par la société chinoise Contemporary Amperex Technology Co. Limited (CATL) à Debrecen, en Hongrie, est en cours.

D’un autre côté, Bruxelles plaide en faveur de mesures protectionnistes pour limiter les ambitions économiques de la Chine en Europe.

La Commission européenne a ouvert des enquêtes sur les subventions chinoises aux véhicules électriques et aux panneaux solaires, les accusant de fausser la concurrence.

Laisser un commentaire

un × 5 =