kosovo

Jean Delaunay

Pourquoi le feu vert à l’adhésion du Kosovo au Conseil de l’Europe risque d’être retardé

Le Comité des Ministres du Conseil de l’Europe ne prendra pas de décision sur l’adhésion du Kosovo à la mi-mai, selon son ordre du jour. Entre-temps, il a été demandé à Pristina de régler la question constitutionnelle liée à la Communauté des municipalités serbes.

L’admission du Kosovo au Conseil de l’Europe (CoE) n’est pas à l’ordre du jour de la réunion de son Comité des ministres, qui doit se tenir les 16 et 17 mai. Cela entraînera probablement des retards dans l’admission de Pristina au sein de l’organisme paneuropéen des droits de l’homme.

Dans le même temps, le Premier ministre du Kosovo, Albin Kurti, a déclaré que la procédure visant à créer un nouvel organe administratif pour les régions où les Serbes de souche sont majoritaires était apparue comme une « condition préalable inacceptable » à l’adhésion du Kosovo en tant que 48e État membre du Conseil de l’Europe.

La décision de Kurti de rejeter la condition préalable a mécontenté la France, l’Allemagne et l’Italie, qui ont demandé au Conseil de l’Europe de reporter la décision finale sur la candidature du Kosovo, ont indiqué des sources diplomatiques.

Kurti a répondu en déclarant que le Kosovo remplissait tous les critères d’adhésion, qui ont été approuvés par la commission des affaires politiques de l’organisme et par un vote lors de son assemblée parlementaire, l’APCE, plus tôt en avril.

« Sortir l’association du paquet, la mettre au centre de gravité en tant que priorité d’urgence n’est pas possible », a déclaré Kurti lors d’une réunion du gouvernement mercredi.

Le Comité des Ministres est le prochain à décider de l’adhésion du Kosovo après le feu vert de l’APCE.

Le gouvernement du Kosovo devait exiger que la Cour constitutionnelle révise le statut de la Communauté des municipalités serbes de ce petit pays des Balkans d’environ 2 millions d’habitants.

Des drapeaux nationaux serbes décorent la place principale de Mitrovica Nord, le 9 décembre 2022
Des drapeaux nationaux serbes décorent la place principale de Mitrovica Nord, le 9 décembre 2022

La création d’un organe administratif dans les régions à majorité serbe, principalement dans le nord du pays, est la condition la plus importante posée par la France, l’Allemagne, l’Italie et d’autres pays de l’UE pour que le Kosovo progresse sur la voie de son adhésion à l’UE, selon le Parlement de Bruxelles de 2013. Accord entre Belgrade et Pristina.

En 2015, la Cour constitutionnelle du Kosovo a déclaré que la Communauté des municipalités serbes ne pouvait détenir le pouvoir exécutif, jugeant inconstitutionnelle toute autonomie au-delà du niveau administratif municipal.

Le gouvernement de Kurti craint que, si son autorité n’est pas limitée, la Communauté des municipalités serbes ne devienne à long terme un territoire serbe indépendant de facto le long de la frontière avec la Serbie.

Kurti a déclaré à plusieurs reprises qu’une telle solution pourrait créer de facto une Republika Srpska au Kosovo, établissant des parallèles avec l’entité de plus en plus séparatiste à majorité serbe en Bosnie-Herzégovine.

Des décennies d’accords européens n’ont abouti à aucune solution – pour l’instant

Bruxelles a demandé au gouvernement Kurti d’engager la procédure visant à demander à la Cour constitutionnelle du Kosovo de réviser sa position antérieure sur la constitutionnalité de la Communauté des municipalités serbes.

L’UE et les États-Unis sont de plus en plus préoccupés par la montée des tensions dans les Balkans occidentaux, notamment entre la Serbie et le Kosovo.

Aux yeux de l’OTAN, le risque d’une reprise du conflit après l’effusion de sang des années 1990 s’est accru en raison de la guerre en Ukraine.

Le président serbe Aleksandar Vucic et le Premier ministre du Kosovo Albin Kurti photographiés lors de la réunion des dirigeants des Balkans occidentaux à Skopje, janvier 2024.
Le président serbe Aleksandar Vucic et le Premier ministre du Kosovo Albin Kurti photographiés lors de la réunion des dirigeants des Balkans occidentaux à Skopje, janvier 2024.

Belgrade considère l’adhésion de Pristina au Conseil de l’Europe comme un revers dans sa politique de non-reconnaissance du Kosovo, son ancienne province.

Bruxelles a exigé que la Serbie ne fasse pas obstacle à l’adhésion du Kosovo aux organisations internationales telles que le Conseil de l’Europe, l’ONU et Interpol. Belgrade a formellement accepté la demande de Bruxelles en signant ce qu’on appelle l’accord d’Ohrid en 2023, qui est devenu une condition préalable à l’adhésion de la Serbie à l’UE dans le cadre de l’un de ses chapitres d’adhésion.

Jusqu’à présent, aucune des deux parties n’a pleinement respecté les accords négociés par l’UE.

Laisser un commentaire

2 × 3 =