Pour les Juifs qui votent en Europe, il n’y a pas de bons choix

Martin Goujon

Pour les Juifs qui votent en Europe, il n’y a pas de bons choix

Pinchas Goldschmidt est président de la Conférence des rabbins européens.

En tant que citoyen suisse, je ne voterai pas aux prochaines élections au Parlement européen. Mais dans une certaine mesure, à l’heure actuelle, être un Européen originaire d’un pays tiers, et donc ne pas participer, est un soulagement.

En effet, en tant que juif et rabbin, comme beaucoup de mes coreligionnaires, je suis confronté à un dilemme croissant concernant mes allégeances politiques : dans toute l’Europe, les partis traditionnels et de gauche qui ont traditionnellement été de fervents partisans de la démocratie et des droits des minorités sont devenus plus critiques. d’Israël et plus sympathique à l’antisémitisme croissant du continent. Pendant ce temps, les partis de droite, y compris certains d’extrême droite qui ont historiquement épousé l’antisémitisme, soutiennent désormais davantage Israël et adoptent une position ferme contre l’extrémisme islamique – même si cette position est souvent imprégnée de racisme et de xénophobie.

En tant que Juifs européens, nous sommes réellement confrontés à une énigme.

Cela n’est pas sans rappeler la façon dont les Juifs américains restent déchirés entre le président Joe Biden – dont le parti démocrate s’est longtemps rallié aux minorités et à l’égalité mais tolère désormais les manifestants sur les campus appelant à la fin d’Israël – et Donald Trump, qui épouse la rhétorique antidémocratique mais dénonce ouvertement le Hamas. pour son terrorisme et promeut la répression des manifestations sur les campus.

En Europe, cependant, ce dilemme n’est pas quelque chose que nous pouvons ignorer. Cela montre une fois de plus à quel point notre avenir est en jeu et à quel point notre place en Europe est de plus en plus précaire.

Au cours des cinq dernières décennies, la population juive d’Europe a diminué d’environ 60 pour cent, et cette diminution est susceptible de se poursuivre encore davantage. Les Juifs constituent une très petite minorité de la population du continent et ont tendance à être concentrés dans certaines villes. À tel point que dans un récent sondage, 59 pour cent des Polonais et 41 pour cent des Allemands ont révélé qu’ils n’avaient jamais rencontré personnellement de Juif.

L’antisémitisme a également explosé, les incidents se multipliant depuis que le Hamas a lancé ses attaques contre Israël le 7 octobre – et ce malgré l’adoption en 2021 d’une stratégie à l’échelle de l’UE pour lutter contre l’antisémitisme.

Dans le contexte actuel, les coûts de sécurité pour les communautés juives sont désormais astronomiques, les synagogues, écoles et autres institutions dépendant de plus en plus des contributions du gouvernement pour couvrir ces dépenses. Par exemple, le gouvernement suisse a récemment annoncé qu’il doublerait son financement pour sécuriser les communautés religieuses, et 32 ​​des 34 communautés et institutions éligibles à un tel soutien gouvernemental sont juives.

Au milieu de ces changements, il y a également eu un changement dans les tendances politiques de ces communautés. Les Juifs de toute l’Europe soutiennent traditionnellement les partis traditionnels ou de gauche, évitant ceux d’extrême droite en raison de leurs liens avec l’antisémitisme historique. Mais au cours de la dernière décennie, nombre de ces partis d’extrême droite ont commencé à s’efforcer de dénoncer ces liens, capitalisant également sur un intérêt partagé perçu dans la lutte contre le terrorisme islamique pour gagner des faveurs auprès des électeurs juifs.

Dès 2018, certains Juifs d’Allemagne avaient déjà fondé une section d’Alternative pour l’Allemagne (AfD), un parti d’extrême droite comprenant des membres ayant des antécédents d’antisémitisme et soutenant Hitler. En France, la politicienne de l’opposition Marine Le Pen a pris ses distances avec la banalisation ouverte de l’Holocauste de son père. Et de nombreux Juifs aux Pays-Bas ont été soulagés lorsque l’extrême droite Geert Wilders et son Parti pour la liberté ont remporté les élections nationales de décembre, le considérant comme déterminé à réprimer l’antisémitisme émanant des musulmans locaux.

Les dirigeants de bon nombre de ces partis ont également noué des relations plus étroites avec Israël. Wilders a parlé de son temps passé comme bénévole dans un kibboutz, et le Premier ministre d’extrême droite hongrois, Viktor Orbán, est un fervent partisan d’Israël et de son Premier ministre Benjamin Netantyahu, votant contre un appel de l’ONU à mettre en œuvre un cessez-le-feu à Gaza.

De nombreux Juifs européens considèrent qu’un Israël fort, soutenu par des alliés en Europe et ailleurs, est essentiel pour garantir la sécurité des Juifs dans le monde. Mais faire confiance à de tels partis et hommes politiques n’est pas facile – et des signes de retour de flamme se manifestent déjà : récemment, le principal candidat de l’AfD aux élections européennes a proclamé que les agents SS nazis ne devraient pas automatiquement être considérés comme des criminels. Et Björn Höcke, un autre membre bien connu de l’AfD, a été condamné à une amende pour avoir utilisé le slogan associé aux nazis « Tout pour l’Allemagne ».

Björn Höcke, un autre membre bien connu de l’AfD, a été condamné à une amende pour avoir utilisé le slogan associé aux nazis « Tout pour l’Allemagne ». | Photo de piscine par Filip Singer via Getty Images

Le fait que la coalition des partis d’extrême droite au Parlement ait récemment expulsé l’AfD pour de tels incidents et que le gouvernement allemand ait poursuivi Höcke en justice sont des signes positifs qu’une telle rhétorique n’est plus acceptable. Mais comment pouvons-nous être sûrs qu’ils ne se retourneront pas contre nous ?

Et si, en tant que Juifs, certains d’entre nous votent pour des partis d’extrême droite, donnons-nous essentiellement un cachet casher à leur antisémitisme passé ou futur ?

De plus, malgré ce que les électeurs juifs – une infime minorité – décident réellement lorsqu’ils votent cette semaine, il semble que l’extrême droite soit sur le point de devenir plus dominante au Parlement. Les analystes prédisent qu’ils pourraient obtenir près de 30 pour cent de toutes les voix dans l’ensemble des 27 pays. Peut-on vraiment vivre avec ça ?

Qu’est-ce que cela signifie pour nous, en tant que minorité religieuse et culturelle longtemps persécutée, de s’appuyer sur des politiciens ouvertement racistes et xénophobes à l’égard des musulmans et de vouloir de plus en plus troquer l’unité de l’UE contre un isolationnisme national ? Après tout, l’Europe se définit mieux comme un ensemble de minorités, d’ethnies et de nationalités différentes, et cela a contribué – au cours des dernières décennies au moins – à garantir que les Juifs fassent partie de ceux qui ont leur place ici.

N’oublions pas non plus l’incertitude entourant la position de la droite radicale à l’égard de la Russie – un autre sujet d’actualité pour les Juifs, alors que le président russe Vladimir Poutine continue de forger des alliances plus étroites avec l’Iran et les entités terroristes menaçant Israël. Est-ce qu’un plus grand nombre de membres de ce groupe suivront l’exemple de Le Pen et de la Première ministre italienne d’extrême droite Giorgia Meloni et commenceront à soutenir l’Ukraine ? Ou bien verrons-nous davantage d’entre eux suivre le chemin d’Orbán et apparemment accepter l’agression de la Russie ?

De plus, à mesure que la droite européenne s’est orientée davantage vers l’extrême droite, le vecteur de la gauche européenne a également changé, une partie de ce spectre politique s’orientant vers des idéaux chaotiques à la manière de Trotsky, appelant à un état de révolution constant plutôt qu’à une démocratie stable. Un autre fait inquiétant pour les Juifs est le fait qu’un trop grand nombre de partis et d’hommes politiques de gauche en Europe restent silencieux sur l’antisémitisme et l’extrémisme islamique croissant, et cherchent à affaiblir et à isoler Israël.

Ainsi, en tant que Juifs, nous pensons que nous ne pouvons plus compter sur la prétendue incarnation dominante des idéaux de la démocratie européenne pour soutenir notre sécurité ou notre destin. Il y a sans aucun doute beaucoup d’incertitude. Cependant, une chose est claire : nous craignons pour l’avenir de l’Europe et pour la place que nous y occupons en tant que minorité, peu importe la façon dont nous votons et quel que soit le vainqueur.

Laisser un commentaire

treize + onze =