Vienna

Milos Schmidt

Politique de l’UE. Vienne est-elle prête à sortir de l’impasse concernant la loi sur la restauration de la nature ?

Deux des neuf Länder autrichiens ont rompu les rangs, mettant potentiellement fin à un consensus qui empêchait le gouvernement fédéral de voter en faveur de la loi européenne sur la restauration de la nature.

Une division au sein du gouvernement fédéral autrichien et une opposition en ruine dans certaines régions signifient que le veto du pays à la législation européenne conçue pour inverser des décennies de dégradation des écosystèmes dans l’Union est désormais remis en question.

L’Autriche fait partie d’un groupe de pays qui ont déclaré qu’ils ne soutiendraient pas le projet de loi sur la restauration de la nature (LNR) lors d’un vote intergouvernemental, malgré un accord préalable entre le Conseil de l’UE et le Parlement européen sur la législation environnementale clé.

La ministre de l’Environnement, Leonore Gewessler, une Verte et fervente partisane de la loi, a été contrainte par l’opposition des neuf Länder autrichiens. Mais ces derniers jours, la Carinthie et Vienne ont toutes deux manifesté leur soutien à la législation sur la restauration de la nature, sous réserve de certaines assurances du gouvernement.

Le parti hongrois Fidesz ayant renoncé à son précédent soutien au Parlement européen, il n’y avait plus la majorité qualifiée des États membres nécessaire pour ce qui aurait dû être un accord final après un accord provisoire entre les députés européens et les délégués gouvernementaux.

Mais cela signifie également qu’un revirement dans l’autre sens de la part d’un seul pays appartenant à la minorité de blocage – qui comprend la Finlande, l’Italie, les Pays-Bas, la Pologne et la Suède – signifierait que la loi pourrait être adoptée.

Le maire et gouverneur de l’État Michael Ludwig a déclaré mercredi 22 mai qu’il était « très clair » pour lui que Vienne soutenait la loi et a écrit aux huit autres régions en affirmant que leurs « inquiétudes légitimes concernant (la réglementation) ont été largement apaisées ». par le compromis trouvé avec un Parlement européen tout aussi sceptique, adopté depuis lors d’un vote en plénière.

Dans une déclaration envoyée par courrier électronique, Gewessler a déclaré qu’il était « préjudiciable et erroné » que les régions autrichiennes aient agi de concert pour bloquer la législation. Les choses « avancent » désormais, a-t-elle déclaré, et a appelé la Carinthie ainsi que Vienne à afficher ses couleurs sur le mât.

« Si les Länder abandonnent leur position uniforme, tout le monde peut compter sur une chose : je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour que l’Autriche accepte le droit européen sur la protection de la nature », a déclaré Gewessler.

Une source au sein de l’actuelle présidence belge du Conseil de l’UE a déclaré à L’Observatoire de l’Europe que la loi sur la nature serait remise à l’ordre du jour dès qu’il serait clair qu’elle bénéficierait d’un soutien à la majorité qualifiée, ce qui impliquerait un vote final lors d’un sommet des ministres de l’Environnement prévu 27 juin – quelques jours seulement avant que la Belgique ne cède les rênes à la Hongrie.

Gewessler se heurte cependant à l’opposition du chancelier autrichien Karl Nehammer, du Parti populaire conservateur, qui a réitéré jeudi (23 mai) son opposition à une loi qu’il a qualifiée d’emblématique d’une « manie de surréglementation » de Bruxelles, selon les autorités locales. articles de presse.

Le WWF Autriche a rejeté les remarques de Nehammer comme étant « trompeuses et fausses » et a déclaré que son rejet de la loi manquait de toute base scientifique. Mais le porte-parole principal de l’ONG, Leonhard Steinmann, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe que « d’un point de vue strictement juridique », il n’était « pas encore suffisamment clair » ce que signifiait le revirement de Vienne et de la Carinthie pour le soutien de l’Autriche au niveau européen.

« La nature est notre meilleure alliée contre la crise du climat et de la biodiversité », a déclaré le WWF Autriche. « C’est pourquoi nous avons désormais besoin d’une alliance politique de toutes les forces constructives afin que l’Autriche puisse voter en faveur de la loi au niveau européen. »

L’organisation faîtière environnementale basée à Vienne, Umweltdachverband (UWD), s’est montrée plus optimiste, affirmant dans un échange de courriels qu’il était peu probable que les deux régions fassent marche arrière avec la direction de leur parti social-démocrate (SPÖ), même en obtenant le soutien des électeurs verts.

« Cela ouvre la voie à Gewessler pour qu’elle accepte la loi, et elle le fera si elle ne risque plus d’être qualifiée de ‘contrevenante’ et poursuivie avec le consentement des deux États », a déclaré Tina Leonhard, attachée de presse de l’UWD.

La loi LNR exigerait que les États membres veillent collectivement à ce que l’environnement naturel d’au moins 20 % des terres et des mers de l’UE soit soumis à des mesures de restauration d’ici 2030, et fixe des objectifs concrets d’action sur certains types d’écosystèmes, comme la réhumidification des tourbières asséchées. .

Les groupes verts autrichiens ont exhorté les dirigeants régionaux à mettre fin à leur opposition à la loi, tandis qu’un récent sondage commandé par des ONG suggère que la législation en faveur de la restauration de la nature est soutenue par environ les trois quarts de l’opinion publique dans les pays qui la bloquent.

Laisser un commentaire

huit + quatre =