AP / Czarek Sokolowski

Milos Schmidt

Politique de l’UE. Une militarisation rapide met le climat en péril, affirment les ONG

L’impact des émissions de carbone liées aux conflits doit être pris en compte et davantage de données sur les opérations militaires sont nécessaires, selon les ONG et les législateurs.

La militarisation croissante et les dépenses de défense nuisent aux efforts de lutte contre le changement climatique, ont affirmé des ONG lors d’un événement à Bruxelles cette semaine.

Le Réseau européen contre le commerce des armes (ENAAT) et le Transnational Institute (TNI) ont organisé l’événement à la suite des chiffres de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI) montrant l’augmentation des dépenses militaires, afin d’examiner l’impact des marchés publics militaires européens sur le changement climatique.

Nick Buxton, coordinateur du centre de connaissances chez TNI, a cité des estimations de 2022 réalisées par des scientifiques qui ont estimé que l’empreinte carbone militaire totale représentait environ 5,5 % des émissions mondiales.

« Les dépenses militaires vont aux chars, aux avions F-35, la Belgique et l’Allemagne faisant la queue pour les acheter… Chaque fois que nous constatons cette augmentation des chiffres, il y a une énorme augmentation des émissions de carbone », a déclaré Buxton.

Buxton a déclaré que l’UE alimentait les émissions climatiques à travers la militarisation, citant les opérations navales de l’UE dans la mer Rouge et la défense des frontières du bloc pour arrêter la migration.

« Nous devons exposer au public européen comment la politique militarise chaque crise plutôt que de les résoudre », a ajouté Buxton.

Laëtitia Sédou, chargée de projet à l’ENAAT, a déclaré que les dépenses militaires de l’UE ont augmenté depuis 2021, passant de 3,32 milliards d’euros à 7,67 milliards d’euros en 2023.

Depuis 2017, il y a eu un « changement de paradigme », a-t-elle déclaré, faisant référence au moment où le budget de l’UE a commencé à financer l’industrie de l’armement via le Fonds européen de défense, l’Action de soutien à la production de munitions (ASAP) et le renforcement de l’industrie européenne de la défense par le biais d’une loi commune sur les marchés publics. (EDIRPA) ou le Programme européen de l’industrie de défense (EDIP).

La députée Clare Daly (Irlande/La Gauche) a déclaré que rien n’était plus anathème à l’action climatique que la militarisation.

« Au lieu de chercher à construire la paix et à renforcer la bonne volonté, l’UE détourne désormais les fonds destinés à l’action climatique et les canalise vers l’armement et la militarisation, un choix qui ne fait qu’intensifier les tensions et rendre la guerre plus probable », a déclaré Daly à L’Observatoire de l’Europe.

L’eurodéputé Mick Wallace (Irlande/La Gauche) a regretté que les émissions militaires n’aient pas été ajoutées au bilan mondial lors de la COP28 à Dubaï, soulignant les « nombreuses lacunes » dans la déclaration de ces émissions.

« Des données fiables sur les émissions militaires sont plus cruciales que jamais à une époque où les dépenses militaires augmentent en Europe, et même dans le monde, à un rythme effrayant », a déclaré Wallace à L’Observatoire de l’Europe.

Ionela Maria Ciolan, chargée de recherche sur la sécurité et la défense au Centre d’études européennes Wilfried Martens, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe que les investissements dans l’industrie de défense et la production d’armes « ne devraient pas être entravés » par des considérations liées au changement climatique.

Ciolan a toutefois suggéré que l’UE pourrait investir davantage dans l’écologisation de ses armées et la réduction de l’empreinte environnementale de ses forces armées grâce à la recherche et au développement de technologies et de carburants militaires à faible émission de carbone.

Laisser un commentaire

5 + douze =