An olive tree plagued by Xylella pathogen is cut down in Oria, near Brindisi, southern Italy.

Milos Schmidt

Politique de l’UE. Un groupe d’experts du Bloc pour empêcher les ravageurs des plantes de traverser les frontières

Les législateurs qui révisent le cadre européen en matière de protection des végétaux conviennent de créer une équipe d’urgence pour lutter contre l’importation d’organismes nuisibles étrangers.

Les députés européens et le Conseil de l’UE ont conclu un accord en début de semaine sur la révision de règles hautement techniques destinées à empêcher l’introduction de nouveaux organismes nuisibles aux plantes en Europe et à freiner la propagation de ceux qui sont déjà arrivés.

Les ravageurs non indigènes ont frappé les agriculteurs européens au cours des dernières décennies, comme celui qui tue les oliviers. Xylella fastidiosaqui a accidentellement pénétré l’Europe dans les années 2000, provenant d’un plant de café.

L’incapacité à éradiquer l’infection causée par le Xylelle Selon une étude récente, le coût de l’agent pathogène devrait dépasser 20 milliards d’euros au cours des 50 prochaines années.

Le faux carpocapse originaire d’Afrique subsaharienne s’est récemment propagé aux cultures d’agrumes d’Espagne, tandis que le longicorne asiatique persiste en France, en Allemagne et en Italie.

Lors des discussions du 5 mars, les législateurs ont convenu de créer une équipe d’urgence phytosanitaire de l’Union qui n’était pas initialement incluse dans la proposition législative de la commission présentée en octobre dernier.

« Sa tâche sera d’aider les États membres, à leur demande, en cas d’infestation dépassant leurs moyens de contrôle et d’éradication », a déclaré la négociatrice du Parlement européen Clara Aguilera (Espagne/S&D) à L’Observatoire de l’Europe après l’accord.

Ce groupe de travail s’inspire d’un groupe déjà utilisé pour la santé animale, qui a déjà fourni une aide urgente aux pays de l’UE dans le passé.

L’équipe d’urgence pourrait également aider les pays tiers, à leur demande, à protéger le territoire de l’UE contre d’éventuelles épidémies provenant des pays limitrophes.

Les membres de l’équipe seront nommés par la commission sur proposition des États membres ou des pays tiers concernés.

Les nouvelles règles simplifieront également les obligations de déclaration grâce à la transmission numérique des notifications, à la suite d’une récente pression de la chef de la Commission, Ursula von der Leyen, visant à réduire les formalités administratives pour les agriculteurs.

« Cela réduira à son tour la charge administrative pour les opérateurs et les autorités nationales », a déclaré l’autre négociateur sur le dossier, le ministre belge de l’Agriculture, David Clarinval.

L’accord politique doit maintenant être formellement approuvé par la plénière du Parlement et par les ministres de l’Agriculture de l’UE dans les semaines à venir, à temps pour la fin de la législature.

Abonnez-vous ici pour rester informé des derniers développements politiques de l’UE grâce à notre newsletter hebdomadaire, « The Policy Briefing ». Votre aperçu hebdomadaire de la réglementation européenne, des questions politiques, des événements clés et des tendances des données.

Laisser un commentaire

vingt − 16 =