The new rules are meant to govern the transmission and sharing of sensitive health data across the bloc.

Jean Delaunay

Politique de l’UE. Un accord historique sur l’espace des données de santé conclu à la onzième heure

Les législateurs européens se sont mis d’accord sur un projet de loi pionnier facilitant l’échange et l’accès aux données personnelles de santé dans toute l’UE – avec certaines garanties de confidentialité sur le partage de données avec des tiers non médicaux.

L’accord politique, conclu ce matin (15 mars) à la dernière minute de la présidence belge de l’UE, fait suite à un échec dramatique des négociations la semaine dernière.

Les règles – désormais provisoirement convenues par les députés européens et les ministres de l’UE – sont censées régir la transmission et le partage de données de santé sensibles à travers le bloc pour les particuliers, les chercheurs et les décideurs politiques.

« Après des mois de travail acharné et de dévouement, nous avons conclu un accord qui soutiendra fortement les soins aux patients et la recherche scientifique dans l’UE », a déclaré le ministre belge de la Santé, Frank Vandenbroucke, qui s’est engagé à faire tout son possible pour conclure un accord dans une interview avec L’Observatoire de l’Europe. cette année.

Cette avancée décisive s’est produite alors que les négociateurs du Parlement ont partiellement cédé sur leur position sur la réutilisation des données de santé pour un « usage secondaire », selon des sources présentes à la réunion à huis clos.

Cette utilisation secondaire consiste à utiliser les données enregistrées pour être utilisées par les services de santé par des tiers à d’autres fins.

Le Conseil de l’UE et le Parlement ont convenu d’accorder aux patients le droit de retirer à tout moment leur consentement au traitement de leurs données électroniques par des tiers, une clause non prévue dans la proposition législative initiale présentée par la commission en 2022.

Toutefois, les États membres seront autorisés à mettre en place un système permettant de contourner l’opt-out sous certaines conditions, comme l’a demandé le Conseil de l’UE mais à l’encontre du Parlement.

Malgré sa défaite sur ce point, l’accord dans son ensemble « donne aux patients un véritable contrôle et un véritable choix sur leurs données électroniques de santé, le tout soutenu par de solides garanties de confiance et de sécurité », a affirmé l’eurodéputée Sara Cerdas (Portugal/S&D).

L’exécutif européen a salué l’accord, la commissaire à la santé, Stella Kyriakides, affirmant que libérer le potentiel des données de santé « est un moment révolutionnaire pour la santé en Europe et pour les soins que reçoivent nos citoyens ».

Les députés ont dû céder

Deux sources parlementaires ont déclaré à L’Observatoire de l’Europe que le Parlement avait succombé à la volonté du Conseil sur d’autres questions de faire aboutir l’accord.

« Je suis heureux que la raison ait prévalu », a déclaré l’eurodéputé Tomislav Sokol (Croatie/PPE), négociateur en chef du Parlement.

Comme prochaines étapes, les ministres de l’UE et les députés européens doivent confirmer formellement l’accord provisoire. Même si aucune question ne devrait être soulevée au Conseil de l’UE, l’approbation du Parlement en plénière pourrait être plus délicate dans la mesure où les députés européens se sont partiellement éloignés de leur mandat.

« Ce furent des négociations difficiles. Le Parlement a dû faire de nombreuses concessions, car les États membres se sont montrés intransigeants quant à toute modification de leur système de santé », a déclaré le négociateur du Parlement Petar Vitanov (Bulgarie/S&D).

Le Parlement a réussi à assurer le contrôle personnel sur les données de santé, a-t-il affirmé, tout en garantissant la possibilité que les données soient mises à la disposition de tiers, dans des conditions strictes, à des fins d’intérêt public important.

« Même si tous les aspects ne nous satisfont pas entièrement, nous pensons que cet accord constitue un pas en avant positif », a déclaré un autre négociateur du Parlement à L’Observatoire de l’Europe.

« Les patients et les citoyens attendent un espace européen des données de santé, mais pas à n’importe quel prix », a déclaré la députée luxembourgeoise Tilly Metz, rapporteur fictif sur le dossier pour les Verts, ajoutant qu’il est crucial de garantir qu’un juste équilibre soit trouvé entre des soins de santé optimaux. et la recherche et le droit de contrôler les données personnelles sensibles.

Les députés doivent évaluer l’accord en détail dans ce contexte, a-t-elle déclaré, ajoutant : « Qualifier cela d’avancée est peut-être prématuré, mais mes espoirs pour l’EHDS restent élevés. »

Laisser un commentaire

5 × 4 =