Bas Eickhout, lead candidate for the European Greens, and Valerie Hayer, of the presidential Renew party, at an election event.

Jean Delaunay

Politique de l’UE. Qu’est-ce qui n’a pas fonctionné pour les Verts et les Libéraux, perdants aux élections européennes ?

La fragmentation politique, l’extrême droite, les réponses nationales au logement, l’inflation, la guerre en Ukraine et les efforts requis par le Green Deal européen pourraient jouer un rôle dans les pertes douloureuses subies par le groupe libéral Renew et les Verts à la suite des élections européennes organisées entre 6-9 juin.

L’avenir des politiques environnementales pourrait être menacé dans la mesure où les Verts et les libéraux sont sortis grands perdants des élections au Parlement européen, ayant perdu respectivement 18 et 23 sièges, selon les résultats les plus récents aujourd’hui (10 juin), par rapport aux élections tenues en 2019.

La Belgique, la France, l’Allemagne et l’Italie font partie des pays clés où les libéraux et les Verts ont subi les plus lourdes défaites, souvent au profit de l’extrême droite, notamment à Paris et à Berlin. Le manque d’accès à un logement décent et les taux d’inflation élevés, ainsi que les réponses nationales à la guerre en Ukraine, ont peut-être également joué un rôle dans la montée et le déclin de l’extrême droite des Verts et des libéraux.

Alors que les résultats définitifs pour certains pays de l’UE doivent encore être annoncés, les dernières projections révèlent une nette perte de sièges pour les Verts/Alliance libre européenne (ALE) et les libéraux de Renew Europe siégeant à Bruxelles et à Strasbourg. Cependant, les libéraux envisagent une opportunité de forger une coalition avec le Parti populaire européen (PPE) centriste – qui a consolidé sa position de parti le plus fort en remportant des sièges pour la première fois depuis les élections de 2009 – et les Socialistes (S&D), qui ont globalement conservé leur position, perdant cinq sièges.

Suite aux premiers résultats de la soirée électorale, Philippe Lamberts, coprésident des Verts/ALE, a déclaré aux journalistes que les Verts étaient la seule force politique à militer en faveur de la protection de l’environnement de la planète, « contre les vents forts et contraires de l’opinion publique d’extrême droite ». et d’autres aussi » – en référence aux votes enregistrés au Parlement avant les élections, au cours desquelles le PPE et les libéraux ont bloqué des dossiers climatiques clés.

« Vous pourriez bien avoir une majorité entre vous trois », a prévenu Lamberts aux dirigeants du PPE, du S&D et de Renew Europe, ajoutant : « Mais si vous recherchez la stabilité et des politiques responsables au cours des cinq prochaines années, embrassant les différentes saveurs de l’extrême droite, cela ne peut pas être une option pour vous.»

Mais les libéraux semblent déjà faire des ouvertures aux partis du centre. Commentant le résultat des élections lors d’un événement aujourd’hui, Didrik de Schaetzen, secrétaire général de l’Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe (ALDE), a exhorté les groupes PPE et S&D à « travailler ensemble dans un esprit de compromis ».

« Numériquement, il semble que nous trois (PPE, Renew Europe et S&D) pourrions avoir une large majorité, ce qui compte c’est le compromis qui résultera des discussions », a déclaré De Schaetzen.

De Schaetzen a repris le désir de non-coopération avec l’extrême droite au niveau européen, malgré les progrès significatifs réalisés par ses partis, et le maintien d’un soi-disant « cordon sanitaire » pour empêcher des partis tels que le Rassemblent National de participer aux commissions parlementaires.

Son homologue, Benedetta De Marte, secrétaire générale du Parti Vert européen (EGP), a reconnu « certains problèmes qui ne sont pas mineurs » entre les libéraux et les Verts au niveau national et a imputé la montée de l’extrême droite à la fragmentation politique.

« Ces ambiguïtés permettent à l’extrême droite d’arriver là où elle est », a déclaré aujourd’hui De Marte lors de l’événement.

Interrogé, De Marte a rejeté l’idée selon laquelle les Verts seraient perçus comme un partenaire peu fiable en raison de leur résistance à la politique agricole commune (PAC) ou de leur plaidoyer très ferme en faveur du Green Deal européen, le programme phare de l’UE visant à atteindre la neutralité carbone en 2050, affirmant que le groupe avait été « fiable et constructif » et que l’objectif du parti était de « changer les choses et pas seulement de tenir des positions ».

Le secrétaire général des Verts a déclaré que le parti avait reconnu qu’il « n’allait pas répéter le succès de 2019 », ajoutant qu’il y avait une « dynamique (vers l’action climatique) dans la société que nous ne voyons malheureusement plus ».

Malgré la défaite massive en France, la candidate libérale française Valérie Hayer a déclaré que le résultat des élections a révélé qu’« aucune majorité pro-européenne au Parlement n’est possible sans les libéraux ».

« Nous (Renew Europe) avons fièrement l’intention d’être aux commandes de la prochaine coalition pro-européenne au cours des cinq prochaines années. Le rôle central de notre groupe s’accompagnera de la responsabilité de s’assurer que nos conditions et nos ambitions correspondent », a écrit Hayer sur X.

Le député Daniel Freund (Allemagne/Verts), réélu pour un nouveau mandat, a lié les faibles résultats des Verts aux évolutions au niveau national, comme le logement et l’inflation.

« Les Verts en Allemagne ont perdu beaucoup face aux électeurs plus jeunes. C’est alarmant. Notre campagne n’a pas été en mesure de s’adresser à ces électeurs, de leur montrer l’urgence de notre politique climatique », a déclaré Freund à L’Observatoire de l’Europe.

« Cependant, je pense que ce que nous constatons en Allemagne – et dans une certaine mesure en France également – ​​c’est que les électeurs ont utilisé ces élections européennes pour exprimer leur mécontentement à l’égard de leurs gouvernements nationaux », a-t-il ajouté.

James Kanagasooriam, directeur de recherche de la plateforme de sondage Focaldata, ne considère pas le résultat des élections comme un « effondrement » pour les Verts, malgré le « basculement vers l’extrême droite ».

« Les Verts sont en baisse, mais pas nécessairement l’opinion de la population sur le changement climatique », a déclaré Kanagasooriam. « Les données sont claires : les électeurs du PPE sont plus proches du S&D et du Renew que les autres partis en ce qui concerne les questions vertes, et leurs électeurs s’attendront probablement à une politique allant dans cette direction », a-t-il ajouté.

« Poursuivre le programme de transition vers zéro émission nette au cours de ce mandat est un choix stratégique pour repositionner l’UE sur la carte des puissances industrielles », a déclaré Neil Makaroff, directeur du groupe de réflexion paneuropéen Strategic Perspectives, ajoutant : « Un tel plan pourrait cimenter une coalition entre le PPE, le S&D, Renew et les Verts. »

Laisser un commentaire

dix − 6 =