MEP Dragoș Tudorache, left, and MEP Brando Benifei, right

Jean Delaunay

Politique de l’UE. Prix ​​des députés européens : sept législateurs récompensés pour leur contribution exceptionnelle à l’élaboration des politiques de l’UE

Sept députés européens (MPE) ont été récompensés mercredi soir pour leur contribution exceptionnelle à l’élaboration des politiques européennes lors de la 20e édition des prix annuels des députés européens.

Parmi les gagnants figuraient Brando Benifei, eurodéputé italien du groupe de centre-gauche Socialistes et Démocrates (S&D), et Dragoş Tudorache, eurodéputé roumain du groupe centriste Renew Europe, qui ont remporté conjointement le prix d’eurodéputé du mandat.

Tous deux ont pris de l’importance après avoir été le fer de lance de l’élaboration de la loi révolutionnaire sur l’intelligence artificielle du bloc, une première loi mondiale visant à réglementer la technologie de l’IA. On leur attribue la tâche capitale de parvenir à un accord sur la loi, tout en équilibrant les intérêts des 27 pays membres de l’UE.

Othmar Karas, un eurodéputé autrichien du Parti populaire européen (PPE) de centre-droit qui est l’un des vice-présidents du Parlement, a remporté le prix pour l’ensemble de sa carrière. Karas, expert en réglementation financière, est le député européen autrichien le plus ancien après 25 ans à Bruxelles.

L’ancien président de la Commission européenne, Jacques Delors, considéré comme l’architecte de l’actuel bloc européen, a également reçu à titre posthume une récompense spéciale.

Dragoș Pîslaru, député européen roumain de Renew Europe qui a dirigé l’initiative Une Europe, Une Jeunesse visant à atténuer les impacts de la pandémie de Covid-19 sur les jeunes Européens, a remporté le prix Champion de la Jeunesse.

Les prix MEP, qui en sont à leur 20e édition, ont également récompensé 20 législateurs considérés comme des « étoiles montantes » de la politique européenne. Parmi eux figuraient Katalin Cseh du groupe hongrois Momentum, une critique virulente du Premier ministre Viktor Orbán et de son parti au pouvoir, le Fidesz, et l’eurodéputée centriste française Nathalie Loiseau, qui préside la sous-commission de la défense du Parlement.

Les gagnants ont été sélectionnés parmi une liste restreinte de nominés publics par un jury composé d’un large éventail de secteurs, du journalisme aux organisations de défense des droits de l’homme.

Trois mois seulement avant que les électeurs ne se rendent aux urnes dans les 27 États membres de l’UE pour élire de nouveaux représentants au Parlement européen, la seule institution européenne démocratiquement élue.

Les prix sont décernés sur la base du travail des législateurs au cours du mandat actuel de cinq ans, qui a débuté en 2019.

L’eurodéputé Al-Sahlani récompensé pour le meilleur discours

Le prix du meilleur discours a été décerné à l’eurodéputée suédoise Abir Al-Sahlani, du groupe centriste Renew Europe.

L'eurodéputée Abir Al-Sahlani prononce un discours primé en octobre 2022
L’eurodéputée Abir Al-Sahlani prononce un discours primé en octobre 2022

En mai 2022, Al-Sahlani s’est coupé les cheveux lors d’un discours devant l’hémicycle de Strasbourg en solidarité avec Mahsa Amini, la jeune femme de 22 ans tuée par la police des mœurs iranienne pour n’avoir prétendument pas respecté le code vestimentaire strict de la République islamique.

« Jusqu’à ce que les femmes iraniennes soient libres. Nous serons à vos côtés », a déclaré Al-Sahlani dans son discours de 2022 en se coupant les cheveux.

« Femme, vie libre », a-t-elle alors crié, utilisant le slogan populaire qui représente désormais l’héritage d’Amini.

Les députés Fitzgerald et Incir nommés champions des « valeurs européennes »

Les prix des « champions européens des valeurs » du mandat ont été décernés à deux députés européens qui ont été à l’avant-garde de la lutte du Parlement pour faire adopter la toute première loi européenne visant à lutter contre la violence à l’égard des femmes.

Evin Incir du groupe S&D et Frances Fitzgerald du groupe PPE étaient les deux principaux négociateurs d’une directive européenne qui criminalise les formes de violence à l’égard des femmes – y compris le mariage forcé et les mutilations génitales féminines (MGF) – et qui a été adoptée en février.

Les députés européens Evin Incir, à gauche, et Frances Fitzgerald, à droite
Les députés européens Evin Incir, à gauche, et Frances Fitzgerald, à droite

Les deux femmes se sont battues pour que le crime de viol soit également répertorié comme un crime à l’échelle de l’UE, mais n’y sont pas parvenues après la ferme opposition de plusieurs États membres de l’UE, dont la France, l’Allemagne et les Pays-Bas, bien que ces pays soient considérés comme parmi les plus importants du bloc. nations progressistes.

L’eurodéputée suédoise Evin Incir a déclaré à L’Observatoire de l’Europe en janvier qu’elle était « très déçue » par le président français Emmanuel Macron et le ministre allemand de la Justice Marco Buschmann pour avoir travaillé pour bloquer la législation main dans la main avec le Premier ministre Viktor Orbán, qui « démantèle les droits des femmes en Hongrie ». « .

« C’est au-delà de ma compréhension de la façon dont deux hommes libéraux peuvent – main dans la main avec un antilibéral – former une minorité », a déclaré Incir à L’Observatoire de l’Europe.

Tous deux affirment que malgré l’absence d’inclusion du viol, les nouvelles lois signifient que les femmes à travers l’Europe sont mieux protégées contre toutes les formes de violence, y compris la cyberviolence comme le harcèlement et le harcèlement en ligne, et le partage d’images pornographiques générées par l’IA.

Reconnaissance posthume pour Jacques Delors

Jacques Delors, ancien président de la Commission européenne et figure éminente de la gauche française, a reçu un prix spécial à l’occasion de la 20e édition.

Delors, considéré comme le père fondateur de la monnaie européenne et du marché unique du bloc, est décédé en décembre à l’âge de 98 ans.

Il est considéré comme l’une des personnalités les plus influentes de l’histoire des institutions européennes, laissant un héritage durable d’une intégration européenne plus approfondie.

Enrico Letta, président de la Fondation Jacques Delors, était présent à la cérémonie de remise du prix.

Parmi les autres personnes récompensées lors de la cérémonie figurent Katarzyna Biniaszczyk, qui a remporté le prix d’assistante parlementaire du mandat, et Raffaella De Marte, chef de l’unité des services de médias du Parlement, qui a remporté le prix pour sa contribution exceptionnelle au travail du Parlement.

Laisser un commentaire

2 × 2 =