A mobile phone with social media apps.

Jean Delaunay

Politique de l’UE. Pas de délai de grâce pour la conformité DSA en Irlande – Interview

L’organisme de surveillance irlandais s’attaquera aux violations des règles européennes relatives aux plateformes, a déclaré la nouvelle autorité.

Il n’y aura pas de délai de grâce pour que les plateformes en ligne se conforment à la loi européenne sur les services numériques (DSA) en Irlande, a déclaré John Evans, commissaire aux services numériques auprès du régulateur irlandais des médias Coimisiún na Meán, dans une interview à L’Observatoire de l’Europe.

« Si nous détectons une brèche, nous devons y remédier immédiatement, telle est la stratégie », a déclaré Evans. Il est l’un des cinq commissaires du nouveau régulateur de la radiodiffusion et des médias en ligne chargés de superviser le respect du DSA.

L’Irlande est à l’avant-garde de l’application des DSA, après que les règles strictes des plateformes – qui incluent des exigences de transparence et d’intégrité électorale – ont commencé à s’appliquer à toutes les plateformes en ligne le 17 février. Dublin abrite 13 des 23 très grandes plateformes en ligne (VLOP) et moteurs de recherche jusqu’à présent désignés par la Commission européenne, dont Google, TikTok, Meta et le site de mode Shein. Le marché chinois Temu pourrait également bientôt s’y ajouter, à mesure que le nombre d’utilisateurs en Europe continue de croître.

Comment est mis en place votre régulateur ?

« Nous avons quatre divisions : développement des médias, diffusion, sécurité en ligne et mon domaine – supervision et enquête des plateformes. Il y a cinq commissaires et nous prenons des décisions collégialement. Ainsi, même si je suis commissaire du DSA, je participe également aux décisions ailleurs et vice versa.

Si elle atteint son plein effectif, l’équipe de supervision et d’enquête de la plateforme comptera environ 60 personnes, mais nous en sommes actuellement à 25. La stratégie consiste à commencer à recruter du haut vers le bas, et nous avons actuellement les niveaux de direction supérieurs en place. Nous avons été agréablement surpris de l’intérêt que nous avons porté lors du recrutement. Notre responsable des enquêtes vient par exemple de notre banque centrale. Mais nous avons également recruté des personnes issues du monde universitaire et de groupes de la société civile, ce qui est excellent, en particulier pour les domaines politiques. De plus, nous avons recruté des professionnels de la sécurité qui ont eux-mêmes travaillé sur les plates-formes de Dublin.

Les grandes entreprises technologiques ainsi que les petites entreprises s’enregistrent en Irlande, savez-vous combien de plateformes vous supervisez ?

« De nombreux VLOP sont basés en Irlande, le dernier en date étant 13. Du côté des réseaux sociaux, ce sont X, TikTok et Facebook par exemple, mais nous avons aussi Google, Microsoft et Apple. La Commission est aux commandes en ce qui concerne la vérification de ces VLOP, mais à Dublin, elle a également certaines responsabilités. Jusqu’à présent, une bonne partie de notre activité de surveillance a été liée aux VLOP.

Nous avons réalisé un exercice de cartographie pour ceux qui se situent en dessous de ces seuils. Il existe peut-être environ 400 autres services. Mais nous devons être plus précis à ce sujet. Je suppose que c’est proportionnellement plus élevé que dans d’autres pays.

Dans quelle mesure les plates-formes sont-elles globalement prêtes pour DSA ?

« Avant le 17 février, date à laquelle nous avons reçu officiellement le mandat de superviser le DSA en Irlande, nous avons organisé de nombreuses conférences et actions de sensibilisation. Il existe des différences en termes de préparation : du côté des VLOP, ils étaient généralement plus prêts que les autres ; dans le groupe dit intermédiaire en dessous du seuil, il y a eu une prise de conscience, et certains ont mis en place des mesures ; et puis il y a un autre groupe qui n’est pas aussi conscient.

Trois de nos quatre équipes de supervision sont dédiées aux VLOP et une aux entreprises sous le seuil. Nous avons écrit aux plateformes et divisé les 400 en trois sections pour essayer de les contacter.

Lorsque nous examinons les VLOP, de nombreuses mesures coercitives ont été prises. Envisagez-vous également des sanctions au niveau national contre les petites entreprises ?

«Quand les gens me posent cette question, je réponds qu’il n’y a pas de sphère de sécurité. Mais en même temps, nous adoptons une approche basée sur les risques. S’il y a une violation, il n’y aura pas de délai de grâce et nous devons y remédier immédiatement. C’est la stratégie.

Le Conseil européen de la loi sur les services numériques, qui comprend tous les régulateurs nationaux des DSA, a débuté en février, comment ça se passe ?

« Avant le 17 février, certaines agences de l’UE susceptibles de devenir des coordinateurs de services numériques (DSC) se sont réunies et ont commencé à planifier leur travail et à constituer des groupes de travail pour lancer le processus sur des questions telles que la compréhension du système de signalement de confiance, le traitement des plaintes. manutention et chercheurs. Tout ce travail a contribué à l’état de préparation des DSC ; en outre, des travaux informels ont été menés avec la Commission.

Le 19 février, nous avons eu notre première réunion du conseil d’administration. Nous nous réunissons tous les mois, donc nous en avons eu trois jusqu’à présent et cela se passe bien ; ses priorités en matière d’application des lois sont très avancées. Le nombre de DSC a également augmenté. Nous discutons de choses comme ce dont nous avons besoin de la part des groupes de travail, sur quoi doivent-ils se concentrer ? Et devrions-nous nous concentrer sur des questions thématiques, comme les élections et la protection des mineurs. Une grande question est de savoir quelle est la meilleure façon de coopérer et de comprendre le paysage réglementaire.

Et les élections européennes ? Pensez-vous que ces récentes enquêtes sur Facebook et Instagram sur le manque d’outils de désinformation seront utiles ?

« Il existe des directives électorales dans le cadre du DSA ; les VLOP doivent procéder à des évaluations des risques et couvrir des domaines tels que le contenu illégal et l’intégrité électorale. Les lignes directrices recommandent des mesures que les plateformes peuvent prendre en période électorale. Le fait que la Commission ait lancé des enquêtes dans ce domaine montre qu’il ne s’agit pas seulement de lignes directrices, mais que les DCS sont sérieux autour de ces élections. Ils veulent que les plateformes soient aussi prêtes que possible et qu’elles reconnaissent également que nous avons affaire à un régime d’application.

Laisser un commentaire

12 − onze =