Japan

Jean Delaunay

Politique de l’UE. L’UE et le Japon vont coopérer sur l’IA et les flux de données

Les régions appelleront les pays de l’OCDE à soutenir une IA sûre et sécurisée.

L’Union européenne et le Japon annonceront une coopération entre le bureau de l’IA de l’UE et l’Institut japonais de sécurité lors du Conseil de partenariat numérique UE-Japon le 30 avril, selon le procès-verbal des attachés des télécommunications consulté par L’Observatoire de l’Europe.

Comme premier pas vers l’interopérabilité, les entreprises japonaises sont encouragées à participer au Pacte sur l’IA, initié par la Commission européenne pour favoriser la conformité rapide des entreprises sur une base volontaire aux dispositions clés de la loi sur l’IA avant qu’elle ne devienne généralement applicable, indique le procès-verbal.

La loi européenne sur l’IA, qui réglemente les systèmes d’apprentissage automatique en fonction du risque qu’ils posent, devrait officiellement devenir loi en juin, lorsque les gouvernements nationaux auront signé l’accord.

Le bureau de l’IA, un service interne au sein de la Commission, supervisera les règles relatives aux systèmes d’IA à usage général et fonctionnera comme un organe central de coordination de la politique en matière d’IA au niveau de l’UE, en coordination avec d’autres services de la Commission, les agences de l’UE, les entreprises et les 27 États membres de l’UE. États. Le recrutement pour certains postes techniques a commencé.

Lors du Conseil UE-Japon, les deux parties déclareront qu’elles soutiendront le processus dit d’IA d’Hiroshima, mis en place par le G7 sous la présidence japonaise en mai 2023, dans le but de promouvoir une IA sûre, sécurisée et digne de confiance. Ils prévoient de lancer un appel commun lors de la réunion ministérielle de l’OCDE qui se tiendra à Paris les 2 et 3 mai, pour sa mise en œuvre rapide.

Flux de données

En outre, la Commission et l’Agence numérique du Japon signeront un protocole de coopération sur les identités numériques et les services de confiance afin de mettre en œuvre ce que l’on appelle la libre circulation des données avec confiance. Les pays partageront leurs expériences sur les initiatives en matière d’identité numérique – telles que le portefeuille d’identité numérique de l’UE – afin d’obtenir un impact positif sur le commerce international et le commerce électronique, mais également sur la fourniture de services essentiels.

Le partenariat numérique entre les deux alliés a été signé en mai 2022 lors du 28e sommet UE-Japon. La troisième réunion devrait avoir lieu en 2025 à Tokyo.

Le mois dernier (26 mars), l’UE et la Corée du Sud ont également annoncé une coopération conjointe dans le domaine technologique. Lors de leur Conseil de partenariat numérique, ils ont lancé un forum commun de recherche sur les semi-conducteurs qui reliera les chercheurs européens et coréens et facilitera les projets de recherche communs. Les deux parties étudieront également la possibilité de développer des moyens communs pour améliorer la sécurité et la résilience des chaînes d’approvisionnement en puces.

Laisser un commentaire

5 × deux =