The WhatsApp app on a smartphone screen.

Jean Delaunay

Politique de l’UE. L’UE acceptera-t-elle de scanner toutes vos images en ligne pour lutter contre les abus sexuels sur enfants ?

Les ambassadeurs européens sont sur le point de se disputer sur l’inclusion d’une nouvelle technologie de numérisation qui permettrait de surveiller le contenu dans un projet de règlement sur les matériels pédopornographiques présenté par la présidence belge du Conseil de l’UE.

Les ambassadeurs réunis à Bruxelles aujourd’hui (20 juin) pourraient convenir de la formulation d’un règlement visant à protéger les enfants en ligne, qui obligerait les services de messagerie cryptés tels que WhatsApp et Messenger à inclure une technologie de surveillance qui scannerait les images de tous les utilisateurs.

Cette technologie – connue sous le nom de « surveillance des téléchargements » – fait partie d’un compromis visant à sortir de l’impasse dans les négociations prolongées sur le règlement sur les abus sexuels sur enfants (CSAM). Les négociations sur le projet de règlement, initialement proposé en 2022, ont été entravées par des divisions entre les pays et le Parlement européen sur la mesure dans laquelle la solution pourrait contourner les communications chiffrées de bout en bout – une technologie dans laquelle seuls l’expéditeur et le destinataire peuvent lire le message. messages – au milieu des craintes que la proposition puisse bafouer les libertés civiles et permettre une surveillance de masse.

La « modération des téléchargements » a été proposée en mai par la présidence belge de l’UE et constitue la dernière tentative en date pour trouver une solution de compromis. Nous réfléchissons à ce que propose la solution de compromis et à la position des parties.

Photos, vidéos et URL surveillées ?

Le nouvel amendement obligerait les services de messagerie cryptés, tels que WhatsApp, Messenger, Signal ou Telegram, à intégrer une technologie de numérisation dans leurs systèmes pour surveiller les photos, les vidéos et les URL. Ces scanners analyseraient le contenu pour détecter les images d’abus sexuels sur des enfants et les signaleraient aux autorités.

Les utilisateurs se verraient présenter une fenêtre contextuelle leur permettant de consentir à l’analyse, mais s’ils refusent, le service serait réduit : des messages texte pourraient toujours être envoyés, mais pas d’images, de vidéos ou d’URL.

Pourquoi cet amendement a-t-il été introduit ?

L’amendement a été proposé par la présidence belge le 28 mai pour sortir de l’impasse dans les négociations sur le règlement sur les abus sexuels sur enfants. Les débats parmi les diplomates des 27 États membres ont été polarisés entre les défenseurs de la vie privée et ceux qui donnent la priorité à la sécurité, bloquant les progrès pendant des mois alors qu’une majorité de blocage résistait à la compromission du chiffrement.

En savoir plus sur le cryptage et les oppositions au sein du Conseil ici.

Les Belges ont proposé la modération du téléchargement comme compromis, car techniquement, cela n’affecterait pas le cryptage, le contenu serait analysé avant d’être envoyé, ce qui signifie que le message lui-même resterait crypté. Plusieurs pays, dont la France, se sont opposés à toute proposition empiétant sur le chiffrement, et l’amendement a permis d’avancer dans les négociations.

Pourquoi la modération des téléchargements est-elle controversée ?

Les critiques mettent en garde contre un glissement potentiel vers une surveillance de masse. « Nous sommes au bord d’un régime de surveillance aussi extrême que celui auquel nous assistons partout dans le monde libre. Même la Russie et la Chine n’ont pas réussi à mettre en place des bugs dans notre poche comme l’UE le souhaite », selon Patrick Breyer, un Député européen du Parti pirate allemand.

Callum Voge, défenseur de la vie privée à l’Internet Society, est du même avis, déclarant à L’Observatoire de l’Europe que « le langage de compromis proposé… ouvrira toujours la porte à une surveillance de masse illégale et sapera la valeur du cryptage de bout en bout en tant que sécurité et confidentialité ». outil. » Le service juridique du Conseil de l’UE a même exprimé des doutes quant à la compatibilité du texte proposé avec les lois sur les droits de l’homme interdisant une surveillance générale.

Les associations professionnelles ont également soulevé des questions sur la faisabilité pratique de la proposition. « La proposition belge erronée risque de générer un nombre élevé de faux positifs et de bloquer excessivement des utilisateurs innocents. Elle pourrait également submerger les systèmes de signalement des forces de l’ordre », a averti Claudia Canelles Quaroni, responsable politique principale à la CCIA, la principale association professionnelle représentant les entreprises de communication et de technologie. .

Ella Jakubowska, responsable des politiques chez EDRi, European Digital Rights, un groupe de défense international, a décrit la technologie comme « largement rejetée par les experts comme équivalant à un logiciel espion – construisant essentiellement une porte dérobée dans l’appareil de chaque personne, que les pirates informatiques, les abuseurs et autres acteurs malveillants peut exploiter. »

Dans une lettre de sa présidente, Meredith Whittaker, l’application de messagerie Signal a exprimé son opposition à la modération des téléchargements, arguant que cela « créerait une vulnérabilité qui pourrait être exploitée par des pirates informatiques et des États-nations hostiles, en supprimant la protection des mathématiques incassables et en mettant en place sa place est une vulnérabilité de grande valeur. Whittaker a également menacé d’arrêter les opérations de Signal dans l’UE si la règle était appliquée.

Quand la modération des téléchargements sera-t-elle adoptée ?

Si les ambassadeurs se mettent d’accord lors de la réunion d’aujourd’hui, cela ouvrira la voie au début des négociations entre le Parlement européen, la Commission et le Conseil, connues sous le nom de « trilogue ». Il est peu probable que l’adoption formelle intervienne avant l’automne 2024, car le nouveau Parlement doit être installé et la présidence hongroise du Conseil – la Hongrie remplace la Belgique dans ce rôle à partir de début juillet – devra organiser des réunions de trilogue.

La Hongrie s’est engagée « à travailler au développement d’une solution législative à long terme pour prévenir et combattre les abus sexuels sur enfants en ligne, ainsi qu’à la révision de la directive contre l’exploitation sexuelle des enfants », lors de la présentation de ses priorités de présidence hier (18 juin).

Les discussions en cours s’annoncent intenses, étant donné que le Parlement a exclu tout contournement du cryptage de bout en bout.

Les États membres et le Parlement ont jusqu’en avril 2026 pour parvenir à un accord. Après cela, une exemption permettant aux réseaux sociaux d’auto-modérer leurs contenus expirera, ne laissant potentiellement aucune barrière au partage d’images sensibles.

Laisser un commentaire

huit + 9 =