In countries such as Denmark, one must be older than 29 years old to benefit from this support.

Milos Schmidt

Politique de l’UE. Les systèmes de salaire minimum excluent la jeunesse européenne, selon un rapport

Les jeunes risquent d’être exclus « à dessein » de l’accès aux systèmes de revenu minimum, indique un nouveau rapport, malgré les dernières données disponibles montrant que près d’une personne sur cinq âgée de 16 à 29 ans dans l’UE est menacée de pauvreté ou d’exclusion sociale.

Les systèmes de revenu minimum constituent un filet de sécurité de dernier recours, conçu pour garantir un niveau de vie décent à ceux qui se trouvent dans une situation économique difficile. Pourtant, les jeunes sont souvent soit inéligibles, soit soumis à des conditions strictes, selon une analyse de l’Institut syndical européen ( ETUI).

« Lorsque nous examinons ces programmes, nous constatons que les jeunes sont assez discriminés », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe Bianca Luna Fabris, chercheuse à l’ETUI et co-auteur du rapport, ajoutant que « simplement parce qu’ils sont jeunes, ils ne peuvent pas accéder à ces programmes ». schémas ».

Au Danemark, par exemple, seules les personnes âgées de 29 ans ou plus sont éligibles ; à Chypre, il est de 28, et en France et au Luxembourg de 25, à quelques exceptions près.

Selon une analyse de 2022 de la Commission européenne, le système d’aide sociale danois est versé à six niveaux en fonction de la tranche d’âge, allant de 490 € pour les personnes vivant au domicile de leurs parents à 2 090 € pour celles qui s’occupent des enfants.

Dans d’autres cas, comme en Allemagne, en Finlande ou en Irlande, l’allocation en espèces peut être réduite en fonction de l’âge du bénéficiaire, notamment pour les jeunes adultes considérés comme à charge dans leur ménage d’origine.

« Il existe un certain nombre de pays dans lesquels l’âge est vraiment un seuil, et il va de soi que la famille sera toujours là pour vous donner un coup de main, mais ce n’est pas vraiment le cas », affirme le chercheur de l’ETUI.

« Cela ignore la réalité selon laquelle de nombreux jeunes ont leurs propres enfants, viennent d’un milieu défavorisé ou n’ont pas de système de soutien familial sur lequel s’appuyer », a déclaré Laura de Bonfils, secrétaire générale de la Plateforme sociale, dans un communiqué par courrier électronique. .

Toutefois, la limite d’âge et la variation des prestations selon l’âge ne sont que deux des caractéristiques institutionnelles des régimes qui peuvent entraver l’accès des jeunes à ces prestations, note le rapport.

D’autres incluent l’absence totale de tels programmes dans certains pays européens pour les jeunes adultes en formation, en formation ou en apprentissage – ce qui pourrait conduire ceux qui sont encore aux études à abandonner leurs études à la recherche d’un revenu de subsistance.

« Les systèmes de revenu minimum dans l’UE échouent pour ceux qui en dépendent le plus », a déclaré Bonfils, soulignant que pour les jeunes, la tranche d’âge la plus exposée au risque de pauvreté dans l’UE, le travail précaire et le logement coûteux peuvent signifier que l’accès à une aide est vital. vivre une vie décente.

La situation est encore pire pour les jeunes adultes en Slovénie, au Portugal et en Italie, qui ont les conditions les plus strictes pour accéder à cette prestation, estime l’ETUI.

« Être jeune ne signifie pas être pauvre », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe Natalia Kallio, membre du conseil d’administration du Forum européen de la jeunesse (FEJ), un groupe qui représente les organisations de jeunesse à travers l’UE.

Le FEJ appelle la Commission européenne à introduire une directive européenne visant à réduire les larges variations nationales en matière d’adéquation, de couverture et d’exigences, et à garantir aux jeunes un accès équitable à des filets de sécurité adéquats.

Contrairement à une recommandation du Conseil, le cadre européen existant sur le revenu minimum, une directive est une législation contraignante pour tous les États membres qui pourrait fixer des normes minimales communes pour les 27 États membres.

Le 15 mars 2023, le Parlement a adopté une résolution appelant l’exécutif européen à envisager une directive sur un revenu minimum adéquat tout en respectant les spécificités des systèmes nationaux de protection sociale – mais la Commission insiste sur le fait que ce type de politique sociale ne relève pas de sa compétence légale.

« Selon les traités, il appartient aux Etats membres de définir les principes fondamentaux de leurs systèmes de sécurité sociale », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe un porte-parole de la Commission, soulignant que l’institution considérait qu’une recommandation était l’instrument le plus efficace et le plus approprié dans ce cas.

Une recommandation laisse la possibilité aux États membres de prendre en compte leurs situations spécifiques et leurs pratiques nationales, dans le respect de la conception de leurs systèmes de protection sociale, et inclut un appel aux pays de l’UE pour qu’ils veillent à ce que toutes les personnes ne disposant pas de ressources suffisantes, y compris les jeunes adultes, soient couvertes par un revenu minimum fixé par la loi.

Pour Fabris de l’ETUI, en revanche, c’est une question de volonté politique, ou de manque de volonté.

« Il doit y avoir un instrument qui ne soit pas seulement cosmétique, mais qui garantisse réellement que les individus, les familles et les ménages puissent réellement vivre décemment », a-t-elle souligné.

L’eurodéputé allemand de centre-droit, Dennis Radtke, estime qu’il est essentiel de garantir l’accessibilité et l’adéquation des programmes de revenu minimum pour les jeunes, et que les pays de l’UE peuvent faire davantage pour remédier à l’échec de l’adoption de ces programmes.

« Les États membres doivent faciliter l’accès grâce à des procédures de candidature simplifiées, supprimer les obstacles administratifs inutiles et abolir les barrières inutiles telles que les seuils d’âge ou les restrictions basées sur l’éducation ou le statut de chômage », a déclaré l’eurodéputé sortant du PPE à L’Observatoire de l’Europe.

Les derniers chiffres disponibles de l’agence européenne Eurofound, basée à Dublin, montrent que cette prestation n’atteint pas ceux qui pourraient en avoir le plus besoin, avec des taux de non-recours de 30 à 50 %.

Laisser un commentaire

1 × 4 =