TikTok is one of the companies designated as a VLOP under the DSA.

Jean Delaunay

Politique de l’UE. Les règles de la plateforme s’appliqueront ce mois-ci alors que les États membres sont à la traîne en matière de personnel de surveillance

La loi sur les services numériques, les règles européennes relatives aux plateformes, s’appliquera à toutes les entreprises plus tard ce mois-ci, mais la majorité des pays de l’UE n’ont toujours pas nommé de régulateurs nationaux ni transposé les règles dans leur droit national.

En vertu de la loi sur les services numériques (DSA), des règles à l’échelle européenne entrées en vigueur en août dernier, les plateformes en ligne comptant plus de 45 millions d’utilisateurs mensuels moyens dans l’UE doivent respecter des règles strictes, telles que des exigences de transparence et de protection des mineurs en ligne.

Le DSA s’applique directement aux 22 plus grandes plateformes ou VLOP, dont YouTube, Booking.com et Facebook, mais les obligations générales, notamment la soumission des données sur les décisions de modération de contenu à une base de données transparente, s’appliqueront à tous les niveaux à compter du 17 février, à l’exception des petites entreprises. .

Les régulateurs nationaux, qui sont le principal point de contact de la plateforme pour aider la Commission européenne à collecter des preuves sur la mise en œuvre, devront également être désignés comme superviseurs à partir du 17 février.

Toutefois, les données fournies par la Commission montrent que seuls neuf pays ont nommé un régulateur national – ou coordinateur des services numériques (DSC) – et l’ont communiqué à l’exécutif européen jusqu’à présent : Autriche, Bulgarie, Danemark, Finlande, Hongrie, Italie, Luxembourg, Roumanie et Espagne. En outre, la commission a signé des accords avec les régulateurs des médias de France, d’Irlande et des Pays-Bas comme étape intermédiaire avant la nomination officielle d’un coordonnateur des services numériques.

De nouvelles obligations

En raison du manque d’autorités et de lois nationales d’application en place, les entreprises et les régulateurs ne savent toujours pas comment les règles fonctionneront dans la pratique à encore une semaine de la fin.

En Pologne, l’Office des communications électroniques (UKE), le régulateur des télécommunications, travaillera sur l’application des DSA, même si la loi nationale polonaise sur les DSA doit encore être transposée, a déclaré un porte-parole à L’Observatoire de l’Europe.

L’UKE a déjà commencé un « travail conceptuel » sur l’adoption de nouvelles obligations, mais le porte-parole a ajouté qu’il était trop tôt pour donner des détails précis sur la manière dont cela fonctionnerait dans la pratique. « Nous sommes en contact permanent avec le ministère de la Numérisation et nos collègues coordinateurs dans d’autres pays de l’UE et nous échangeons nos points de vue sur les défis des nouvelles fonctions », a-t-il déclaré.

Cela aura un impact sur les marchés en ligne, notamment sur la plateforme de commerce électronique polonaise Allegro, qui compte environ 20 millions de clients chaque mois.

Magdalena Piech, directrice des affaires réglementaires chez Allegro, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe que les consultations autour du projet de loi sont désormais terminées et que les entreprises attendent un projet de texte. « Comme dans d’autres États membres de l’UE, le retard dans la nomination du DSC aura un impact sur la préparation globale : par exemple, le reporting à la base de données de la Commission et la nomination de soi-disant signaleurs de confiance », a déclaré Piech.

« Nous comprenons que ces questions seront bientôt clarifiées et nous sommes impatients de coopérer avec le coordinateur des services numériques pour faire fonctionner DSA dans la pratique. La commission peut jouer un rôle important en fournissant des conseils aux plateformes en ligne sur la mise en œuvre avant que les cadres nationaux ne soient en place », a-t-elle ajouté.

Interrogé, un porte-parole de la Commission européenne a déclaré à L’Observatoire de l’Europe qu’« aucune orientation supplémentaire spécifique n’est prévue ». Dès le 17 février, un Centre européen pour la transparence algorithmique accompagnera les autorités nationales dans le contrôle du respect du DSA. « Il produira des rapports annuels sur les risques systémiques provenant des VLOP ainsi que sur les meilleures pratiques en matière de mesures d’atténuation », a ajouté le porte-parole. A terme, les sanctions en cas de non-respect des règles peuvent aller jusqu’à 6 % du chiffre d’affaires global de l’entreprise.

Recrutement

L’Autorité néerlandaise des consommateurs et des marchés (ACM), qui sera probablement l’organisme national chargé de l’application du DSA, a publié le mois dernier (18 janvier) un projet de lignes directrices expliquant comment les entreprises peuvent se préparer à se conformer au DSA.

Un porte-parole de l’autorité a déclaré que la loi nationale néerlandaise de mise en œuvre doit encore être approuvée formellement, ce qui désignera officiellement l’ACM comme DSC. « En attendant, nous nous préparons à notre rôle. Nous avons nommé des dizaines de personnes en prévision des nouvelles missions de l’autorité. Nous constatons beaucoup d’intérêt », a-t-il ajouté.

En Irlande, le gouvernement a créé la Coimisiún na Meán en mars 2023, en remplacement de l’ancienne Broadcasting Authority of Ireland. L’effectif est passé de 37 à 90 aujourd’hui, avec pour objectif d’atteindre 160 d’ici mi-2024, a indiqué un porte-parole. Outre le DSA, il examinera également d’autres sujets liés à la sécurité en ligne, tels que le règlement sur les contenus terroristes en ligne.

Le projet de loi irlandais sur les services numériques, mettant en œuvre le DSA, est actuellement examiné par le parlement national ; on s’attend à ce qu’il soit adopté avant le 17 février. L’Irlande a une responsabilité particulière dans le cadre du DSA, puisque 13 des 22 VLOP désignés ont leur siège européen en Irlande.

« Nous nous sommes largement engagés auprès des entreprises et des organisations de la société civile pour préparer le DSA et travaillons en étroite collaboration avec la Commission européenne et d’autres régulateurs. Nous publierons des conseils et des informations supplémentaires, en particulier pour les entreprises qui ne disposent pas de services VLOP », a ajouté le porte-parole.

À l’échelle de l’UE, la commission a déclaré que le personnel travaillant cette année à l’application des DSA atteindra 123 employés à temps plein. Le mois dernier, la DG Connect, l’unité numérique de l’exécutif, a ouvert deux appels à candidatures pour recruter de nouveaux membres pour l’équipe d’application de la DSA, notamment des juristes, des data scientists et des spécialistes des politiques et des opérations.

Laisser un commentaire

deux × 5 =