European Parliament elections will take place in June.

Jean Delaunay

Politique de l’UE. Les plateformes en ligne recevront les directives électorales avant le vote de juin

Les plateformes en ligne sont invitées à donner leur avis sur le projet de lignes directrices au titre de la loi européenne sur les services numériques (DSA) sur l’intégrité des élections, a déclaré la Commission européenne aujourd’hui (8 février).

Il s’agira des premières lignes directrices publiées dans le cadre du DSA visant à proposer aux entreprises les meilleures pratiques et les mesures possibles pour atténuer les risques systémiques sur leurs plateformes avant les élections au Parlement européen de juin.

La consultation publique est ouverte aux commentaires jusqu’au 7 mars.

Le projet de lignes directrices fournit des exemples de mesures d’atténuation potentielles liées aux risques liés aux élections, au contenu de l’IA générative et des orientations spécifiques pour les élections au Parlement européen.

« Avec la loi sur les services numériques, nous disposons d’outils concrets pour collaborer avec les plateformes en ligne. Nous pouvons faire face aux risques émergents en ligne pour les processus électoraux, comme les deep fakes. Nous pouvons ainsi permettre aux gens, en toute sécurité, de s’engager, de discuter et de prendre des décisions. décider sans ingérence illégale », a déclaré Margrethe Vestager, vice-présidente de la Commission pour une Europe adaptée à l’ère numérique, dans un communiqué d’accompagnement.

Le commissaire européen au marché intérieur, Thierry Breton, a déclaré hier lors d’un débat avec les législateurs du Parlement européen que les plateformes doivent respecter les obligations de lutte contre la désinformation en vertu du DSA.

Il a mis en garde contre « l’instabilité géopolitique » et la « manipulation des citoyens » à l’approche du vote de juin. « Nous devons être sur nos gardes ; la période électorale va être la cible d’ingérences étrangères de toutes sortes », a déclaré Breton.

Comme remède possible contre la désinformation en ligne, Breton a déclaré que les plateformes devraient également clairement signaler les deepfakes et tout contenu manipulé artificiellement.

Les entreprises désignées comme très grandes plateformes en ligne (VLOP), c’est-à-dire les plateformes qui comptent plus de 45 millions d’utilisateurs mensuels moyens dans l’UE, doivent respecter des règles strictes en vertu du DSA. Cela inclut les exigences de transparence et la protection des mineurs en ligne. Le DSA s’appliquera à toutes les plateformes à partir du 17 février.

En décembre, la commission a ouvert une enquête au titre de la DSA sur la plateforme de médias sociaux X pour déterminer si elle a enfreint les règles de l’UE « dans les domaines liés à la gestion des risques, à la modération du contenu, aux dark patterns, à la transparence de la publicité et à l’accès aux données pour les chercheurs ».

Cela fait suite à une demande d’informations envoyée par la commission en octobre après avoir reçu des informations selon lesquelles la plateforme diffusait des contenus illégaux et de la désinformation, en particulier des contenus terroristes et violents dans le contexte de la guerre Israël-Hamas.

Laisser un commentaire

dix-huit + 4 =