Meta introduced this subscription model in October last year.

Jean Delaunay

Politique de l’UE. Les organisations de consommateurs déposent des plaintes RGPD contre le modèle d’abonnement de Meta

Ces affirmations surviennent après que les organisations de protection de la vie privée et les autorités de protection des données ont exprimé des préoccupations similaires au cours des derniers mois.

Des organisations européennes de consommateurs de huit pays ont déposé aujourd’hui (29 février) des plaintes auprès des autorités nationales de protection des données contre Meta, affirmant que le géant américain des médias sociaux collecte illégalement les données des utilisateurs via son modèle d’abonnement pour une utilisation sans publicité de la plateforme.

Les groupes font partie du réseau paneuropéen du groupe de consommateurs BEUC de Tchéquie, du Danemark, de Grèce, de France, de Norvège, de Slovaquie, de Slovénie et d’Espagne, et affirment que le modèle d’abonnement de Meta ne respecte pas les principes du règlement général sur la protection des données (RGPD) de l’UE. que le géant de la technologie ne dispose d’aucune base juridique valable pour justifier la collecte des données des utilisateurs de Facebook et d’Instagram.

Meta a présenté le modèle en octobre, affirmant que la prochaine loi sur les marchés numériques, les règles de concurrence de l’UE pour les plateformes en ligne, oblige l’entreprise à offrir aux consommateurs du bloc une manière alternative d’utiliser Facebook et Instagram.

Si une personne choisit de s’abonner, elle ne verra pas de publicités et Meta ne traitera pas ses informations à des fins de publicité personnalisée. Le service sans publicité coûte 9,99 € par mois pour les utilisateurs Web et 12,99 € pour les utilisateurs d’applications sur iOS ou Android.

« Nous avons introduit ce choix, appelé ‘Abonnement sans publicité’, comme solution de consentement pour nous conformer à une combinaison unique d’obligations réglementaires de l’UE connectées et parfois se chevauchant avec des délais de conformité différents », indique un article de blog.

La directrice générale adjointe du BEUC, Ursula Pachl, a déclaré aujourd’hui dans un communiqué que « les modèles économiques basés sur la surveillance posent toutes sortes de problèmes au regard du RGPD et qu’il est temps pour les autorités de protection des données de mettre un terme au traitement déloyal des données par Meta et à sa violation des droits fondamentaux des personnes ».

Avis

Les revendications des groupes de consommateurs interviennent après que les organisations de protection de la vie privée et les autorités de protection des données ont exprimé des préoccupations similaires au cours des derniers mois.

En janvier, les autorités néerlandaises, norvégiennes et hambourgeoises chargées de la protection des données ont demandé l’avis du Comité européen de la protection des données – un organisme qui regroupe tous les organismes nationaux de surveillance de la protection des données de l’UE – sur le modèle de publicité comportementale du géant de la technologie. L’EDPB devrait rendre son avis dans un délai de huit semaines, soit d’ici fin mars, avec la possibilité d’une prolongation supplémentaire de six semaines.

L’organisation autrichienne de protection de la vie privée NOYB a averti que si le modèle Meta était légitimé, les entreprises de tous les secteurs industriels pourraient emboîter le pas.

En novembre, le BEUC a déposé une plainte auprès des autorités de protection des consommateurs pour la même pratique.

Laisser un commentaire

dix-huit − 3 =