EU lawmakers want to stop the spoofing payments scam

Jean Delaunay

Politique de l’UE. Les législateurs cherchent à limiter les escroqueries par usurpation d’identité

Une tentative visant à éliminer une source croissante de fraude aux paiements pourrait laisser les opérateurs de télécommunications aux prises avec des difficultés.

Imaginez la scène : vous recevez un appel du fisc vous demandant pourquoi vous n’avez pas payé votre facture.

Énervé – et voyant qu’il s’agit d’un numéro légitime – vous acceptez de régler tout de suite pour éviter toute amende supplémentaire.

Seulement, cet appel n’émanait pas du gouvernement, mais découlait d’une fraude sophistiquée et de plus en plus courante connue sous le nom d’usurpation d’identité – que les législateurs européens ont désormais pour mission d’arrêter.

Dans un projet juridique présenté en juin de l’année dernière, la Commission européenne a déclaré que les banques devraient rembourser les clients de toute perte subie à la suite d’escrocs se faisant passer pour le personnel de la banque.

Dans un rapport qui doit être voté le 14 février, les législateurs de la commission des affaires économiques et monétaires du Parlement européen souhaitent prolonger cette mesure.

Les nouvelles règles incluraient également les opérateurs de télécommunications et les plateformes en ligne, conformément à la loi européenne sur les services numériques en vigueur, a déclaré le législateur Ondřej Kovařík (Tchéquie/Renew Europe) à L’Observatoire de l’Europe.

« Nous avons fait des progrès importants au Parlement pour lutter contre la fraude par usurpation d’identité », a déclaré Kovařík dans un communiqué, ajoutant : « À cet égard, nous pouvons couvrir plus que simplement quelqu’un prétendant appartenir à votre banque. »

Les nouveaux plans couvriraient les faux e-mails ou appels téléphoniques censés provenir non seulement des prestataires de paiement, mais de « toute autre entité pertinente de nature publique ou privée », selon un amendement diffusé en interne parmi les législateurs.

Les fournisseurs de communications qui ne suppriment pas les contenus frauduleux ou illégaux devraient également proposer des remboursements aux victimes, selon le texte consulté par L’Observatoire de l’Europe et daté du 26 janvier.

Ces projets doivent encore être formellement approuvés par les législateurs et nécessiteraient également le soutien des gouvernements réunis au sein du Conseil de l’UE – mais les partisans ont bon espoir.

« Nous pourrions changer la donne dans ce combat », a déclaré Anna Martin, responsable des services financiers au groupe de défense des consommateurs basé à Bruxelles, BEUC, dans une interview à L’Observatoire de l’Europe, ajoutant : « Je suis convaincue que les banques prendront des mesures – si elles ont des moyens financiers. conséquences. »

Problème sérieux

C’est un problème sérieux. Les lois européennes existantes sur les paiements, entrées en vigueur en 2019, exigent que les ventes en ligne soient vérifiées par des analyses d’empreintes digitales ou des codes d’accès à usage unique.

Cela a rendu la fraude plus difficile, mais a également rendu les fraudeurs plus créatifs, et les montants en jeu peuvent être élevés, voire changer la vie.

Rien qu’en Belgique, selon le groupe de pression bancaire Febelfin, les escroqueries par phishing ont augmenté de 60 % en un an pour atteindre près de 40 millions d’euros en 2022. La perte moyenne résultant d’un virement frauduleux est de 4 191 euros, soit bien plus que ce qui est généralement en jeu pour les cartes de crédit ou les virements bancaires. Escroqueries aux distributeurs automatiques – selon les données de l’Autorité bancaire européenne.

L’espoir est que de nouvelles règles puissent encourager les opérateurs de télécommunications et les banques à travailler ensemble pour empêcher les appels de paraître faussement provenir de banques légitimes, de sociétés énergétiques ou d’administrations fiscales – mais tout le monde n’est pas convaincu.

Dans une communication adressée en octobre à la Commission européenne, la GSM Association, un groupe de pression regroupant des opérateurs de téléphonie mobile tels qu’Orange et Telefonica, a déclaré qu’une responsabilité supplémentaire pourrait s’élever à 8 milliards d’euros par an, avec un effet « gravement perturbateur » sur la connectivité européenne.

Les opérateurs craignent qu’il puisse y avoir un conflit avec les lois existantes sur la confidentialité en ligne, s’ils sont censés modérer les appels téléphoniques comme s’il s’agissait de contenu sur les réseaux sociaux.

Mais les acteurs du secteur financier souhaitent que la responsabilité en matière de lutte contre la fraude soit un peu plus large.

« Il est logique de mettre un peu de pression sur les opérateurs de télécommunications », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe Elie Beyrouthy, président de la Fédération européenne des établissements de paiement. « Il reste à voir comment procéder. »

Laisser un commentaire

dix − 6 =