Danilo Pinzon / World Bank

Milos Schmidt

Politique de l’UE. Les industries pharmaceutique et cosmétique vont financer le traitement des eaux usées

Le principe du « pollueur-payeur » oblige les industries clés à assumer la responsabilité de la propagation des micropolluants.

Les industries pharmaceutique et cosmétique devront supporter au moins 80% des coûts liés au nettoyage des substances nocives qu’elles rejettent dans les eaux usées urbaines, suite à un accord interinstitutionnel conclu à Bruxelles le 29 janvier.

Les deux industries sont conjointement responsables de 92 % de la charge toxique dans les eaux usées, a affirmé la Commission européenne lors du lancement de sa proposition législative en octobre 2022.

Le nouveau projet de loi de l’UE sur le traitement des eaux usées urbaines « révolutionnera complètement » le traitement des eaux usées, dans la mesure où le principe du « pollueur-payeur » – la responsabilité élargie du producteur (REP) – s’appliquera pour la première fois, a déclaré le commissaire à l’environnement, Virginijus Sinkevičius. Cela signifie que les industries polluantes couvriront les coûts d’un traitement supplémentaire, dit traitement quaternaire, pour éliminer les micropolluants des eaux usées urbaines.

D’ici 2045, les pays de l’UE devront garantir l’application du traitement quaternaire dans les usines plus grandes, desservant des communautés de 150 000 personnes ou plus, avec des objectifs intermédiaires fixés pour 2033 et 2039, selon le nouvel accord.

« Cet accord ouvre la voie à l’établissement des normes les plus élevées en matière de traitement des eaux usées urbaines et de surveillance afin qu’elles ne rejettent pas de substances nocives, comme les microplastiques ou les PFAS, dans l’environnement », a déclaré Alain Maron, ministre régional bruxellois de l’Environnement. .

Les coûts « au moins 80 % » couverts par les industries polluantes seront « complétés par un financement national » pour éviter des impacts négatifs sur la disponibilité, l’abordabilité et l’accessibilité des médicaments, selon le texte convenu.

« Chaque État membre peut décider du montant couvert par l’EPR, à partir de 80 %, et peut également décider comment le reste est couvert – tarifs de l’eau, taxes, fonds nationaux ou autres », a déclaré un diplomate européen à L’Observatoire de l’Europe après l’accord.

Le rapporteur du député européen Nils Torvalds (Finlande/Renew) a salué le résultat, car il établit un équilibre entre les positions du Parlement et du Conseil, qui étaient à l’origine « très éloignées sur la REP ».

Le législateur finlandais a déclaré que le Parlement s’était montré plus préoccupé par l’impact des coûts du traitement de l’eau, en particulier sur le secteur pharmaceutique, craignant que cela n’entraîne une hausse des prix des médicaments, en particulier des génériques.

« Le compromis trouvé aujourd’hui, fixant à 80% le seuil minimum de contribution de l’industrie, est un résultat bien équilibré qui garantit que les États membres devront prêter attention à l’impact possible sur les produits importants pour la santé publique », Torvalds a déclaré à L’Observatoire de l’Europe.

La Fédération européenne des industries et associations pharmaceutiques (EFPIA) a déclaré que le secteur était « prêt à assumer sa juste part de responsabilité », mais a noté que la proposition ne prend pas en compte « l’impact sur l’accessibilité et la disponibilité des médicaments ».

« Nous soulignons la nécessité d’établir un système de REP basé sur les risques et non discriminatoire pour financer la modernisation des stations d’épuration des eaux usées urbaines qui permettra une élimination efficace des micropolluants », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe un porte-parole de l’EFPIA, soulignant qu’ils n’avaient pas encore lu le texte final. convenu.

Adrian van den Hoven, directeur général de Medicines for Europe, une association bruxelloise représentant les médicaments génériques, a remis en question la logique des législateurs européens en réponse, déclarant à L’Observatoire de l’Europe que « l’imposition d’une redevance EPR sur les médicaments » aura finalement un impact « d’autant plus économique ». sous-populations vulnérables ».

Le Parlement et le Conseil doivent approuver formellement l’accord avant qu’il ne devienne loi.

Laisser un commentaire

seize − 7 =